AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Fury to tranquilize- LIBRE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Edwin le Corbeau
administrateur •• nim's
administrateur •• nim's
avatar

♣ ÂGE : 19
♣ NE(E) LE : 23/09/1997
♣ PUF, PSEUDO : Nim's
♣ INSCRIT(E) LE : 06/12/2008
♣ MESSAGES : 40

♣ HUMEUR : super =D

Feuille de personnage
♣ RELATIONS:
♣ TALENT INNE: Art de la Guérison
♣ EXPERIENCE:
505/1000  (505/1000)

MessageSujet: Fury to tranquilize- LIBRE   Mar 11 Juin - 22:22



     « Voilà peut-être la question la plus difficile de toute l'aventure humaine : est-il réellement possible de toujours regarder en avant, comme on nous encourage sans cesse à le faire, ou bien devons-nous garder certains vestiges essentiels de notre passé, si douloureux soient-ils, comme un rappel que certains aspects de la vie nous transforment si profondément qu'ils nous habitent à jamais ? Pouvons-nous vraiment refermer la porte sur ce qui continue à nous hanter ? »

    Il avait perdu de sa superbe. C'était peu dire. L'ancien Corbeau, l'oiseau de mauvais augure, grand, imposant, fort, n'était plus. Son pelage était terne, dans ses yeux, la lumière s'était éteinte, son aura était plus sombre que jamais. Il était comme mort. Sa vie était conduite par la douleur, ses pensées, ses souvenirs le rendait fou. Comment ne pas l'être après avoir tout perdu ? Chaman de l'Ombre, seul son rang demeurait. Il avait perdu son amour, Halo Ivoire. Par deux fois. Elle était revenue et avait à nouveau disparu. Le monde lui paraissait dénué d'intérêts. Il continuait à s'occuper des rares blessés qui venaient le voir dans sa tanière. Il s'enfermait, c'était à peine si le Clan se souvenait encore de lui. Il aurait pu s'en aller un beau matin, sans rien dire, il aurait alors fallut plusieurs jours au Clan pour s'en apercevoir, jusqu'à ce qu'un patient demande à le voir et trouve son antre vide. Mais quelque chose le retenait ici. Lui qui avait toujours cru aimer la solitude, il se rendait compte que devenir solitaire l'effrayait. Il n'avait plus envie de se retrouver sans personne. Il attendait de pouvoir tirer un trait sur Halo Ivoire tout en sachant qu'il n'y parviendrait jamais. Par deux fois elle était partie sans le prévenir. Et il ne savait pas si elle était vivante ou morte. Un lien si puissant les unissaient... et pourtant il était incapable de savoir si son amour était en vie. Dans ses rêves, il la voyait, dans ses souvenirs, il n'y avait qu'elle. Parfois il lui semblait apercevoir ses yeux bleus et magnifiques dans l'ombre de sa tanière. Il n'en était rien, ce n'était qu'une illusion.

    En cette grise matinée, Plume de Corbeau était sorti du Camp de l'Ombre. Tout le monde lui apparaissait plus sombre qu'il ne l'était. Les couleurs n'étaient pas vives, le ciel était ternes, les proies passaient devant lui sans qu'il cherche à les attraper. Il n'était plus l'ombre de lui-même, c'était bien pire. Il aimait, d'une façon si forte et inconditionnelle que la vie était devenue bien pâle lorsqu'elle avait disparue. Il agissait de façon automatique, ne desserrait pas les dents... en fait, il parlait le moins qu'il pouvait. Le Chaman de l'Ombre s'était approché du Chemin du Tonnerre. Immobile, il observait les Monstres qui passaient, devant lui. Il ne sursautait pas lors de leur passage, il restait juste... sans bouger. En attendant un miracle, un retour éventuel de son amour ou la fin malencontreuse de sa vie si jamais un monstre déviait sa route et le percutait. Il n'avait pas peur de mourir, pas peur de vivre. Il avait perdu simplement tout espoir.
    Il n'était que néant.

____________________________________________

Edwin le Corbeau
Revenir en haut Aller en bas
Aby de l'Âme
Membre
avatar

♣ ÂGE : 22
♣ NE(E) LE : 10/12/1994
♣ PUF, PSEUDO : Mielou
♣ INSCRIT(E) LE : 06/01/2009
♣ MESSAGES : 27

♣ HUMEUR : None

Feuille de personnage
♣ RELATIONS:
♣ TALENT INNE: Art de la Guérison
♣ EXPERIENCE:
500/1000  (500/1000)

MessageSujet: Re: Fury to tranquilize- LIBRE   Ven 14 Juin - 6:30


Ce que je vous garantis, c'est simple : l'instant où vous allez vous résigner à ne pas être capable de tourner la page, c'est justement celui où vous aurez la force de le faire.

    Les chemins sont longs et sinueux. Chacun possède sa propre histoire. Personne ne peut comprendre. Seule dans son antre, Âme Abyssale pleurait. Des larmes cristallines coulaient le long de son visage blanc pur. Le museau enfouie entre ses pattes et secouée de sanglots silencieux. Ses yeux bleu-noirs se vidaient de toute leur lumière. Elle ne pouvait pas l'accepter. Devoir mentir à ses enfants. Mentir à son clan. Supporter la disparition de Soleil Couchant et de ses parents, l'absence d'Abysse de l'Oubli, la mort présumée de Rêve Mystérieux. Il ne lui restait rien. Elle avait tout perdu. Elle était contrainte à regarder ses petits de loin, les laisser se blottir contre une autre reine inconnue, ne pas pouvoir les bercer le soir et les couvrir de caresses. Elle se sentait profondément seule et détruite. Plus que tout, Mystère lui manquait. Elle voulait de nouveau pouvoir plonger dans ses yeux verts. Humer son pelage blanc. Sentir sa présence tout contre elle. Aimer son sourire, ses petits défauts auxquels elle s'était attachée. Elle refusait d'admettre qu'elle l'avait perdu. Se résignait à souffrir à tout jamais de son absence. Soudain, elle comprenait la douleur de son père à la mort de Saphira. Âme renifla et essuya ses pleurs d'un coup de patte. Oui, elle le comprenait mieux que jamais. Mais elle n'était pas comme lui ni comme sa mère. Elle n'abandonnerait pas ses enfants.

    Elle se releva et émergea de son antre alors que la terne matinée gagnait le ciel de sa teinte grisâtre. Marchant au hasard, sans trop savoir où elle allait, elle laissa ses pas la guider hors du campement. Elle avait besoin d'air. Besoin de réfléchir, besoin de s'aérer l'esprit. Au fond de son ventre, des ténèbres secrètes s'agitèrent. Elle les contint avec douleur. L'Autre ne devait pas sortir. Plus jamais. Elle l'avait promis à Rêve Mystérieux. Tout doucement, dans un faible murmure, elle répéta les paroles qu'il lui avait apprises. Un charme pour conjurer le sort. Pour éloigner la part sombre d'elle-même. Et tout en psalmodiant, elle se mit à courir à travers la lande. Sans réfléchir, elle slalomait entre les rares arbres, laissant le vent fouetter son pelage blanc. Ses yeux bleu de nuit pleurèrent de nouveau. Pourquoi ? Pourquoi s'attacher alors qu'à tout moment les êtres chers pouvaient vous êtres arrachés ? A force de courir, elle finit par déboucher sur le chemin du tonnerre. Elle freina puis s'arrêta au bord de la route bétonneuse, aussi grise que ce matin-là. En face d'elle, de l'autre côté du chemin à monstres, se tenait un grand mâle au pelage terne et emmêlé. Il semblait attendre. Attendre quoi ? Rien. Juste attendre. Un peu comme elle. Puisqu'il était de ce côté de la route, et d'après l'odeur portée par le vent, il appartenait au clan de l'ombre. Elle plongea ses yeux bleus dans son regard sombre. Il connaissait peut-être Abysse de l'Oubli.

____________________________________________

Aby de l'Âme
La vie est une note de musique dans l'abîme.
Echo d'espoir.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.war-of-clans.com/presentations-acceptees-f11/nuage-da
Petite Nuit
Membre
avatar

♣ PUF, PSEUDO : Nighty
♣ INSCRIT(E) LE : 12/06/2013
♣ MESSAGES : 4


Feuille de personnage
♣ RELATIONS:
♣ TALENT INNE: Camouflage
♣ EXPERIENCE:
100/1000  (100/1000)

MessageSujet: Re: Fury to tranquilize- LIBRE   Jeu 20 Juin - 9:26

Petite Nuit regardait avec douleur la tristesse de sa guérisseuse, Âme Abyssale, qui pleurait dans son antre minuscule. Puis elle en émergea, et s'engouffra dans les taillis, prendre l'air, sûrement. Le chaton regarda sa mère adoptive. Elle dormait, près de ses frères et sœurs. Sans hésiter, elle échappa à la surveillance de sa mère et suivit sa guérisseuse. L'air était bon, Petite Nuit le sentait. La douce brise matinale venait effleurer ses poils gris. Âme Abyssale murmura quelques paroles que Petite Nuit ne compris pas. Lui était-ce destiné ? La guérisseuse du clan du Vent l'avait-elle repérée ? Soudainement, son aînée se mit à courir, ce qui surpris Petite Nuit, mais le chaton l'imita en prenant garde tout de même de ne pas se faire repérer. Elle slaloma entre les troncs des arbres, et sa fourrure blanche disparut en un clin d’œil. Paniquée,Petite Nuit huma l'air et repéra le guérisseuse. Elle s'était arrêté de courir juste avant les monstres qui défilaient sur le chemin du chemin du Tonnerre. Des nouvelles larmes coulèrent sur les joues d’Âme Abyssale, alors, attristée, Petite Nuit se leva et se frotta à elle sans rien dire, pour consoler celle qui avait une place importante chez elle. Elle ne voulait aucune autre guérisseuse. Juste elle, la vraie de vraie guérisseuse de la forêt, Âme Abyssale. Puis elle dit :

"Qui-y-a-t-il, Âme ? Puis-je faire quelque chose pour toi ?

Puis, sur l'autre bout de la route, elle vit un matou au pelage terne, et aux yeux sombres comme le chaos. Il est mort ! Se dit le chaton, avant de réaliser que seulement il n'était que bizarre, mais pas mort. Il portait au loin l'odeur puante du clan de l'Ombre. Qui était-il ? Chaton qu'elle était, elle s'élança sur le chemin du Tonnerre dont on ne lui avait jamais parlé, ni menacé de danger. Soudain, un bruit sourd résonna. Un monstre fonçait sur elle et la jeune le regarda avec admiration. Dans un fraction de seconde, elle demanda au matou terne :

"C'est quoi, ça ?"

Pas de réponses. Les pattes noires du monstres avancèrent. La peur l'envahit. Un frisson.
Revenir en haut Aller en bas
Edwin le Corbeau
administrateur •• nim's
administrateur •• nim's
avatar

♣ ÂGE : 19
♣ NE(E) LE : 23/09/1997
♣ PUF, PSEUDO : Nim's
♣ INSCRIT(E) LE : 06/12/2008
♣ MESSAGES : 40

♣ HUMEUR : super =D

Feuille de personnage
♣ RELATIONS:
♣ TALENT INNE: Art de la Guérison
♣ EXPERIENCE:
505/1000  (505/1000)

MessageSujet: Re: Fury to tranquilize- LIBRE   Ven 21 Juin - 0:48



     « Rien n'est plus tragique que de rencontrer un individu à bout de souffle, perdu dans le labyrinthe de la vie. »

    La vie n'avait plus d'importance. La sienne, celle des autres... Plus aucune vie n'avait d'importance. Pourquoi était-il encore chaman ? Il soignait les patients sans faire attention à eux. Son regard était vitreux, il était déjà mort. Le monde entier pouvait crever devant lui sans que cela l'affecte. Le monde n'était plus qu'un terrier infâme où il n'était plus bon de vivre. Que restait-il de lui ? Des débris d'âme. Une âme brisée, reconstruite, puis détruite à nouveau, piétinée. La vie n'était rien, l'amour n'était que chimère. Les étoiles, les clans, l'Ombre, Spectre Lunaire son mentor, Halo Ivoire. Il n'aurait jamais du connaître tout ça. Il aurait dû rester solitaire. Mais il s'était entêté. Il avait découvert sa voie, il l'avait suivie. Il s'était attaché à celui qui lui avait tout enseigné. Il était devenu chaman. Du jour au lendemain, Spectre Lunaire avait disparu. Comme s'il s'était effacé pour laisser place au nouveau soigneur. Plume de Corbeau ne l'avait jamais revu. Là où son mentor dormait autrefois, il n'y avait plus rien, il était seul. Il avait alors rencontré Nuage d'Ivoire. Une apprentie non originaire de l'Ombre qui avait décidé de devenir Chaman. Ils s'étaient aimés, d'un amour profond, infini, invincible.
    Elle s'était évaporée du jour au lendemain.
    Et puis elle était revenue. Moment de joie pure, brute, dévorante. L'amour avait jaillit, à nouveau. Encore plus puissant, plus intense, plus doux, plus précieux.
    Quelques semaines après, la disparition d'Halo Ivoire avait à nouveau été déclarée.
    C'était ce qui l'avait achevé.
    Comme si... comme si chacune des personnes qu'il approchait finissait par mourir ou disparaître.
    Plume de Corbeau... Corbeau. L'oiseau de mauvais augure. Un chaman qui détruisait tout ce qu'il touchait. Un excellent chaman destructeur et auto-destructeur. « Je ne partirai plus jamais, Plume de Corbeau, plus jamais... Je t'aime, Plume de Corbeau. Je ne laisserai plus rien nous séparer, je te le promets... » Elle avait promis. Promis de ne plus jamais partir, d'être là, pour toujours, avec et pour lui. Elle lui avait juré de ne plus repartir. Plus jamais. Il l'aimait tellement, tellement. Et lui... Lui il avait promis qu'il la protégerait, encore et  toujours, à jamais. Mais elle était partie. Halo Ivoire s'était en allée. Et il ignorait si elle faisait encore partie de ce monde ou pas. Cette ignorance le tuait. Mais il savait que toutes les réponses à cette question le tuerait. Si elle était encore en vie, pourquoi ne revenait-elle pas, ne l'aimait-elle plus ? Et si elle était morte...
    Si elle était morte, alors lui aussi.

    Il releva la tête. Son regard croisa celui de la femelle en face sans la voir. Ses yeux étaient déjà dévorés par tout cet amour douloureux, la flamme de vie dans son regard s'était déjà consumée pour laisser place au vide. Il remarqua le chaton. Mais il n'entendit pas les paroles qu'il adressa à l'inconnue. Il vit l'enfant s'avancer sur le Chemin du Tonnerre. Il entendit le grondement de la mort.
    Sa vie, celle des autres, plus rien n'avait d'importance. C'était ce qu'il pensait. Alors il pouvait très bien le laisser mourir, ce chaton. Il ne le connaissait pas. Son regard vide se posa sur l'enfant du vent. Il remarqua le monstre qui arrivait. Plume de Corbeau n'avait plus conscience de rien. En une fraction de seconde, le chaman de l'Ombre se leva, s'élança sur la bande grise. Il s'avança vers le chaton, il entendit sa question, ne répondit pas. Ses crocs accrochèrent la peau de son cou, il la balança plus loin. Ses muscles se tendirent et il pensa y arriver.
    Il y eut une seconde de flottement...

     « Il y a un instant où la mort a toutes les cartes et où elle abat d'un seul coup les quatre as sur la table. »

    Impact.

____________________________________________

Edwin le Corbeau
Revenir en haut Aller en bas
Aby de l'Âme
Membre
avatar

♣ ÂGE : 22
♣ NE(E) LE : 10/12/1994
♣ PUF, PSEUDO : Mielou
♣ INSCRIT(E) LE : 06/01/2009
♣ MESSAGES : 27

♣ HUMEUR : None

Feuille de personnage
♣ RELATIONS:
♣ TALENT INNE: Art de la Guérison
♣ EXPERIENCE:
500/1000  (500/1000)

MessageSujet: Re: Fury to tranquilize- LIBRE   Sam 22 Juin - 15:22



I can't sit idly no I can't move at all
I curse the name the one behind it all
Discord


    Âme Abyssale sentit une minuscule présence venir se frotter contre son pelage. Son cœur de mère fondit en une flaque de tendresse et de tristesse tout à la fois. Elle se mit à ronronner tandis que sa propre enfant, qui ignorait l'être, montrait le bout de son petit museau. Petite Nuit au le pelage gris dont le regard doux semblait vouloir la consoler n'était autre que sa fille... Et personne, sauf elle, ne le savait. Âme contempla la chatonne comme on redécouvre un trésor qu'on avait cru perdu. Elle ronronna et lécha l'oreille de l'enfant malgré les larmes qui coulaient toujours sur son visage.

    « Qui-y-a-t-il, Âme ? Puis-je faire quelque chose pour toi ? »


    La guérisseuse au pelage blanc immaculé lui répondit par un sourire triste. Non, elle ne pouvait rien faire. Ce n'était pas à elle d'assumer les problèmes des adultes ou de subir la souffrance d'être sa fille, ce qui était interdit par le code du guerrier. Âme ferma les yeux, la gorge serrée. Elle ne voulait pas que son enfant vive le malheur et le déchirement qu'elle avait vécue durant toute son enfance parce qu'elle était née de parents de deux clans différents, l'ombre et le vent. Être un sang-mêlé apportait son lot de douleur. Être une fille de guérisseuse, un enfreint au code, reviendrait sans doute au même. Âme assumerait seule ses fautes. Elle porterait tout le fardeau de son secret jusqu'à la tombe. Elle ne laisserait pas ses enfants vivre dans la haine. Devait-elle pleurer parce qu'elle ne pouvait plus se comporter en tant que leur mère, qu'elle ne pouvait plus les bercer le soir, les couver du regard le jour... Elle le subirait. En silence.

    Lorsqu'elle rouvrit les yeux, c'était déjà trop tard. Petite Nuit était de l'autre côté, en plein milieu de la route. Et le grondement terrifiant d'un monstre fusait à toute allure sur le béton noir.

    « C'est quoi, ça ? »


    L'innocence. Terrifiante par son ignorance.
    Âme Abyssale s'élança mais le mâle de l'ombre en face réagit avant elle. Il agrippa la chatonne imprudente par la peau du cou et la balança hors de portée du monstre furieux dont les pneus crissaient férocement sur la route. Âme bondit et rattrapa Petite Nuit au vol.
    Elle ne put rien faire pour le mâle inconnu.
    Le monstre le heurta avec toute la violence dont ce genre de créatures étaient capables et il s'écrasa quelques mètres plus loin, toujours sur la route. Âme Abyssale agit avec le sang froid d'une guérisseuse. Elle transporta Petite Nuit dans sa gueule et alla la déposer sur le bas-côté de la route, la dissimulant dans un taillis. Elle lui lança un regard sévère et intraitable signifiant clairement "tu ne bouges pas" et elle s'élança en courant sur la route. Déjà, le monstre s'arrêtait dans un vrombissement et un Bipède a l'air affolé en descendait. Âme Abyssale fonça sur le corps inerte du mâle de l'ombre. Elle le saisit avec sa gueule, joua des épaules et le plaça allongé sur son dos. Malgré son manque de force, la lourdeur du corps et le Bipède qui marchait droit vers eux, Âme sut puiser en elle la puissance pour agir. Ce chat venait de sauver son enfant. Il ne donnerait pas sa vie en échange. Il était de son devoir, en tant que guérisseuse, de le sauver. Elle le transporta tant bien que mal sur le bas côté et s'aplatit avec lui dans un buisson.
    Bientôt, le Bipède cessa les recherches, remonta dans son engin de l'enfer et fila au loin dans un bruit de tonnerre.

    Âme Abyssale continua d'agir avec vitesse et expérience. Elle traîna le corps loin de la route, retourna chercher Petite Nuit, et sans rien dire saisit cette dernière par le cou et l'amena jusqu'à l'endroit où elle avait mis le mâle en sécurité. Elle déposa la chatonne et la fixa sévèrement, avec des yeux bleus profonds et sans douceur aucune.

    « Il risque la mort. Il vient de te sauver la vie. Ne retourne plus jamais seule sur la route. »


    Puis elle se pencha sur la petite, plongeant son regard abyssal dans ses petits yeux bleus terrifiés.

    « Chasse ta peur. Si tu la laisses te dominer, il est perdu. J'ai besoin de ton aide. »


    Elle se redressa et examina le mâle ensanglanté d'un œil de guérisseuse. Multiples fractures, plaies ouvertes et sanglantes, risque de mort si l'hémorragie ne cesse pas rapidement. Gardera peut-être des séquelles. Nécessaire : feuille de cerfeuil pour désinfecter, jus de verge d'or pour guérir les plaies, toiles d'araignées pour panser. Jus de racine de consoude et écorce de bouleau pour les fractures.
    Son regard revint se poser sur Petite Nuit.

    « Ecoute-moi très attentivement. Maîtrise ta terreur, je sais que tu en es capable. Il me faut des toiles d'araignées. Je n'ai pas le temps d'en chercher moi-même, je dois trouver les autres plantes, ou il va mourir. Transporte-les en les enroulant autour de ta patte. »


    Et sans se préoccuper de si sa fille exécutait ses ordres ou non - elle lui faisait confiance - elle stoppa l'écoulement de sang de ce dernier comme elle put puis se mit en quête des plantes nécessaires aux soins de ce mâle. Elle trouva du cerfeuil assez rapidement, une plante à l'odeur sucrée avec de grandes feuilles ressemblant à celles des fougères et de toutes petites fleur blanches. La verge d'or et ses fleurs jaunes pointa le bout de ses feuilles également. Grandes feuilles et clochettes de la consoude furent miraculeuses, et elle déchiqueta un bouleau sur son chemin pour en recueillir l'écorce. En peu de temps, elle revint d'une foulée rapide sur le lieu de l'accident et déposa tout son matériel prêt du corps toujours inerte de l'inconnu.
    Elle utilisa le jus du cerfeuil pour désinfecter les plaies. Elle appliqua ensuite le jus de verge d'or, et avec des feuilles de pâquerettes trouvées au bord de la route confectionna un cataplasme en les mâchant qui permit aussi de calmer un peu les saignements (moins efficace que les toiles d'araignées mais elle n'en disposait pas pour le moment). Elle souleva la tête du blessé avec sa patte et fit couler au fond de sa gueule le jus des racines de consoude, penchant bien sa gorge de sorte à ce qu'il ne s'étrangle pas. Il semblait à moitié conscient désormais mais la douleur devait sans doute lui couper tout sens logique.
    Elle trempa l'écorce du bouleau dans une flaque proche - bénits soient les orages récents - et l'appliqua autour du flanc du mâle. Il devait avoir plusieurs côtes brisées. Elle en appliqua aussi autour de ses pattes, pour stabiliser les os peut-être fêlés. Un tel impact avec un tel monstre ne restait pas sans conséquences...

    Âme Abyssale regarda autour d'elle, inquiète. Petite Nuit reviendrait-elle à temps avec les toiles d'araignées ?

    Spoiler:
     

____________________________________________

Aby de l'Âme
La vie est une note de musique dans l'abîme.
Echo d'espoir.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.war-of-clans.com/presentations-acceptees-f11/nuage-da
Petite Nuit
Membre
avatar

♣ PUF, PSEUDO : Nighty
♣ INSCRIT(E) LE : 12/06/2013
♣ MESSAGES : 4


Feuille de personnage
♣ RELATIONS:
♣ TALENT INNE: Camouflage
♣ EXPERIENCE:
100/1000  (100/1000)

MessageSujet: Re: Fury to tranquilize- LIBRE   Dim 23 Juin - 19:30

Elle courrait. Courrait avec la dernière des chances. Le mâle s'était sacrifié pour elle. Déjà. Elle aurait pu mourir, rester inerte sur la route de monstres, vrombissant bruyamment. Elle regretta même que le chat soit venu pour elle. Maintenant, tout était de sa faute. Soudain, le chaton vit un terrier de renards inhabité. En plongeant sa patte dedans, elle attrapa plusieurs toiles d'araignées puis revint sur ses pas pour aider la guérisseuse. Elle était inquiète. Oui, si ce mâle mourait par sa faute, alors qu'il était innocent ? Elle donna sa queue à Âme, remplie de toiles d'araignées. Le matou -son sauveur- était étendu sur le sol, ensanglanté. Petite Nuit réalisa à quel point elle était bête. Bête d'avoir suivi sa guérisseuse, bête d'avoir traversé sans même en savoir les conséquences. La tête du matou terne gisait sur le sol, seule partie qui ne saignait pas. Elle secoua sa pauvre tête, en criant :

"Ne meurs pas ! Tu n'aurais pas dû me sauver ! Je serais morte sans toi...Ne rejoins-pas notre ancêtres...Tu dois vivre !"

Sans réponse. Le corps ensanglanté, rempli de plaies ouvertes, ne la terrifia pas. Elle n'avait pas peur de ce sang rouge, juste peur de la mort. Elle ferma les yeux et se tourna vers sa guérisseuse. Elle plongea ses jolis yeux dans ceux de la chatte. Le chat inconnu grogna. Pas encore. Rien n'était joué, tout reposait sur leurs ancêtres. Ne meurs pas ! C'est de ma faute. Tout est de ma faute... Le comportement triste d’Âme, le sacrifice de ce mâle inconnu, son ignorance lui ayant coûté la vie...Pourquoi ? Pourquoi lui ?
Revenir en haut Aller en bas
Edwin le Corbeau
administrateur •• nim's
administrateur •• nim's
avatar

♣ ÂGE : 19
♣ NE(E) LE : 23/09/1997
♣ PUF, PSEUDO : Nim's
♣ INSCRIT(E) LE : 06/12/2008
♣ MESSAGES : 40

♣ HUMEUR : super =D

Feuille de personnage
♣ RELATIONS:
♣ TALENT INNE: Art de la Guérison
♣ EXPERIENCE:
505/1000  (505/1000)

MessageSujet: Re: Fury to tranquilize- LIBRE   Mar 25 Juin - 0:22



     « Il semblerait que tout soit éphémère : la joie, la tristesse, la haine, l'amour, l'euphorie, la douleur... la vie elle-même est éphémère. La seule exception, celle qui constitue la fin, la seule chose qui dure pour toujours, qui nous passionne et nous effraie... c'est la mort. Elle seule semble éternelle. »

    Impact.

    Le corps dessina une courbe aléatoire avant d'atterrir un peu plus loin, mollement et avec un bruit sourd, comme un sac rempli de linge qu'on aurait lancé du haut d'un toit. Des gouttelettes de sang giclèrent partout, là où le félin gisait, une flaque visqueuse commençait déjà à se former. La mort s'approchait, hésitante.

    La douleur irradiait de partout. Incontrôlable, puissante, infinie. Il ne savait pas d'où il souffrait le plus. La tête, l'abdomen, les pattes... La douleur irradiait donc de partout et elle était insoutenable.
    Au moment où son corps toucha le sol de la route, Plume de Corbeau perdit connaissance.


    Qui sait ce qu'il vécut pendant qu'Âme Abyssale et Petite Nuit faisaient tout pour le sauver ? Rêvait-il d'une vie qu'il aurait aimé avoir ou revivait-il son passé ? Personne ne pouvait le savoir. Plume de Corbeau se serait-il jeté sous ces roues même si l'enfant n'avait pas été là ? Peut-être, juste pour voir ce que ça faisait de mourir. Savoir si c'était plus calme, si le nom du monde cessait d'être souffrance. Alors chaton ou pas, le Chaman de l'Ombre aurait peut-être traversé cette route au mauvais moment. La différence était que cette fois, coup de chance, la guérisseuse du Vent s'agitait pour le sauver. À quoi bon ? Elle avait bien vue qu'il était déjà mort. Corbeau n'avait plus la force de vivre, or, pour se remettre de ses blessures, il devait vouloir vivre, sinon il n'irait jamais mieux. Elle aurait dû le laisser là, crevant au milieu de la route, son sang immonde se rependant partout. Elle aurait dû laisser les autres monstres piétiner son corps. Mais elle ne l'avait pas fait. Désireuse de sauver celui qui s'était sacrifié pour sa fille, elle ne songeait pas à l'intolérable souffrance qu'il allait devoir endurer pendant des mois.
    Plume de Corbeau réintégra la réalité, quittant les limbes qu'il avait tant aimé arpenté durant ces instants où il avait été inconscient.

    Et alors, la douleur fut plus lancinante encore qu'avant. Il sentait sa chair à vif, il ressentait chacun des fractures, il se sentait faiblir. Il avait l'impression que son corps était sur le point de mourir. Après son âme, c'était son corps qui cédait. Plus rien ne répondait. Il ouvrait les yeux mais ne voyait pas, il sentait mais aucune odeur ne lui parvenait. Quand il respirait, c'était faiblement, mais chaque mouvement de sa cage thoracique lui provoquait une souffrance de plus. Il était si faible. Les voix ne lui parvenaient pas, ça n'était qu'un bourdonnement lointain et incompréhensible. Depuis combien de temps était-il là ? D'ailleurs, où était-il ? Qui était-il ? Il était incapable de sentir quoi que ce soit. Il n'y avait que la douleur. Et il avait froid, si froid, terriblement froid. Il sentait son corps entier frissonner. Il était incapable de réfléchir, de bouger, de sentir, de voir. Il était incapable de se souvenir de quoi que ce soit. Pour le moment, aucune de ses pensées n'était cohérente. La douleur étant trop importante, Plume de Corbeau se sentit à nouveau partir dans les limbes. Plongeant dans des abysses profondes et dont on ne revenait pas. Il ne se battait plus, son être entier avouait sa défaite contre la vie.
    La mort se rapprochait lentement, en prenant son temps.

____________________________________________

Edwin le Corbeau
Revenir en haut Aller en bas
Petite Nuit
Membre
avatar

♣ PUF, PSEUDO : Nighty
♣ INSCRIT(E) LE : 12/06/2013
♣ MESSAGES : 4


Feuille de personnage
♣ RELATIONS:
♣ TALENT INNE: Camouflage
♣ EXPERIENCE:
100/1000  (100/1000)

MessageSujet: Re: Fury to tranquilize- LIBRE   Mer 26 Juin - 12:36

Elle savait qu'un drame avait lieu. Néant, vide. Le mâle inconnu était là, couché près d'elle, à respirer comme si chaque inspiration était un effort considérable. Il était les poils au vent, comme un cadavre de chat mort, comme le blanc qui recouvre le paysage pour te mener au clan des Étoiles. Comme le dernier des gestes, les dernières actions. Ce chat l'avait-il fait exprès ? Ce serait-il jeter sous les roues pour rejoindre ses ancêtres et connaître la mort ? Une expérience lui coûtant la vie ? Son pelage terne était presque immobile, son flanc se soulevait à peine, comme si la mort le hantait petit à petit, marchait vers lui doucement pour lui faire connaître la souffrance de la vie, la souffrance endurée sous les roues du monstre. Petite Nuit tâta le flanc ensanglanté du chat inconnu, puis murmura à son oreille :

"Ne meurs pas. Nous avons besoin de toi. Ton clan a besoin de toi. Nous avons tout fait. Puisse le clan des Étoiles te laisser guérir...

Pourtant, elle continua à le fixer, en regardant les étoiles. Ses ancêtres l'avaient-ils déjà recueilli dans leurs troupes ? Non. Son destin était sur cette terre, dans son clan, pas là haut. La petite avait appris les rangs de chaque clan. Lui, à son odeur, c'était un Chaman. Un Chaman du clan de l'Ombre. Elle se réjouirait déjà à le voir lui répondre à sa messe basse, car le mâle n'avait pas bouger depuis qu’Âme l'avait transporté hors de danger...Rien qu'une réaction, rien qu'une parole, un geste, un miaulement. Rien que ça. S'il mourrait, alors elle mourrait avec lui. Elle était la cause de sa mort. Sa punition, son châtiment, serait le même que celui du chat inconnu.

Soudain, elle revint à la réalité, et une douleur profonde de l'âme fit monter ses larmes. Jamais elle ne pourrait se remettre de cette mort, causée par sa faute.
Revenir en haut Aller en bas
Aby de l'Âme
Membre
avatar

♣ ÂGE : 22
♣ NE(E) LE : 10/12/1994
♣ PUF, PSEUDO : Mielou
♣ INSCRIT(E) LE : 06/01/2009
♣ MESSAGES : 27

♣ HUMEUR : None

Feuille de personnage
♣ RELATIONS:
♣ TALENT INNE: Art de la Guérison
♣ EXPERIENCE:
500/1000  (500/1000)

MessageSujet: Re: Fury to tranquilize- LIBRE   Lun 1 Juil - 19:25



- Que deviennent les rêves qui se brisent ?
- Les rêves ne se brisent pas.
- Que deviennent les rêves qui se brisent ?
- Le terreau des rêves à venir.


    Son enfant revint bientôt chargée des toiles d'araignées nécessaires. Âme les roula sur sa patte et les appliqua sur les blessures sanguinolentes de l'inconnu. Elle les serra suffisamment pour stopper enfin l'hémorragie. Et voilà. Elle avait tout ce qui était en son pouvoir. Le reste ne dépendait que de lui et de sa volonté de vivre. Elle repensa à son regard vide avant l'accident, contempla son corps mutilé. Même s'il survivait, le monde ne serait que souffrance. Physique et mentale, visiblement. Petite Nuit lui cria de vivre. Puis le lui murmura. Âme Abyssale la regarda avec tristesse et tendresse à la fois. Elle était si jeune... si jeune pour faire face à un tel drame... La guérisseuse passa sa queue autour de la chatonne et la ramena tout contre elle. Le pelage gris de l'enfant se mêla au sien, blanc, et Âme la garda contre elle tant qu'elle put. Elle ne pouvait la consoler face à la mort mais elle pouvait lui offrir sa présence rassurante autant qu'il le fallait. Elle ronronna doucement, tentant de sécher les larmes de l'enfant. Offrant sa Présence. Son Amour.

    Et alors, Âme Abyssale comprit.

    Le sens d'une vie. Ce qui faisait que ce félin n'ouvrirait pas les yeux. Il n'avait aucune présence à ses côtés. Il était seul, et lorsqu'elle l'avait rencontré, il avait le regard vide de ceux qui sont déjà morts à l'intérieur. Ainsi, la solitude l'avait-elle lancé sous les roues de ce monstre plutôt que l'urgence de la situation. Il s'était accroché à n'importe qui car sa vie n'avait plus aucun sens. Elle était vide. Sans amour. Tout comme elle, Âme Abyssale, l'était quelques minutes plus tôt. Elle avait perdu Rêve Mystérieux. Ne pouvait plus revoir ses chatons. Le retour de Petite Nuit lui avait comme rendu la vie.
    Rendre la vie. Offrir sa Présence. Sauver une vie.

    Âme Abyssale se dégagea doucement de l'étreinte qu'elle offrait à Petite Nuit. Doucement, avec délicatesse, le pelage blanc vaporeux comme celui d'un ange, elle vint se poser près du blessé. Elle colla son pelage chaud contre lui, enfoui sa tête au creux de son pelage ensanglanté. Son museau inspira son odeur de rouille, d'ombre et de médicaments. Cette odeur lui fit penser qu'il devait sans doute être Chaman. Savoir cela rendit Âme plus désireuse encore de le sauver. Doucement, elle ronronna dans une mélodie berçante, apaisante.
    Elle lui offrait sa Présence. Toute entière.

    « Réveille-toi, Chaman. Tu n'es plus seul. »


    Un simple murmure.

____________________________________________

Aby de l'Âme
La vie est une note de musique dans l'abîme.
Echo d'espoir.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.war-of-clans.com/presentations-acceptees-f11/nuage-da
Edwin le Corbeau
administrateur •• nim's
administrateur •• nim's
avatar

♣ ÂGE : 19
♣ NE(E) LE : 23/09/1997
♣ PUF, PSEUDO : Nim's
♣ INSCRIT(E) LE : 06/12/2008
♣ MESSAGES : 40

♣ HUMEUR : super =D

Feuille de personnage
♣ RELATIONS:
♣ TALENT INNE: Art de la Guérison
♣ EXPERIENCE:
505/1000  (505/1000)

MessageSujet: Re: Fury to tranquilize- LIBRE   Mer 3 Juil - 0:57



     « J'avais peur. Peur de revenir.
    - Pourquoi ? Je veux dire, je comprends, je sais...
    - Il faisait sombre. Et ça faisait moins mal de rester dans cette obscurité là que d'être avec vous. »

    Puisque plus rien n'avait d'importance et qu'on lui offrait enfin une porte de sortie, Plume de Corbeau se laissait aller. Dans un relâchement total de lui-même, il s'enfonça dans l'obscurité la plus intense. Ignorant tout ce qui se passait autour de lui, il demeurait inconscient. Son corps tremblait, il avait encore froid. Il s'éloignait peu à peu de la lumière, de la vie, de tout. Il ne sentit pas la petite patte de la chatonne qui touchait son flanc. Son murmure résonna dans sa tête sans qu'il parvienne à comprendre. L'inconnue du Vent lui prodigua de nouveaux soins afin de limiter les dégâts. Mais pourrait-il un jour se remettre à courir comme avant ? Peut-être pas. Peut-être qu'il allait être amnésique, peut-être qu'il ne retournerait plus jamais à l'Ombre. Rien n'était certain. Il y avait de grandes chances pour que sa vie s'arrête ici de toute façon. Et qui le pleurerait ? Personne. L'Ombre mettrait des jours à remarquer son absence et ces deux inconnues qui tentaient de le ramener du monde des morts ne savait pas qui il était, elles ne pouvaient le pleurer. Peut-être que pendant des heures, voire quelques jours, elles se sentiraient mal. Mais elles ne le regretteraient pas. Tout le monde l'oublierait à la longue et c'était mieux ainsi. La seconde disparition d'Halo Ivoire avait achevée de le tuer. Cet accident n'était que la suite logique des choses.
    Plume de Corbeau ne regrettait pas de partir.

    Alors qu'il se prélassait dans son obscurité absolue, il sentit une présence. Quelqu'un se collait à lui. Il sentait la chaleur, il sentait le froid mordant refluer. La lumière essayait d'atteindre la prison sombre dans laquelle il s'était enfermé. Mais c'était impossible et puis l'ombre était tellement plus agréable. Il ne voulait pas revenir à la surface, il ne voulait plus souffrir. Il abandonnait. C'était fini pour lui. Mais la chaleur gagnait du terrain et il se laissait flotter. Il ne voulait toujours pas revenir, il se laissait mourir, il avait fini de se battre. La vie l'avait fatigué, épuisé, brisé, vidé. Pourquoi s'efforcerait-il à revenir ? Il ne voulait pas émerger. Il était bien là, plus le temps passait, moins il ressentait le froid. Tout n'était que brouillard et il connaissait l'issue. Rien ne l'obligeait à se réveiller, à revenir. Halo Ivoire était partie emportant avec elle la lumière qui avait illuminée sa vie. L'obscurité était sa demeure depuis longtemps, il ne pouvait revenir à la vie, simplement.
    Personne ne l'attendait.

    Malgré tout, il sentait quand même la présence tout contre lui. Il sentait qu'un corps étranger diffusait une agréable chaleur et une énergie inédite. Il se laissait faire, il n'était qu'un corps. Un corps inerte et une âme meurtrie. Comment pouvait-il vivre ? Il avait à peine la force de respirer. Et dans l'ombre de sa prison mentale, il ne pensait qu'à elle. C'était son image qui l'empêchait de se battre, c'était la pensée qu'elle l'avait abandonné par deux fois qui lui disait de céder, à son tours, c'était sa perte qui l'avait achevé. Il avait eu un autre amour auparavant et elle était morte. Jazz. Tuée par le père de Corbeau. C'était pour ça que le Chaman de l'Ombre avait accompli sa vengeance en assassinant son géniteur. Et désormais, c'était à son tour de mourir, puisque la vie elle-même l'avait rejeté. Perturbant sa mort, la chaleur se fit plus intense.
    Et aux milieux des voix qu'il entendait sans comprendre, un murmure.

    « Réveille-toi, Chaman. Tu n'es plus seul. »

    Les paroles se frayèrent doucement un chemin jusqu'à son cerveau. Il n'avait plus froid, plus du tout. Il se sentait bien. C'était ça, mourir ? Se sentir bien, pour toujours ? Sans doute. Il ne comprenait toujours pas ce qui arrivait, il se pensait mort. Après tout, il ne ressentait plus rien, à part ce bien-être étonnant. Toute douleur avait disparue, enfin il était apaisé...
    La bulle dans laquelle il s'était enfermé éclata.
    Et la douleur revint, assommante, épuisante, lancinante.
    Le Chaman de l'Ombre ouvrit les yeux. Pendant un moment, le silence régna, puis il fut brisé.
    Un cri de douleur absolue déchira l’absence de bruit.
    Plume de Corbeau réintégrait la réalité, et elle n'avait jamais été aussi douloureuse.

____________________________________________

Edwin le Corbeau
Revenir en haut Aller en bas
Aby de l'Âme
Membre
avatar

♣ ÂGE : 22
♣ NE(E) LE : 10/12/1994
♣ PUF, PSEUDO : Mielou
♣ INSCRIT(E) LE : 06/01/2009
♣ MESSAGES : 27

♣ HUMEUR : None

Feuille de personnage
♣ RELATIONS:
♣ TALENT INNE: Art de la Guérison
♣ EXPERIENCE:
500/1000  (500/1000)

MessageSujet: Re: Fury to tranquilize- LIBRE   Jeu 26 Sep - 17:32


      Son cri déchira le monde.
      Et tout n'était que souffrance.

      Âme Abyssale regarda l'être meurtri hurler à l'agonie. Elle ne pouvait rien faire, malheureusement. La douleur était le signe de la vie. La douleur était la vie. Si elle endormait cette douleur, il s'endormirait aussi, et pour toujours. Il fallait souffrir pour vivre. Être torturé pour gagner le droit de respirer seulement. Le félin se tordait, hurlait encore, les yeux révulsés d'horreur. Âme attira Petite Nuit à elle, lui boucha les oreilles, la protégea de tout son corps de cette vision d'épouvante. Et tout à la fois, elle restait collée contre le mâle et continuait de lui apporter sa douce chaleur. Sans discontinuer, elle murmurait des paroles réconfortantes d'amour, de joie, de vie, de lutte, de courage. Elle chantait presque, sa voix mélodieuse enraillée par ses pleurs. Des larmes mouillaient son pelage blanc. Elle ressentait la douleur de l'autre comme la sienne. Elle absorbait ses cris comme les siens, les accumulait, les vivait. Et ils la transperçaient de toute part tels des millions d'aiguilles mortelles.

      Mais elle n'abandonnait pas.
      Jamais.

      Et elle continuait d'appliquer le cataplasme contre lui, pleurant, chantant.

      Ange de douleur et d'empathie.

____________________________________________

Aby de l'Âme
La vie est une note de musique dans l'abîme.
Echo d'espoir.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.war-of-clans.com/presentations-acceptees-f11/nuage-da
Edwin le Corbeau
administrateur •• nim's
administrateur •• nim's
avatar

♣ ÂGE : 19
♣ NE(E) LE : 23/09/1997
♣ PUF, PSEUDO : Nim's
♣ INSCRIT(E) LE : 06/12/2008
♣ MESSAGES : 40

♣ HUