AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le vent nous portera ~ pv

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maximilian l'Apprenti
administrateur •• shepp
administrateur •• shepp
avatar

♣ ÂGE : 22
♣ NE(E) LE : 21/11/1994
♣ PUF, PSEUDO : Shepp
♣ INSCRIT(E) LE : 10/10/2010
♣ MESSAGES : 122


Feuille de personnage
♣ RELATIONS:
♣ TALENT INNE: Puissance
♣ EXPERIENCE:
500/1000  (500/1000)

MessageSujet: Le vent nous portera ~ pv   Sam 9 Avr - 17:52


Le vent nous portera
for Petit Sapin

Toujours, la fuite. La haute surveillance placée à la pouponnière ne suffisait pas ; malgré le danger, toujours, il s'échappait. L'ennui le prenait dès qu'il se retrouvait seul en ces lieux. L'amour de sa mère ne pouvait lui faire oublier tout ce qu'il avait pu faire lorsqu'il partait, loin. Le regard des autres chatons ne faisait que le conforter dans ce choix. Il se sentait bien, à fouler ces terres ; la neige lui manquait, il n'était plus aussi à l'aise qu'auparavant, mais il retrouvait des plaisirs en se roulant dans ce qu'on appelait "herbe", doux sol vert agréable, souvent humide dans la matinée. D'ailleurs, c'était justement le matin ; l'air était doux, la journée sera belle. Le petit chaton roux avait réussi à se faufiler hors du campement, ni vu ni connu. On commençait à se lasser de son comportement ; il se faisait souvent gronder. Non pas qu'il soit désobéissant ; non, vraiment, le petit chaton roux aurait aimé faire plaisir, mais l'appel était trop fort, trop envoûtant pour qu'il cherche à résister. Même s'il en avait honte, il se sentait chez lui, dans ces moments de bonheur à l'extérieur, à découvrir le monde qui l'entourait. Il aimait la vie plus que quiconque. Il aimait observer la nature, les autres espèces, sans se douter qu'il était en vérité un prédateur. Il laissa ainsi filer les rongeurs avec une sorte de fascination étrange. Son instinct ne le poussait pas à les attraper ; s'il l'avait pu, ç'aurait été pour s'en faire un ami. Mais il avait bien compris que ceux-là ne comprenaient pas son langage ; dès qu'il prononçait un mot, ils détalaient !

Enfin ; Petit Yucca avait toujours eu de la chance, en ces lieux. Une chance qu'il n'aurait pas en découvrant ce qu'il était réellement ; chaton empli d'insouciance et d'innocence, il ne se rendait pas compte de l'affreuse vérité. Il détestait le sang, il détestait se blesser ; il était timide et craintif ; quiconque aurait su que son père était Étoile Cendrée et son grand-père Plume de Phœnix n'y aurait pas cru ! Certes, la ressemblance était frappante, il arborait un magnifique pelage roux flamboyant et était plutôt costaud - bien que sa démarche soit encore pataude malgré son âge - mais dans son regard, on ne lisait pas ce qu'on lisait autrefois dans ceux de Petite Plume et Petite Braise ; il n'y avait que douceur et gentillesse. Il n'y avait pas de cette frustration, de ce désir de force et de fierté ; il ne s'était jamais moqué de personne, il n'insultait personne ; il aurait été étonné de savoir combien son père s'était joué des autres à son âge, tenant tête à plus âgés que lui en les tannant de vannes incessantes ! Non, vraiment. Il se rapprochait plus de sa mère, bien que son innocence et sa naïveté soient poussés à l'extrême. Car, après tout, il était aussi fils de Plume Grise ; et il avait plus souvent l'occasion d'être à ses côtés qu'aux côtés de son père, qui s'occupait du clan, surtout en des temps aussi sombres. Petit Yucca savait qu'il était fils de meneur, mais il n'en tirait aucune fierté, ni aucune tristesse ; il restait son Papa, il s'en fichait un peu. Il savait bien entendu que ce dernier n'avait pas l'air très content de lui, et il s'en voulait ; mais cela n'avait rien à voir avec son statut. Il ne faisait pas encore trop bien la différence ; encore une fois, il était presque persuadé qu'il serait toujours petit, et eux éternellement grands.

Ses pas le guidèrent au-delà des terres du clan ; il passa la route de bitume à son habitude, c'est-à-dire sans regarder - et, toujours, il passait au bon moment ; il s'attarda à l'observation de quelques papillons - quelles étranges créatures ! et s'extasia devant le vol des oiseaux. Même si son amie la neige était partie, sa Maman et les autres Reines disaient, d'après ce qu'il avait compris, qu'elle reviendrait. En attendant, il pouvait découvrir d'autres choses, et peut-être se faire de nouveaux amis. Insouciant, il regarda avec des yeux ronds les arbres ; si le "Centenaire" n'avait pas changé, eux arboraient... des feuilles ! Pleins de feuilles ! Se rappelant celle dans la pouponnière, il fut tout content et sautilla dans l'herbe. Il s'enfonça dans la forêt sans réfléchir aux conséquences, étant incapable de délimiter les territoires des clans - et puis, il n'y avait aucune barrière, où étaient les frontières ? Il s'enfonça dans ces lieux étranges pleins de bruits et leva le museau sur les cimes. Il songea joyeusement qu'il pourrait peut-être un jour aller tout en haut. Il déboucha bien longtemps après sur un étrange lieu qui ne ressemblait à aucun qu'il avait visité. Surpris, il s'avança, et posa une patte sur le sol étrange ; il était doux et chaud. Il fit quelques pas dessus, sautilla sur place comme pour vérifier qu'il était solide puis, tout content, se roula dedans joyeusement ; c'était du sable ! enfin, il ne le savait pas encore. Il se sentait en sécurité, ici. Et il avait raison ; ces lieux étaient la combe sablonneuse, l'endroit où les apprentis du clan du Tonnerre s'entraînaient en toute sécurité...

____________________________________________

Maximilian du Yucca

Revenir en haut Aller en bas
Petit Sapin
Membre
avatar

♣ ÂGE : 21
♣ NE(E) LE : 31/05/1996
♣ PUF, PSEUDO : Célizée
♣ INSCRIT(E) LE : 05/11/2010
♣ MESSAGES : 31


Feuille de personnage
♣ RELATIONS:
♣ TALENT INNE: Tactique
♣ EXPERIENCE:
100/1000  (100/1000)

MessageSujet: Re: Le vent nous portera ~ pv   Sam 16 Avr - 18:27


Habituellement, c’était une douce brise qui accueillait Petit Sapin le matin quand il sortait de la pouponnière après s’être réveillé. Cette fois-ci, il dû s’y prendre à deux fois avant de parvenir à s’extirper de la tanière sans s’envoler tellement le vent soufflait avec force. Enfin pour un chaton tel que Petit Sapin, on pouvait pratiquement dire qu’il était violent ! Sa corpulence n’étant pas très épaisse, il pouvait facilement être déstabilisé. Il avait beau avoir quatre lunes, il restait plus petit que ses camarades. Ça ne le gênait pas énormément pour l’instant car si quelqu’un s’avisait de lui faire la remarque, il répondait souvent pour sa défense que lui au moins avait le sang entièrement pur et pouvait être fier d’appartenir au Clan du Tonnerre, ce qui renvoyait généralement les petites canailles dans leurs buts. Comme il l’entendait souvent dire, la taille ne faisait pas la qualité ! Alors qu’on ne vienne pas le charrier avec ça. Il saurait s’adapter en fonction de sa silhouette et pourra certainement mieux jouer sur la vitesse que les gros balourds. De plus, il pouvait plus aisément se camoufler de par sa petite taille. Il avait même remarqué qu’en restant immobile et en fermant les yeux, il pouvait se fondre à une pierre grise sans problème. Enfin en tout cas, il se souvenait d’une novice de son clan qui avait été surprise de l’entendre parler, l’ayant pris pour une statue. Depuis, il s’était dit qu’il pourrait perfectionner ce talent mais étant encore jeune, il devrait sûrement attendre sa nomination avant de pouvoir sérieusement le travailler avec son mentor. D’ici-là, il avait décidé de s’exercer par lui-même. Le souci, c’était qu’il lui fallait des sujets à surprendre. S’il n’avait pas de sujets, il ne pouvait pas s’entraîner. Au camp, il avait plusieurs fois essayé de se cacher et faire une intervention spectaculaire à faire violemment sursauter, mais ses tentatives avaient le plus souvent échoué. Il comprit alors que son odeur devait être facilement repérable pour les siens qui avaient l’habitude de le voir traîner au camp dès qu’ils rentraient d’une expédition. C’est à ce moment-là qu’il eut une idée. Si les membres de son clan l’identifiaient rapidement au camp, il devait s’en éloigner pour que son odeur se confonde avec celle de la forêt. Avec un peu de chance, peut-être qu’il serait moins facilement détectable. C’était en tout cas ce qu’il espérait pour remplir à bien son nouvel objectif. Oui, Petit Sapin procédait souvent par buts. Disons que ça l’occupait. La vie au camp lui semblait bien monotone maintenant qu’il connaissait chaque recoin par cœur. Avant, il trouvait toujours une nouvelle activité pour se divertir, comme par exemple analyser la faune et la flore, regarder les tâches des apprentis pour savoir ce qui l’attendait ou même tout simplement méditer dans un coin du camp. Quelle qu’elles soient, il faisait chaque jour une découverte passionnante. À force, il s’en était lassé. Il était désabusé par sa curiosité et voulait maintenant passer à la vitesse supérieure. À commencer par ses capacités. Il était fort intelligent pour son âge et avait déjà l’esprit très pratique. Peut-être était-ce là son plus grand talent : la tactique.

C’était donc après avoir tourné en rond pendant plusieurs jours que Petit Sapin se décida à dépasser les limites de son camp. Juste de son camp. Il voulait parcourir un peu les alentours de son territoire dans l’espoir de réussir à surprendre quelqu’un. Qui que ce soit, il pouvait s’agir de n’importe qui, peu lui importait. Le tout pour lui, c’était d’accomplir la mission qu’il s’était donnée. Même s’il devait pour ça désobéir, il était bien déterminé à s’éclipser du camp. Quelque part, ça l’embêtait un peu de défaillir aux règles mais c’était de façon très exceptionnelle. Il commençait sérieusement à s’ennuyer, ça l’excitait de pouvoir fuir la routine habituelle. Il avait aussi un peu peur. Peur des représailles. Il savait que son absence ne passerait pas inaperçue – un sang-pur était forcément plus précieux qu’un autre chaton – et qu’il se ferait gronder à son retour, si on ne le retrouvait pas avant. Peut-être même en décevrait-il plus d’un, dans sa famille (il appelait famille tous les autres chats de même sang que lui). Lui qui était le chaton le plus modèle et obéissant de sa génération, comment avait-il pu lui aussi succomber à la tentation ? C’était un chaton, il avait beau être très bien éduqué, il restait un chaton assoiffé d’aventure, de nouveautés ! Comme tous les autres, même les sang-mêlés – quelle horreur, l’associer à cette race impure ! Il allait certainement descendre dans l’estime de certains mais il espérait qu’avec le temps, on lui pardonnerait. Il croisait les griffes pour qu’on ne le punisse pas trop violemment, il trouverait cela assez insultant. Eh, mais ! Petit Sapin n’était même pas encore parti qu’il pensait déjà à ce qui pourrait lui arriver une fois de retour au camp. Cette image exemplaire qu’il voulait de lui devenait une obsession. Il fallait que cela cesse ! Qu’il sache parfois laisser de côté son amour-propre pour connaître l’aventure et le plaisir qu’éprouvaient tous les autres chatons en s’échappant du camp. Sapin prit une grande inspiration, lui aussi voulait connaître ça, il n’y avait pas de raison pour qu’il en soit privé. Son regard fixe reflétait sa résolution, peut-être n’avait-il pas le cran nécessaire tout de suite, mais il avait toujours le courage enfoui quelque part. Le mâle gris se leva, pour la seconde fois, et sortit avec entrain de la tanière des chatons sans se laisser déséquilibrer par le vent cette fois. Il lui avait simplement fallu un petit coup de patte pour être poussé dehors. Et à présent qu’il était sorti, il lui était tout bonnement impossible de s’arrêter, il filait comme un petit chenapan. Très vite, il se faufila entre les fougères sans même regarder autour de lui. Dans d’autres circonstances, il aurait pris le temps de vérifier que personne ne le voyait s’enfuir mais ces précautions-là n’étaient plus au rendez-vous aujourd’hui. Boosté par une poussée d’adrénaline, il ne contrôlait même plus ses faits et gestes. Il n’avait plus qu’une seule idée en tête : cavaler pour se cacher, et ainsi profiter de sa liberté interdite. Que c’était palpitant ! Jamais encore il n’avait ressenti une telle émotion. Il était à la fois pris par la fascination et la peur ! Il avait beau se résoudre à placer de côté ses doutes, il ne pouvait s’empêcher de frémir. En contrepartie, il avait envie d’éclater de rire pour se soulager. Mais pas maintenant, avant il fallait qu’il trouve une cachette appropriée à son pelage gris...

Après avoir parcouru une distance qui lui semblât démesurée pour ses petites pattes et son cœur exténué par la course, Petit Sapin trouva enfin ce qu’il cherchait. Il avait déboulé dans une combe, et si ses souvenirs étaient bons, il s’agissait même de la combe sablonneuse où les apprentis s’entraînaient avec leur mentor. Personne ne s’y trouvait mais il y avait quelques petites roches par-ci par-là qui pourraient bien lui servir de camouflage. Un sourire radieux s’illumina sur le visage du chaton gris. Il ignorait encore ce qu’il ferait une fois caché, s’il allait attendre toute la journée que quelqu’un pointe son museau ou s’il allait s’occuper en patientant. La première solution lui parut la plus adaptée à son objectif. S’il voulait réellement surprendre, il devait être totalement dans son rôle de caméléon. Il se roula donc en boule juste à côté d’une pierre de la même couleur de son pelage, ses sens en éveil. S’il gardait les yeux ouverts, il pouvait être aussitôt repérable alors que s’il recouvrait sa tête de sa queue...
Il attendit ainsi un bon moment, il n’aurait su déterminer combien de temps exactement, ayant perdu la notion du temps, mais le silence alentour était très reposant à côté de l’habituel brouhaha au sein du camp. Les yeux toujours clos, il découvrait à présent la capacité de ses oreilles à percevoir les sons plus ou moins éloignés. C’était tellement agréable le chant des oiseaux le matin, il ne l’avait jamais écouté de cette manière auparavant. Il entendait même le sifflement du vent sur les feuilles des arbres, c’était comme s’il s’adressait à lui. Par toutes ces choses, Petit Sapin était littéralement épanoui. Jusqu’à ce que son attention détecte enfin ce qu’il attendait depuis le début : l’arrivée d’un autre chat. Il était encore difficile pour lui de reconnaître sans regarder l’identité du nouvel arrivant, même approximativement. Il sut en tout cas par l’odeur que l’animal n’était pas du même clan que lui, il se rappela même après quelques instants que l’individu portait un peu près la même que celle de Petite Mélancolie qu’il avait rencontrée précédemment. Par la suite, il devina par les miaulements aigus du félin qu’il s’agissait d’un chaton, comme lui. Plus jeune, sans doute. Il ne s’attarda pas trop sur ce détail. Ce qui l’agaça, c’était que ce soit de nouveau un de ces barbares du Clan de l’Ombre qui squatte ses terres. Il n’aimait pas ça, cela faisait déjà la deuxième fois qu’il surprenait un ennemi – de son âge – sur le territoire du Clan du Tonnerre. Mais tant pis, l’expérience de Petit Sapin allait de ce fait être beaucoup plus comique qu’il ne l’avait prévu. Après tout, il avait bien précisé que peu lui importait l’identité de son sujet, du moment qu’il s’exerce.
« Encore ! », feula Sapin pour faire peur au chaton inconnu. Il aurait certes pu crier "BOUH" mais c’était d’un classique... Autant que sa phrase ait de l’intérêt ! Le petit gris resta quelques secondes sans bouger pour laisser le temps à l’intrus de regarder autour de lui. Le repairerait-il tout de suite ?
Il se releva alors et ouvrit les yeux, découvrant avec satisfaction le chaton de dos. Il ne nota qu’ensuite qu’il avait un pelage roux tigré, c’était vous dire. Petit Sapin sentit les fourmis lui chatouiller les membres. Il était clair qu’après être resté si longtemps immobile, il allait forcément avoir des fourmillements en s’extirpant de sa position initiale. Ce n’était pas très agréable mais ça passerait. En attendant, il poursuivit ses reproches.
« Regarde plutôt derrière toi. C’est Petite Mélancolie qui t’envoie ? », railla-t-il comme il n’avait pas l’habitude de le faire. Il se surprit lui-même par le venin de ses paroles. Serait-il inconsciemment aussi rogue avec ses rivaux ? Peut-être qu’il avait du cran, finalement, peut-être qu’il ne l’avait simplement pas remarqué à force de se faire écraser par ses aînés...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.war-of-clans.com/presentations-acceptees-f11/pe
Maximilian l'Apprenti
administrateur •• shepp
administrateur •• shepp
avatar

♣ ÂGE : 22
♣ NE(E) LE : 21/11/1994
♣ PUF, PSEUDO : Shepp
♣ INSCRIT(E) LE : 10/10/2010
♣ MESSAGES : 122


Feuille de personnage
♣ RELATIONS:
♣ TALENT INNE: Puissance
♣ EXPERIENCE:
500/1000  (500/1000)

MessageSujet: Re: Le vent nous portera ~ pv   Sam 16 Avr - 21:26


    Après avoir découvert que le sol était inoffensif, le petit chaton roux le renifla - chose désagréable ; il éternua juste après en poussant un petit gémissement. Aimant peu cette sensation - son nez était désormais irrité -, il fut alors déjà plus réticent... il décida donc de se rouler dedans. Le sable vint se coller à son pelage, s'immiscer entre ses poils flamboyants ; il gazouilla ainsi quelques temps, tout content, puis se remit sur ses quatre pattes et s'ébroua le pelage. Ça grattait un peu, mais c'était rigolo. Il regarda donc avec plus d'attention ces vastes lieux couverts de ce sol étrange - on n'en trouvait pas de pareils vers le "campement". C'est alors que son magnifique regard bleu-vert s'arrêta sur une pierre, plus loin. Une pierre toute grise ; ça, il connaissait ! Mais la curiosité l'emporta ; il s'avança donc joyeusement vers elle, dans toute son innocence habituelle, ses coussinets piétinant le sable doux. Il se demanda s'il n'allait pas grimper dessus ; mais c'était peut-être trop dangereux ? Il avait peur de se blesser - ce qui était assez étonnant quand on voyait le gabarit de ce chaton ; certains jeunes novices étaient plus chétifs que lui... enfin. Bien entendu, Petit Yucca ne le voyait pas de cet œil. Plus il s'approchait de ladite pierre, plus il sentait quelque chose de bizarre dans l'air. Mais peu habitué à utiliser son flair, il ne repéra pas la présence de qui que ce soit... il s'avança, la passa, joyeusement, se détourna, s'avança encore, et puis...

    « Encore ! » Petit Yucca s'arrêta net, le pelage hérissé, les yeux ronds. La voix l'avait surprise, pire encore, son petit cœur s'était totalement emballé. Il ne comprenait rien à ce qui se passait. Il regarda partout autour de lui, effrayé, et finalement tomba sur ses pattes, se trouvant dans une position assise qui contrastait bien avec ses airs costauds. Il se mit à trembler, tout apeuré. Mais que se passe-t-il ? Jamais encore il n'avait été surpris de cette façon. Jamais encore on ne lui avait fait autant... peur. Oui, il avait peur, vraiment. Même les patrouilles qui le surprenaient - bon, au départ, il courait joyeusement vers elles donc forcément... - ne lui faisaient pas autant peur. Cela lui rappelait l'histoire de Spectre Lunaire. Et si c'était lui ?! Il allait le retourner ! Il ne voulait pas ! Il savait que le Papa de Petit Lierre n'était jamais revenu... il était "mort", d'après ce qu'on lui avait dit. "Mort" ; quel étrange mot... dans tous les cas, il n'avait aucune envie de l'être ! Ni mort, ni retourné dans le campement - ou ailleurs ! La voix étrange venait de derrière ! Petit Yucca voulut prendre la poudre d'escampette - et rentrer rapidement se blottir contre sa Maman - lorsque... la voix reprit, elle n'était pas très gentille, pire, elle semblait vraiment menaçante ;

    « Regarde plutôt derrière toi. C’est Petite Mélancolie qui t’envoie ? »

    Petit Yucca se retourna aussitôt et... ses yeux devinrent littéralement ronds comme des billes. Là, derrière lui, se trouvait la fameuse pierre - il était donc passé à côté quelques secondes plus tôt... et elle... un morceau était légèrement détaché et avait des yeux, et... le fixait... et... attendez une seconde... le petit chaton roux, dans toute son incompréhension, resta béat quelques instants. Cette pierre connait ma sœur ?! ... à vrai dire, était-ce vraiment une pierre ? Petit Yucca plissa les yeux... et enfin, s'aperçut que la pierre en question était velue... et avait un museau, quatre pattes et une queue... il se rendit alors compte que c'était... un chaton ! Un chaton bien minuscule comparé à lui, qui ne faisait pas vraiment son âge - ce qui rendait la scène assez comique ; l'énorme chaton roux tout effrayé par le petit chaton gris... Petit Yucca, confus, ne comprenait pas alors pourquoi il était ainsi agressé. Peut-être avait-il fait quelque chose de mal. Pourquoi "encore" ? Il comprit alors qu'il y avait sûrement un lien avec le fait que ce chaton connaissait Petite Mélancolie... un autre que lui aurait sûrement répondu sur le même ton ; mais le rouquin était loin d'être agressif - la preuve, même avec les chatons de son propre clan qui se moquaient de lui, il était doux comme un agneau ! Au contraire, tout curieux de cette rencontre avec ce chaton-pierre, il le regarda avec des yeux tout pétillants d'innocence - et il se redressa, tout de même, un peu de tenue.

    « Non, ma sœur ne m'a pas envoyé ! »

    Et oui, Petit Yucca répondait tout naturellement à sa question, avec une sincérité presque étrange. Il sourit, les moustaches frémissantes. Il n'avait pas parlé à Petite Mélancolie depuis quelques temps déjà ; elle ne lui avait jamais parlé d'un chaton-pierre ! Sûrement devrait-il en parler avec elle quand il rentrerait au campement. Dans tous les cas, le petit chaton roux ne se rendait pas du tout compte de sa situation. Le chaton gris l'avait impressionné, mais seulement parce qu'il l'avait surpris. Vu comme ça, il n'avait pas l'air bien méchant - enfin, du point de vue de Petit Yucca. Innocemment, il crut même qu'ils pourraient peut-être s'amuser ensembles - vision naturelle de l'innocent chaton qu'il était. Il savait ce qu'était un clan, mais alors le reste, il n'avait rien suivi ! Quant à savoir ce qu'était un "ennemi", il ne fallait même pas en parler. Il serait surpris de savoir qu'en vérité, il était censé haïr ce chaton en question. Son extrême gentillesse aurait rendu incompréhensible les explications.

    Enfin bref, tout cela pour dire que le rouquin, la surprise passée, était... tout simplement heureux, comme d'habitude.

    « Pourquoi, tu la connais ? »

    Il pencha la tête sur le côté, attendant avec impatience sa réponse. Non, vraiment, incorrigible... et tellement adorable. De quoi décontenancer, certes. Voyons un peu le tableau de plus près ; Petit Yucca avait le physique type de son père ; c'est-à-dire qu'il était plus grand que les jeunes de son âge, plus carré, déjà musclé - mais en vérité, cela lui donnait plus des airs maladroits qu'autre chose ; il avait encore de grosses pattes pataudes de chaton, ce qu'il était -, le pelage flamboyant... et un regard d'ange. Vraiment. Un regard qui ne laissait jamais passer de mauvais sentiments ; la seule fois où il avait montré un peu de colère - et encore, une simple colère gentillette -, c'était le jour où son frère avait voulu attaquer son amie la feuille, c'est pour dire...

____________________________________________

Maximilian du Yucca



Dernière édition par Nuage du Yucca le Dim 10 Mar - 15:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Petit Sapin
Membre
avatar

♣ ÂGE : 21
♣ NE(E) LE : 31/05/1996
♣ PUF, PSEUDO : Célizée
♣ INSCRIT(E) LE : 05/11/2010
♣ MESSAGES : 31


Feuille de personnage
♣ RELATIONS:
♣ TALENT INNE: Tactique
♣ EXPERIENCE:
100/1000  (100/1000)

MessageSujet: Re: Le vent nous portera ~ pv   Mer 20 Avr - 17:40


À présent assis, Petit Sapin fixa avec intérêt le chaton roux de ses yeux fades. Ah, son premier sujet, son premier essai, cela donnait une belle performance ! Au départ, le mâle du Clan de l’Ombre avait semblé plutôt apeuré et le petit gris fut satisfait de constater à quel point il avait réussi à surprendre. Bon certes, cet adversaire n’était pas le plus à redouter mais après tout, lui-même était chaton, il ne pouvait pas être trop ambitieux ! Même pour un jeune sujet, c’était une bonne réussite. Petit Sapin se félicita.
Restant de marbre, le chaton gris attendait de voir les expressions du visage de l’intrus. Il savait qu’en le découvrant, le roux allait être surpris, puis peut-être soulagé. Et ce fut en effet le cas : il fit de gros yeux et resta bouche bée un instant avant de se redresser pour répondre à Sapin. « Non, ma sœur ne m’a pas envoyé ! » Au tour du mâle gris d’être étonné. Ce chaton à l’allure poltronne était en réalité le frère de Petite Mélancolie ? Était-ce simplement possible ? Petit Sapin la connaissait comme étant une petite effrontée où l’insolence n’était pas une option chez elle ; dès son plus jeune âge, elle faisait déjà preuve d’une grande impertinence alors que Petit Sapin estimait que devant lui, elle n’avait pas son mot à dire. Évidemment, la pureté de sa race lui donnait de l’assurance face aux bâtards du Clan de l’Ombre qu’il méprisait. Cette dévergondée s’était délibérément permise d’insulter les terres de son clan, et de quel droit ? Sapin n’aimait pas les félins qui jugeaient sans savoir. La première entrevue entre les deux chatons n’avait donc pas vraiment été très amicale. Peut-être que celle avec son frère allait être meilleure.
Le tigré avait parlé avec une voix tout à fait normale et à travers cette drôle de sincérité, Petit Sapin comprit qu’il n’allait sûrement pas l’embêter comme Mélancolie l’avait fait. Il vit même un sourire joyeux s’étirer sur les babines du chaton, chose à laquelle il n’avait pas eu droit avec la bicolore. Il avait déjà l’air d’avoir oublié l’instant de stupeur et dégageait à présent un enthousiaste naturel. Le chaton gris s’en voulut d’avoir été si dur dès sa première intervention, il fallait qu’il arrête avec ses stéréotypes sur le Clan de l’Ombre. Ce n’était pas parce qu’il avait mauvaise réputation à ses yeux et que Petite Mélancolie n’avait fait que renforcer cette image qu’il devait se montrer méchant avec lui. Pendant une fraction de seconde, Sap se dit que ce mâle roux pourrait facilement renverser les attitudes de ses ennemis comme il venait de le faire pour lui. Il fallait bien avouer que l’allure innocente du tigré l’avait quelque peu déstabilisé, lui qui s’attendait encore à une stupide boule de poils. Et s’il donnait l’impression d’être naïf pour mieux tromper par la suite, ben Petit Sapin aurait très bien pu se faire avoir. Mais soit, passons, ce petit chat-là n’avait pas l’air offensif. Le gris le voyait dans ses yeux, il se comportait de façon... normale. Sapin avait presque du mal à y croire, lui qui avait l’habitude de croiser des cas à chaque coin de forêt. D’ailleurs, lui-même n’était pas classé comme étant "normal" avec ses fâcheuses tendances à rester à l’écart des autres et à se lancer des défis à lui tout seul. De plus, il parlait vraiment peu, il y avait de quoi le trouver bizarre, ce petit. Sap sortait du groupe, il est vrai, mais c’était son choix. Il ne voulait justement pas se fondre à cette masse de chats inintéressants. De plus, la plupart avait le sang impur, il ne pouvait d’autant pas traîner avec eux, ce serait moche !
« Pourquoi, tu la connais ? » s’enquit alors le chaton tigré. Petit Sapin hésita une seconde avant de répondre. Non pas qu’il ignorait la réponse mais il ne savait plus trop quelle manière adopter. Il reconnaissait qu’il s’était un peu trop emporté mais après tout, il était bien de son devoir de défendre son territoire, même en tant que minuscule chaton. Alors si le mâle du clan rival ignorait les frontières, il allait les lui apprendre. Enfin en tout cas, au moins celle du Chemin du Tonnerre vu que c’était la seule qu’il connaissait vraiment. Et ça tombait bien puisque c’était la séparation des Clans du Tonnerre et de l’Ombre. Soit, après une courte réflexion, Sap abandonna son ton hostile et aborda une position moins "stricte". Il relâcha ses membres ce qui permit d’adoucir les fourmillements qu’il avait aux pattes. Il ne souriait toujours pas mais son visage était déjà moins fermé. Peut-être qu’il allait pouvoir se révéler avec ce chaton, qui sait ? Chose qu’il ne faisait pas souvent, il avait tellement peur de froisser son image. Pour une fois, peut-être qu’il arrêterait de jouer au raisonnable et se conduirait comme un vrai chaton de son âge.
« Connaître, c’est un bien grand mot. » Il laissa sa phrase en suspend, se rendant compte qu’il parlait trop "bien", ça allait être difficile de se mettre à niveau lui qui répondait toujours par de belles phrases. « On s’est vus qu’une seule fois, tu sais. » Ah, que ce vulgaire "on" sonnait faux à l’oreille de Petit Sapin ! Mais tant pis, il avait dit qu’exceptionnellement, il cesserait d’être autant maniéré. Bon sang, ça n’allait pas le tuer ! Pourquoi avait-il si peur du changement ? Il fallait vraiment le décoincer par moments, il en avait cruellement besoin. La noble éducation qu’il recevait le rendait beaucoup trop taciturne, il n’avait plus aucune expansivité. Quelqu’un allait-il réussir à le sortir de là, un jour ?

Petit Sapin finit par se lever, ses pattes engourdies demandaient à s’agiter. Il s’ébroua avant de grimper sur une pierre – une vraie. De là-haut, il se tourna vers le chaton roux, une lueur de fierté dansant dans ses yeux clairs.
« Je suis Petit Sapin et j’appartiens au Clan du Tonnerre ! Et ce que tu vois là, c’est du sable. », précisa-t-il en montrant du bout de la queue la matière dans laquelle il se trouvait. Appréciant étaler ses connaissances, il poursuivit : « C’est d’ailleurs pour ça que ce lieu s’appelle la combe sablonneuse. Sauf que tu n’as pas le droit de venir ici parce que ce sont mes terres, non celles du Clan de l’Ombre. » Il réfléchit un instant. « Comme tu es moins désinvolte que ta sœur, je vais te faire une faveur. Mais ça reste entre nous hein, c’est interdit. », ajouta-t-il plus bas comme s’il redoutait d’être entendu. Il descendit finalement de son perchoir et vint se poster devant le chaton tigré. « À toi. », lâcha-t-il pour l’inviter à se présenter. C’est à ce moment-là qu’il se rendit compte à quel point le roux était imposant et qu’il semblait complètement ridicule à côté de sa forte corpulence. Mais Petit Sapin ne le craignait pas, il constatait juste. De toute façon, qui c’est qui avait fichu la trouille à l’autre ? Bon.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.war-of-clans.com/presentations-acceptees-f11/pe
Maximilian l'Apprenti
administrateur •• shepp
administrateur •• shepp
avatar

♣ ÂGE : 22
♣ NE(E) LE : 21/11/1994
♣ PUF, PSEUDO : Shepp
♣ INSCRIT(E) LE : 10/10/2010
♣ MESSAGES : 122


Feuille de personnage
♣ RELATIONS:
♣ TALENT INNE: Puissance
♣ EXPERIENCE:
500/1000  (500/1000)

MessageSujet: Re: Le vent nous portera ~ pv   Jeu 21 Avr - 23:07


    Petit Yucca ne se rendit pas compte un seul instant de la remise en question des préjugés du chaton gris, de toute évidence, il n'avait pas bien compris dans quelle posture il était. Il ne savait pas non plus qu'il n'aimait pas sa sœur - ce qui était totalement impossible dans la conception des choses du petit mâle roux ; Petite Mélancolie était adorable, en tout cas avec lui. Elle avait été très gentille, il l'aimait beaucoup. Il pensait qu'elle avait amicalement discuté avec lui. Il pouvait même envisager la possibilité qu'il soit un de ses amis. Petit Yucca, tout curieux, pointait les oreilles en avant avec attention. Le chaton-pierre sembla hésiter, mais à peine, puisque déjà il lui répondait.

    « Connaître, c’est un bien grand mot. » Petit Yucca ne voyait pas vraiment en quoi ce mot était grand, mais s'il le disait, c'est qu'il avait sûrement raison ! Le petit chaton roux pencha la tête sur le côté, toujours avec autant d'attention, suspendu à ses paroles. Il ne savait pas trop comment il devait le comprendre. Ni même en quoi le fait qu'il soit petit ou gros change quelque chose à la question. Sûrement y avait-il une explication à cette phrase mystérieuse ; elle vint d'ailleurs plus vite qu'il ne l'aurait imaginé. « On s’est vus qu’une seule fois, tu sais. » Ainsi donc, Petite Mélancolie n'avait croisé qu'une seule fois le chaton-pierre ! Oh, ça, à la limite, lui aussi il avait parfois croisé une seule fois des chatons sympathiques. En tout cas, c'était bien ! Il avait hâte de lui en parler - mais ça ne servait à rien s'il ne restait pas un peu plus longtemps afin de mieux "connaître" le chaton-pierre - et puis d'ailleurs, ce devait être bien étrange d'être ainsi ! Et bien pratique ; lui aussi aimerait bien se fondre dans quelque chose, mais son pelage flamboyant ne semblait s'accorder avec rien qui ne soit sur terre, à moins peut-être ce grand rond lumineux dans le ciel, et encore, il faisait beaucoup trop mal aux yeux quand il le regardait, donc pas vraiment. Sinon, il pouvait se fondre avec son Papa ou le Papa de son Papa, mais ça n'avait que peu d'intérêt, et ils étaient trop occupés tous les deux - ils devaient faire beaucoup de choses, d'après ce qu'il avait compris, mais il ne savait pas vraiment quoi.

    Le chaton gris se leva et s'ébroua. Puis il grimpa sur une pierre. Petit Yucca le suivit du regard avec attention. Il était debout, du coup il ne se fondait plus trop avec. Et puis, à présent qu'il l'avait repéré, c'était plus facile. Enfin ; le chaton-pierre se tourna vers lui. Il semblait très heureux, enfin, c'était de la joie étrange, il ne savait pas comment la définir. Il ne savait pas ce qu'était la fierté - il n'en avait pas spécialement. En tout cas, il était content que l'autre soit aussi content. Il semblait même... ah, voilà, satisfait, c'était le mot ! Un mot bien compliqué, mais il l'avait appris par les Grands, qui disaient qu'eux n'étaient pas satisfaits de son comportement... en pensant à cela, il fut un peu gêné, il n'aimait pas penser aux moments où il se faisait gronder ; mais tout passa très vite, il oublia presque instantanément cette pensée négative. Il avait des tendances bien trop optimistes pour se laisser déranger dans un tel moment. Il voulait savoir qui était le chaton-pierre.

    « Je suis Petit Sapin et j’appartiens au Clan du Tonnerre ! Et ce que tu vois là, c’est du sable. » Petit Sapin ! Il n'avait pas vraiment l'air d'un sapin - d'un côté, lui n'avait pas l'air d'un yucca, son père n'était pas très cendré, et sa mère n'était pas une plume, mais sur le coup cette pensée lui parut claire. Quant au clan du Tonnerre, il savait qu'il existait, il en avait déjà vaguement entendu parler ; il y avait quatre clans, sa Maman le lui avait dit ; l'Ombre - le sien -, le Tonnerre donc, le Vent et la Rivière. Il ne savait pas pourquoi son clan s'appelait l'Ombre, mais c'était sûrement parce qu'il faisait très sombre chez eux. Enfin. Pas vraiment, en fait ; les arbres cachaient bien le soleil dans la forêt... et il ne lui semblait pas qu'il y ait énormément de "tonnerre" dans les environs. Mais à force de chercher une logique partout, il finissait pas ne réellement plus rien comprendre ; il fit donc abstraction de cette étrange pensée. Il y avait bien plus important à penser, comme par exemple, le fait qu'il marchait sur du sable ; le chaton-pierre, enfin, Petit Sapin venait de le lui montrer du bout de la patte. Le chaton roux, étonné, leva la patte... puis gratta un peu le "sable" avec. Il était tout content, et béat d'admiration. Le chat... hum, Petit Sapin avait énormément de connaissances !

    « C’est d’ailleurs pour ça que ce lieu s’appelle la combe sablonneuse. Sauf que tu n’as pas le droit de venir ici parce que ce sont mes terres, non celles du Clan de l’Ombre. » L'étonnement s'afficha sur le visage de Petit Yucca qui releva son regard sur le chaton gris. Pas le droit ? Il connaissait bien ce que cela voulait dire, oh que oui. Mais la déception s'afficha dans son regard. Il ne remit pas un seul instant ses paroles en question, mais il sembla subitement perdre toute sa joie ; il était triste. Triste de savoir qu'il n'avait pas le droit de venir jouer ici. Il n'y avait pas de sable près de chez lui. Et puis, il ne comprenait pas vraiment ; pourquoi ses terres à lui ? Il ne lui semblait pas que tout cela appartienne à qui que ce soit, les autres créatures volantes et grimpantes y erraient sans problème. Il était donc confus. « Comme tu es moins désinvolte que ta sœur, je vais te faire une faveur. Mais ça reste entre nous hein, c’est interdit. » Désinvolte ? Il ne comprenait pas ce qu'il avait dit sur sa sœur, mais il le regarda avec un peu plus de recul. Petit Sapin n'avait pas l'air méchant, mais il ne savait pas trop ce qu'il voulait dire par "lui accorder une faveur". Qu'avait-il fait à sa sœur ? Il lui semblait qu'elle n'avait rien eu, mais il ne comprenait pas trop pourquoi il aurait été méchant avec elle. Enfin, il se faisait sûrement des idées, il ne pouvait pas avoir été méchant avec elle, non ?

    Le chaton gris descendit de la pierre et vint se planter devant lui. Petit Yucca ne savait plus trop comment réagir, il était un peu triste, déçu, intrigué ; dans tous les cas, il ne se méfiait pas vraiment de Petit Sapin. Si quelqu'un avait été méchant avec sa sœur, il le saurait ; et puis, comme il le pensait, personne n'était réellement "méchant". « À toi. » Le chaton roux le regarda avec hésitation. Dans cette situation, sa timidité naturelle revenait au galop. Il avait sa salive et tenta d'arborer un bien faible sourire.

    « Moi, c'est Petit Yucca... Mon Papa gère le clan de l'Ombre, et... heu... » Il ne savait pas trop quoi dire. Il savait juste que son Papa devait "gérer" - c'était bien le mot qu'il avait entendu - le clan, d'ailleurs il l'avait dit machinalement, pour avoir quelque chose à dire. Il considérait que c'était une information du même ordre que donner son nom, non pas qu'il se vanta ; il n'avait aucune "fierté", encore une fois, et donc le fait que son père soit le meneur du clan de l'Ombre n'avait aucun impact sur lui. Tout ce qu'il savait, ce que le fait qu'il gère le clan de l'Ombre le rendait bien souvent absent. Il était rarement là pour eux. Il ne lui en voulait pas, bien sûr ; c'était très important d'après les autres. « Pourquoi c'est interdit ? » Il pencha la tête sur le côté, interrogateur, avant de poursuivre : « Près du campement - pour lui, son campement était "le" campement - il n'y a pas de sable... »

    Et il afficha toute sa tristesse avec ses grands yeux larmoyants. Il aurait aimé venir jouer ici. Il était si content d'avoir trouvé un tel endroit, aussi doux - mais bien moins froid - que son amie la neige, qui n'allait pas revenir avant bien longtemps. Et cela voulait dire qu'il n'avait pas le droit de venir jouer avec lui ? Mais pourquoi ? Après tout, il ne faisait rien de mal... encore qu'on le gronde parce qu'il était loin du campement, c'était une chose, mais là... il baissa le museau. Il aurait bien miaulé un petit "C'est pas juste", mais il n'avait pas envie d'embêter Petit Sapin, déjà qu'il lui accordait une faveur, ce n'était pas de sa faute...

____________________________________________

Maximilian du Yucca



Dernière édition par Nuage du Yucca le Dim 10 Mar - 15:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Petit Sapin
Membre
avatar

♣ ÂGE : 21
♣ NE(E) LE : 31/05/1996
♣ PUF, PSEUDO : Célizée
♣ INSCRIT(E) LE : 05/11/2010
♣ MESSAGES : 31


Feuille de personnage
♣ RELATIONS:
♣ TALENT INNE: Tactique
♣ EXPERIENCE:
100/1000  (100/1000)

MessageSujet: Re: Le vent nous portera ~ pv   Mar 3 Mai - 19:52


Le rouquin eut du mal à s’exprimer mais esquissait néanmoins un petit sourire. De toute évidence, Petit Yucca était timide. Oh, ce n’était pas bien grave. Ce qui amusa Petit Sapin, ce fut la façon dont il annonça que son père était le chef du Clan de l’Ombre, il l’avait précisé comme s’il s’était agi d’une banalité. Le petit gris avait ouvert de grands yeux, impressionné, avant d’ajouter en plaisantant « Ma mère n’est pas Étoile d’Aubépine mais je suis quand même un originaire pur du Clan du Tonnerre. Mes parents, ainsi que mes grands-parents, ainsi que mes arrière-grands-parents, etc., étaient tous de grands guerriers du Clan du Tonnerre. » Sap bomba le torse, fier de révéler ses origines. De véritables sang-purs comme lui, il y en avait de moins en moins de nos jours ! Il pouvait donc être content de faire parti de cette race pure et précieuse. Enfin, il voyait bien que Yucca ne cherchait pas à se vanter en se disant fils du chef et c’était d’ailleurs bien pour cette raison que Sapin l’avait gentiment taquiné en soulignant que lui n’était pas un rejeton d’Étoile d’Aubépine. En tout cas, il venait de faire une sacrée découverte parce que jusqu’ici, il ignorait que Petite Mélancolie était la fille d’Étoile Cendrée. Là-dessus, il redoutait maintenant de s’être attiré des ennuis en ayant critiqué la chatonne bicolore. Avait-elle rapporté à son père la rencontre qu’elle avait eue avec lui ? Allait-il prendre les dispositions nécessaires pour le punir d’avoir été irrespectueux envers sa fille ? Nooooon, c’était absurde ! Un meneur n’avait pas que ça à faire et puis de toute façon, c’était Mélancolie qui était le plus en tort puisqu’elle avait osé franchir la frontière du Clan du Tonnerre. Petit Sapin n’avait fait que lui rappeler les règles, il avait même opté un ton parfaitement neutre. Bon, c’est vrai, peut-être qu’il s’était montré un petit peu odieux avec la femelle mais seulement parce que celle-ci avait été insupportable. Enfin tant pis, ça l’étonnerait quand même que Mél vienne se plaindre auprès du chef à moins d’être une fifille à son papa cachant bien son jeu.
« Pourquoi c'est interdit ? » demanda Petit Yucca, tirant ainsi le chaton gris de ses pensées. Il avait laissé tomber sa tête sur le côté et regardait Petit Sapin avait un air interrogateur. « Près du campement, il n'y a pas de sable... »
Sapin fut assez embarrassé de voir Yucca attristé et il dut bien admettre que... lui-même ne savait pas trop exactement pourquoi c’était interdit. Ça l’était parce qu’on le lui avait appris comme ça, il n’avait pas spécialement cherché à savoir pourquoi. Il existait Quatre Clans, chacun possédant son propre territoire à défendre. Maintenant, se demander pourquoi il n’y avait pas de façon possible de se rendre visite entre clans différents ne lui était jamais venu à l’esprit. Il connaissait très peu de chats extérieurs, lui voyait les "autres" comme les "méchants". C’était assez étroit comme vision des choses et en voyant Petit Yucca, il s’en rendit bien compte. Il n’était pas de son clan et pourtant, il ne lui voulait aucun mal ! Il était comme lui, un chaton appartenant à un clan à qui on interdisait toutes sortes de choses. Comme rendre visite à un félin d’un clan adverse, par exemple. Petit Sapin baissa les épaules pour obliger le chaton roux à relever la tête. « Ne sois pas triste, Petit Yucca... Je sais simplement que c’est interdit pour chaque clan mais ça ne veut pas dire que je ne t’aime pas. Et je suis sûr que sur ton territoire, il y a certaines choses qui n’existent pas ici ! Tu n’es pas d’accord ? », lui chuchota-t-il dans l’espoir de faire disparaître ses peines. Petit Sapin se redressa et esquissa un sourire pour redonner confiance au rouquin. C’est vrai, après tout, il l’aimait plutôt bien. Il était très différent des autres chatons qu’il avait déjà rencontrés. Même s’il était encore candide face à certaines choses – pour ne pas dire toutes –, il faisait preuve d’une sincérité touchante. « Et tu sais, il existe même un endroit où on a le droit de rencontrer les chats des autres clans quand on veut, ça s’appelle les "Terres Libres". », ajouta-t-il pour tenter de le rassurer d’avantage. Il n’aimait pas que Petit Yucca ait du chagrin, il avait dégagé une telle joie de vivre en arrivant ici que ça le mettait mal à l’aise de le voir tant attristé. Surtout si c’était de sa faute parce que ça n’avait pas du tout été son intention...
Brusquement, Petit Sapin eut envie de jouer avec le chaton roux. Il profita de son petit temps d’inattention pour le surprendre – une nouvelle fois – et lui bondir dessus. Tout deux roulèrent dans le sable et alors que Sapin réussit à plaquer Yucca sur le dos sous l’effet de la surprise, il le regarda dans le fin fond des yeux avec un sourire malicieux collé au visage. « Comme ça, tu auras un souvenir du sable ! », lui dit-il en s’esclaffant. Mais bien vite, Petit Yucca lui fit perdre l’équilibre et il bascula sur le côté. Heureusement, le sol sablonneux amortit sa courte chute. Il se plaça à son tour sur le dos et admira le ciel en laissant échapper un simple soupire. Ah ! Ce Yucca avait une bonne influence sur lui, Sap était d’humeur joueuse pour une fois !


Dernière édition par Petit Sapin le Ven 26 Aoû - 23:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.war-of-clans.com/presentations-acceptees-f11/pe
Maximilian l'Apprenti
administrateur •• shepp
administrateur •• shepp
avatar

♣ ÂGE : 22
♣ NE(E) LE : 21/11/1994
♣ PUF, PSEUDO : Shepp
♣ INSCRIT(E) LE : 10/10/2010
♣ MESSAGES : 122


Feuille de personnage
♣ RELATIONS:
♣ TALENT INNE: Puissance
♣ EXPERIENCE:
500/1000  (500/1000)

MessageSujet: Re: Le vent nous portera ~ pv   Sam 2 Juil - 17:16


    « Ma mère n’est pas Étoile d’Aubépine mais je suis quand même un originaire pur du Clan du Tonnerre. Mes parents, ainsi que mes grands-parents, ainsi que mes arrière-grands-parents, etc., étaient tous de grands guerriers du Clan du Tonnerre. » Le chaton-pierre prit une drôle de pose, comme s'il s'étirait un peu, ce qui intrigua Petit Yucca - qui ne comprenait pas les marques de la fierté. En vérité, cette information rendait le petit chaton roux content, mais sans plus - de toute évidence, il voyait cela au même titre que lui avait révélé le rang de son père, comme une simple banalité. Il ne lui semblait pas qu'il y ait de réelle hiérarchie. Mais bon tout de même, tout ce monde au clan du Tonnerre le sidérait. Il lui paraissait même étrange que son grand-papa ait eu un papa lui aussi. Déjà que le sien en ait un l'était... après tout, il ne savait pas trop. Il se demandait juste pourquoi ils étaient aussi grands l'un que l'autre ; il lui semblait qu'un papa était toujours plus grand et devait protéger l'autre. Il était assez amusant d'imaginer la vision de Petit Yucca, avec des guerriers de plus en plus petits jusqu'à... lui. Oh bien sûr, pour un chaton, il était plutôt imposant, mais par rapport à son Papa, il restait une crevette.

    Enfin, la tristesse ne le quittait pas, et le petit chaton roux faillit même renifler un peu... il vit dans son champ de vision Petit Sapin affaisser les épaules. Il releva alors les yeux. Le chaton-pierre lui parla alors gentiment : « Ne sois pas triste, Petit Yucca... Je sais simplement que c’est interdit pour chaque clan mais ça ne veut pas dire que je ne t’aime pas. Et je suis sûr que sur ton territoire, il y a certaines choses qui n’existent pas ici ! Tu n’es pas d’accord ? » Petit Yucca releva les oreilles, ses grands yeux larmoyants empli de bonheur. Ça ne veut pas dire qu'il m'aime pas... ça veut dire qu'il m'aime bien ! Songea-t-il joyeusement, toujours dans son insouciance habituelle. Cette conclusion le rendait heureux. Il n'avait pas beaucoup d'amis parce qu'il ne jouait pas aux mêmes jeux que les chatons du clan. C'était de sa faute, il était trop pataud, il le savait. Mais il était content ; le chaton-pierre était gentil, il lui apprenait pleins de choses - même s'il lui apprenait qu'il n'avait pas le droit de faire certaines choses, en fait - et le réconfortait. D'un côté, ce n'était pas bien difficile, mais le petit chaton roux était tout de même comblé ; il lui fallait un rien pour être heureux. Il hocha vigoureusement la tête. Chez moi, il y a une étendue d'eau toute bleue et toute fraîche, il y a un endroit tout gluant rigolo et un passage secret !

    Le chaton-pierre sourit. Petit Yucca continuait de le regarder, les yeux toujours pétillants. « Et tu sais, il existe même un endroit où on a le droit de rencontrer les chats des autres clans quand on veut, ça s’appelle les "Terres Libres". » Tout intrigué, le petit chaton roux ne bougeait toujours pas. Il ne savait pas ça, son Papa et sa Maman ne le lui avaient jamais dit. C'était dommage, il ne comprenait pas pourquoi il n'avait pas le droit ailleurs... mais s'il y avait un endroit où se rencontrer, alors c'était sûrement une bonne chose ! Il lui fallait juste savoir où se trouvaient ces Terrelibres. Il l'aurait bien demandé à Petit Sapin, mais il était un peu gêné.

    Alors qu'il allait enfin se décider à poser la question... le chaton-pierre lui bondit dessus ! Petit Yucca se laissa surprendre, lui qui habituellement ne jouait pas. De toute évidence, il était bien trop maladroit pour esquiver s'il en avait eu l'occasion ; bref, il fut facile à retourner dans ses conditions malgré son poids, Petit Sapin était plus rapide. Ils roulèrent alors dans le sable. La sensation était plutôt agréable, le sable ne lui piquait pas, mais dans son étonnement, Petit Yucca était un peu paniqué. Il ne comprenait pas trop. C'est alors qu'enfin, à force de roulés-boulés, se laissant balloter sans comprendre, Petit Yucca finit sur le dos, avec Petit Sapin sur lui ! Alors qu'il reprenait son souffle, empli d'émotions, il aperçut le sourire malicieux de celui qui était déjà, à ses yeux, son nouvel ami. Il comprit alors - bien entendu, il ne lui avait pas avoué qu'il avait peur de jouer, mais mieux valait qu'il ne le lui dise pas, et puis, dans cet endroit tout sablonneux, il n'avait pas eu mal ; Petit Yucca se laissa donc aller à ce petit moment d'euphorie, perdant toutes ses inquiétudes... et se mit à rire de bon cœur.

    « Comme ça, tu auras un souvenir du sable ! »

    Petit Yucca agita un peu les pattes et Petit Sapin bascula sur le côté. Ce dernier se plaça à son tour sur le dos, à ses côtés. Petit Yucca avait tourné la tête vers lui afin de vérifier qu'il ne s'était pas fait mal ; mais il semblait que ce sable, tout comme la neige, empêchait de se blesser. Le petit chaton roux était content. Il regarda face à lui le ciel, tout comme le faisait Petit Sapin. Il semblait si haut et si infini. Le temps était si beau. Il se sentait bien, ici. Il n'avait pas hâte de rentrer chez lui. Pourtant, Petit Sapin avait dit qu'il ne devait pas rester. Cela l'attristait beaucoup. Mais ils allaient sûrement se revoir dans les Terrelibres. C'était le principal. Petit Yucca regardait l'avenir avec optimisme. Sa joie ne pouvait être ébranlée par une pensée négative alors qu'il venait de rencontrer Petit Sapin. Même si au départ, il lui avait fait très peur, il était très content de l'avoir rencontré. Il avait bien fait, tout de même, d'aller ici, même s'il ne savait pas qu'il n'avait pas le droit. En vérité, ils se connaissaient depuis quelques minutes seulement, mais Petit Yucca n'avait pas la notion de temps. Cela lui était égal ; il était bien trop jeune pour s'en soucier.

    « Tu es gentil. J'aime beaucoup le sable. J'espère qu'un jour, tout le monde aura le droit d'aller chez tout le monde, ce serait beaucoup plus rigolo. » Et le petit chaton roux, tout naïf dans sa sincérité, de sourire encore. Oui, il aimerait bien avoir le droit de sortir sans faire de la peine à ses parents, aller ici tout en en ayant le droit... c'est alors que Petit Yucca fut frappé par la réalité. « Je comprends mieux maintenant pourquoi tous ceux que je rencontre chez moi croient que je vais me fâcher. C'est triste, moi j'aimerais bien rencontrer plus de monde. » Après cette déclaration, le petit mâle roux ferma à moitié les yeux, tout détendu, les quatre pattes en l'air. Puis continua de sa petite voix : « Comme ça, on pourrait se voir plus souvent, tu ne crois pas ? Parce que sinon, on peut pas savoir à quel moment l'autre est dans les Terrelibres. Et puis j'aimerais bien te voir plus souvent, parce que tu es gentil et que je t'aime bien. »

____________________________________________

Maximilian du Yucca



Dernière édition par Nuage du Yucca le Dim 10 Mar - 15:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Petit Sapin
Membre
avatar

♣ ÂGE : 21
♣ NE(E) LE : 31/05/1996
♣ PUF, PSEUDO : Célizée
♣ INSCRIT(E) LE : 05/11/2010
♣ MESSAGES : 31


Feuille de personnage
♣ RELATIONS:
♣ TALENT INNE: Tactique
♣ EXPERIENCE:
100/1000  (100/1000)

MessageSujet: Re: Le vent nous portera ~ pv   Sam 27 Aoû - 1:00


Lorsque Petit Sapin tenta de consoler le chaton roux, une de ses phrases sembla voler la tristesse de Petit Yucca. Le gris ignorait laquelle mais n’y prêtait que très peu d’attention, l’important c’était que le mâle du Clan de l’Ombre aie retrouvé sa joie de vivre. Il voyait dans ses yeux pétillants de bonheur ce qu’il ne voyait chez personne. Sapin était de plus en plus agréablement surpris de voir une lueur comblée rayonner dans le regard du rouquin. À vrai dire, au camp du Clan du Tonnerre, il n’avait personne à émerveiller. Peut-être Petite Source, quelques fois, mais elle ne le prenait jamais au sérieux. Alors que ce chaton-ci, à la moindre de ses paroles, il paraissait encore plus gai qu’au naturel. Comment se retenir de parler dans de telles conditions ? Lui qui avait pour habitude de garder le silence le plus longtemps possible, savoir que les mots qui sortaient de sa bouche rendaient un individu heureux dans la forêt lui faisait également plaisir. Et puis... c’était tellement plus simple de parler à un inconnu qu’on n’était pas sûr de revoir un jour. Ce qui posait apparemment problème du côté de Yucca qui lui fit savoir que lui souhaiterait absolument que chaque tribu puisse se rendre visite en paix n’importe où et à n’importe quel moment. La mine égayée de Sap s’assombrit soudainement. Ça devenait presque niais pour le coup, il savait que ce n’était pas possible. Pour des chatons comme eux, ce ne serait pas un souci, mais les adultes avaient toujours certains conflits à régler entre eux, quelle que soit l’époque. Et ce n’était pas des problèmes mineurs comme ceux qu’avaient les gamins tous les jours, c’était loin des chamailleries en tout genre. Petit Sapin ignorait ce que c’était réellement. Il était conscient de toutes les choses que ce n’était pas mais quand il essayait de savoir de quoi il s’agissait vraiment, on lui faisait toujours barrage. On le renvoyait aussitôt dans ses buts en disant que les affaires des grands ne le regardaient en rien et qu’il était bien trop jeune pour se mêler de ça. On lui disait même des choses blessantes, parfois, qui le laissaient interdit un certain temps – car ils avaient raison, au fond, il n’avait que quatre misérables petites lunes, pourquoi s’intéressait-il autant à des histoires barbantes d’adultes ? Peut-être parce qu’il se doutait que c’était important, que ça concernait tout le monde. En tant que chat d’une éternelle lignée de sang-purs, il se devait de s’attarder là-dessus. Après tout, les guerriers ne cessaient de répéter que les chatons étaient l’avenir du peuple. Eh bien soit ! Le plus tôt sera le mieux dans ce cas. Mais en contrepartie, peut-être voulait-on le préserver de quelque chose, se demandait Petit Sapin : si on l’empêchait de connaître le sujet des disputes entre clans, c’est qu’il devait y avoir une bonne raison. Sap finissait donc par passer à autre chose, comme tous les chatons, se décidant enfin à réfléchir sur des choses de son âge. Bien que ce soit moins attrayant. Évidemment, c’était toujours ce qui était inaccessible qui rendait plus curieux, ça, le chaton gris l’avait très vite remarqué !

Ne voulant pas contrarier son nouveau camarade, Sapin demeura silencieux. Tout l’art de son arme était là : préserver le silence. Car le silence s’entretenait, il suffisait d’un geste, d’un mot pour le briser. Mais Petit Sapin restait immobile, savourant ce silence à sa juste valeur. Il avait toujours était la clé de la réussite pour lui. Penser mais ne surtout pas dire son opinion. C’est ce qu’on lui avait appris. Souvent, il valait mieux garder ses pensées pour soi. Dans cette situation, cependant, il savait que les propos de son voisin appelaient une réponse, il ne pourrait donc pas garder éternellement le silence. Ce serait manquer de politesse. Il sentait le regard insistant de Petit Yucca se poser sur lui mais il garda la tête froide, ses yeux toujours rivés sur la voûte céleste. Il ne voulait pas décevoir le petit chat tigré en lui avouant qu’il y avait peu de chance pour que tout cela arrive un jour. Lui-même n’aimerait pas que ça se produise, il aimait trop son clan pour s’unifier avec les trois autres. Car pour lui, s’entendre continuellement avec les camps voisins et partager les mêmes idéologies qu’eux revenaient à ne faire plus qu’un. Elle était ici la source du problème : la fierté de chacun. Yucca ne comprendrait pas, du moins, pas aujourd’hui. Sap décida donc de ne rien dire pendant quelques instants et de laisser le vent emporter les paroles du rouquin au loin, les retenant tout de même dans un coin de sa tête. Il réfléchissait à ce qu’il allait dire, il devait – il fallait ! – trouver les mots justes. Il se rappela alors des compliments de Petit Yucca, soulignant sa gentillesse. Il avait tellement été obnubilé par le monde sans haine que proposait son compagnon qu’il en avait oublié l’essentiel : l’amitié naissante des deux garnements. Il se releva brusquement, tournant son regard doré vers lui. Il se rendit alors compte qu’on ne lui avait jamais adressé personnellement une aussi jolie parole. Ému, Petit Sapin resta sans voix quelques secondes – venant s’ajouter à son silence intriguant. Il était tellement bouleversé qu’il ne réussit même pas à esquisser le moindre sourire pour montrer son enchantement. Gentil... Petit Yucca le trouvait gentil ! Pris d’une fougue soudaine, il s’écria joyeusement :

« Tu as raison, Petit Yucca ! » Il martela ses mots. « Soyons amis, toi et moi, nous pourrions faire de nouvelles rencontres ensemble sur les Terres Libres. Qu’en dis-tu ? Personne ne pourra nous le reprocher puisqu’elles n’appartiennent à personne ! Nous ne serions pas en fraude. »

Le chaton gris se redressa entièrement, déterminé, tandis que des milliers de petites étoiles brillaient dans ses yeux colorés. Il paraissait avoir oublié tout le reste. La seule chose qui comptait à ses yeux – justement – en cet instant ultime, c’était l’amitié qui liait à présent les deux félins de clans ennemis. Ennemis ? Foutaises ! Ce ne sont que des titres, des étiquettes. Personne n’est ennemi tant que l’un ne connaît pas l’autre. Ça semblait tellement évident désormais ! Petit Sapin devait cesser coûte que coûte d’avoir des préjugés sur autrui, la tribu d’origine ne faisait pas la personne. À partir du moment où deux individus s’entendaient, où était le mal à s’en faire un ami ? Tout cela n’avait plus aucune espèce d’importance. Sapin et Yucca étaient maintenant amis, rien ne pourrait briser leur entente, même pas le gouffre qui les séparait.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.war-of-clans.com/presentations-acceptees-f11/pe
Maximilian l'Apprenti
administrateur •• shepp
administrateur •• shepp
avatar

♣ ÂGE : 22
♣ NE(E) LE : 21/11/1994
♣ PUF, PSEUDO : Shepp
♣ INSCRIT(E) LE : 10/10/2010
♣ MESSAGES : 122


Feuille de personnage
♣ RELATIONS:
♣ TALENT INNE: Puissance
♣ EXPERIENCE:
500/1000  (500/1000)

MessageSujet: Re: Le vent nous portera ~ pv   Dim 23 Oct - 16:56


    Le silence qui suivit n'affecta pas vraiment Petit Yucca, toujours plongé dans son éternelle innocence. Ses mots avaient dit avec une sincérité infaillible, et personne ne pouvait en douter. Il n'était pas un menteur, il ne savait même pas ce qu'était un mensonge. On pouvait lire en lui comme dans un livre ouvert. Ce qui aurait pu être dangereux dans certaines conditions. Mais son jeune âge et sa chance naturelle - pour combien de temps encore ? - le protégeaient. Il n'était pas en sucre d'apparence, mais intérieurement, qu'en était-il ? Il semblait difficile de croire qu'un jour un malheur puisse survenir à un chaton comme lui. Mais le malheur tombait sur n'importe qui. Il n'était pas plus à l'abri qu'un autre. Il était même peut-être plus exposé. Le petit chaton roux ne pouvait se douter du destin qui l'attendait sûrement. Il ne pouvait s'imaginer plus grand, guerrier. Il ne pouvait imaginer la guerre, le sang, la douleur. Enfin, il savait plus ou moins ce que c'était, le sang et la douleur ; il en avait peur. Mais il considérait que c'était un aléa de la vie et qu'il suffisait de faire attention. Lui, faire du mal à quelqu'un ? Mais pourquoi donc ? C'était totalement insensé. Et pourtant, quand on voyait sa carrure, ses belles petites griffes bien rangées là, à ses petites pattes, on pouvait presque revoir Petite Plume et Petite Braise, ses prédécesseurs, et tous savaient trop bien que les cicatrices que ces deux-là avaient sur leur pelage n'étaient pas accidentelles...

    Mais les problèmes des adultes ne semblaient pas le concerner plus que ça pour le moment. Contrairement à Petit Sapin, il ne se projetait pas ainsi ; tout cela ne lui semblait pas si important. Ses parents n'avaient pas cherché à l'inquiéter, de toute évidence. Etoile Cendrée avait cherché à protéger ses petits avant même qu'ils ne naissent, acceptant cette trêve uniquement pour eux ; pas étonnant que Petit Yucca n'ait pas eu plus d'échos que cela des conflits, bien qu'ils reprennent, petit à petit, avec les doutes, les complots... Petit Yucca ne faisait pas attention aux conversations des Reines, trop préoccupé à trouver un nouveau moyen d'échapper à l'étroite surveillance des adultes pour pouvoir se faufiler dehors ! Il savait que sa mère s'inquiétait beaucoup quand il allait dehors, comme tout le monde. Mais il lui semblait que tout cela était injustifié ; jamais il n'avait eu de problèmes, là. Comment pouvait-il se douter de quoi que ce soit ? La mort même, il ne savait pas ce que c'était. Il n'y réfléchissait pas vraiment. Il vivait, et il aimait ça. Il aimait cette vie et tout ce qu'elle avait à lui offrir. Il supportait les brimades des autres chatons, bien que triste, parce qu'il savait que dehors, il y avait pleins de belles choses à découvrir. Et pas toutes ces horreurs que les adultes voyaient. N'était-ce pas eux qui étaient aveugles, à voir le mal partout ? Comment ne pouvaient-ils pas voir la beauté de la vie ? Et puis, les chatons qui se moquaient de lui ne se rendaient sûrement pas compte. Personne n'est fondamentalement méchant, non ? D'ailleurs, qu'est-ce vraiment que la méchanceté ?

    Petit Yucca tendit ses grosses pattes avant en l'air, les observant avec intérêt. Qu'allait-il bien faire de cela, par contre ? Elles étaient si maladroites. Il sourit. C'était plutôt rigolo, en fait, même s'il n'aimait pas mordre la poussière. Tant qu'il n'avait pas mal, tout allait bien, non ? Il avait peur de la douleur. Mais là, comme ça, il se sentait bien. Et puis il était dans le sable, et le sable l'empêchait de se faire du mal. C'était bien. Agréable. Il était là, heureux, avec son nouvel ami. Enfin, il espérait que Petit Sapin l'aimait bien aussi. Ce dernier était resté longuement silencieux, là. Enfin... C'est alors que le petit chaton gris s'écria subitement, faisant sursauter le chaton roux :

    « Tu as raison, Petit Yucca ! » Petit Yucca tourna ses grands yeux ronds sur Petit Sapin, étonné. Ah bon ? Se demandait-il devant l'inspiration soudaine de son ami. « Soyons amis, toi et moi, nous pourrions faire de nouvelles rencontres ensemble sur les Terres Libres. Qu’en dis-tu ? Personne ne pourra nous le reprocher puisqu’elles n’appartiennent à personne ! Nous ne serions pas en fraude. »

    Le petit chaton roux, tout content, se balança sur le côté pour pouvoir se retrouver sur ses quatre pattes, tout content, les yeux brillants. Il n'avait toujours pas compris pourquoi Petit Sapin disait ça subitement, mais ça lui faisait plaisir ! Il hocha vigoureusement la tête. C'était exactement ce qu'il avait dit plus tôt ! En fait. Mais ce n'était pas grave, il s'en fichait. Il était content ! C'était tout ce qui comptait, non ? Il aurait aimé bondir sur Petit Sapin mais il eut quand même un minimum de retenue. Ne sachant plus trop quoi faire, planté debout là, tout excité, il se força à poser son arrière-train sur le sol, sa queue battant vigoureusement l'air.

    « Oui ! On s'amusera bien, tous ensembles ! » Miaula Petit Yucca, les oreilles pointées en avant. « On sera tous amis et on jouera tout le temps ! »

    Bon, certes, il s'emballait peut-être un peu trop vite. Mais ce n'était pas plus mal. Ne pouvant plus contenir sa joie, il leva le museau en l'air, un sourire béat au bout, ferma les yeux et vint humer l'air frais de cette belle journée. Il ne s'ennuyait pas, ici ! C'était tellement bien. Il avait bien fait de venir en ces lieux étranges rencontrer ce chaton-pierre. Peut-être que dans son "clan", il y avait pleins d'autres chatons-pierre avec qui jouer ! Peut-être qu'ils pourraient se rencontrer ?

    « Tu me présenteras tes amis ? » Demanda-t-il alors soudain, posant à nouveau son beau regard bleu-vert sur son ami.

    Ce devait être rigolo, plein de chatons-pierres !

____________________________________________

Maximilian du Yucca



Dernière édition par Nuage du Yucca le Dim 10 Mar - 15:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Petit Sapin
Membre
avatar

♣ ÂGE : 21
♣ NE(E) LE : 31/05/1996
♣ PUF, PSEUDO : Célizée
♣ INSCRIT(E) LE : 05/11/2010
♣ MESSAGES : 31


Feuille de personnage
♣ RELATIONS:
♣ TALENT INNE: Tactique
♣ EXPERIENCE:
100/1000  (100/1000)

MessageSujet: Re: Le vent nous portera ~ pv   Jeu 1 Nov - 20:42

Petit Sapin fit sursauter Petit Yucca, à cause de son exclamation soudaine. Il est vrai qu’il avait gardé le silence un bon moment puisqu’il réfléchissait. En même temps, il n’était pas comme la grande majorité des chatons – ou parfois même des adultes – qui parlaient avant de réfléchir. On lui répétait sans cesse de tourner sa langue neuf fois dans sa bouche avant de parler, désormais c’était devenu un réflexe instinctif. Mais au juste, pourquoi neuf fois ? Il s’était longuement posé la question avant d’en déduire qu’il devait s’agir de quelque chose ayant un rapport avec les neuf vies d’un chef. Neuf vies. Il avait du mal à imaginer comment un chat pouvait vivre neuf fois. Est-ce qu’il arrivait à un meneur de s’ennuyer ou même se lasser, au bout d’un certain nombre de vies ? Cela lui paraissait tellement long, neuf vies entières ! Lui, il en avait une, c’était largement suffisant. Déjà qu’en quatre lunes, il avait l’impression d’avoir vécu énormément de choses, qu’est-ce que ce serait s’il avait plusieurs vies...
Petit Yucca, après s’être gaiement exprimé, demanda au chaton gris s’il lui présenterait ses amis. De nouveau, Sapin dût réfléchir. Il ne savait pas si c’était autorisé par le code du guerrier et il ne voulait surtout pas risquer de mettre les siens dans une situation inconfortable si ça ne l’était pas. Il songea ensuite aux chatons qu’il pourrait éventuellement lui présenter. Ses pensées allèrent directement vers Petite Source, sans conteste son amie la plus proche. Il se dit qu’elle serait sûrement enchantée de rencontrer quelqu’un comme Petit Yucca mais qu’elle resterait quand même un peu méfiante. Comme lui, au début. Après tout, ils ne devaient pas oublier qu’ils étaient de clans différents, malgré l’envie ardente de Yucca à faire des Quatre Clans une même communauté amicale !

« J’ai une amie, elle a le pelage blanc comme la neige et les yeux bleus comme le ciel... », souffla-t-il doucement, avec l’image de sa sœur de lait en tête.

Il ne répondait pas vraiment à la question posée mais il s’en moquait car il ne voulait pas décevoir Petit Yucca en lui révélant que tous ses camarades ne seraient pas obligatoirement aussi enthousiastes que lui à l’idée de rencontrer des chats d’autres clans. Voir quelqu’un de bonne humeur lui faisait tant de bien qu’il ne lui aurait enlevé ce beau sourire du visage pour rien au monde. Car le problème, au camp du Tonnerre, c’est que ça ne souriait pas beaucoup. Le ciel gris reflétait la morosité de leur humeur. Même le pelage couleur pierre de Petit Sapin semblait en témoigner ! Comme s’il était devenu terne à cause de la tristesse qu’il ressentait chaque fois qu’il était entouré des siens. Peut-être était-ce également lié à la disparition de Petite Interdite, sa mort avait notablement accablé sa famille et le clan entier paraissait compatir leur deuil.
Petit Sapin avait bien fait de sortir du campement, même si c’était interdit, au moins il pouvait changer d’air et surtout, il avait croisé le chemin de Petit Yucca ! Il n’était pas insatisfait de cette journée, vraiment. D’un, il avait accompli son objectif : surprendre quelqu’un. De deux, il avait fait une rencontre fantastique. De trois, il était heureux ! Pour la première fois, il prenait réellement plaisir à discuter avec quelqu’un d’autre. Alors que d’habitude, il fallait franchement aller chercher les mots au fond de sa gorge pour qu’il daigne les prononcer !
Il se rappela seulement ensuite de Petit Éclat, le frère de sang de Petite Source. Il ne s’attarda pas longtemps sur son cas, ne le connaissant pas assez pour juger s’il serait bon de le présenter à Yucca ou non. Ils n’avaient jamais beaucoup parlé ensemble et de plus, Éclat était aussi renfermé que lui : impossible pour eux d’établir le moindre contact. Alors lui présenter un autre chaton tandis qu’ils ne se connaissaient pas plus que ça n’était même pas envisageable.
Finalement, il repensa à Petite Vipère, une chatonne bien loin de l’apparence de Source. Elle avait fait le premier pas avec lui et elle lui avait semblé plutôt gentille. Bien qu’ils n’aient pas énormément parlé non plus – mais là, il s’agissait uniquement de son manque d’interaction –, il gardait d’elle un bon souvenir.

« J’ai une autre copine, elle est noire comme la nuit. C’est amusant, tu trouves pas ? L’une est toute blanche, l’autre toute noire et moi je suis entre les deux, je suis tout gris. »

Il esquissa un sourire tendre, comme enchanté par cette observation. À son tour, il s’assit, mais avec plus d’adresse que Petit Yucca, c’est-à-dire sans trop se précipiter. Il gardait les yeux rivés sur le mâle roux, ne voulant pas manquer sa réaction.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.war-of-clans.com/presentations-acceptees-f11/pe
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le vent nous portera ~ pv   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le vent nous portera ~ pv
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le vent nous portera
» Le vent nous portera. -> Kidnappés
» Le vent nous portera~[Natalya/Belarus - finie]
» Quand le vent nous portera...
» Ann ? J'irai là où le vent me portera

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Back to the past :: "Being Cats"-
Sauter vers: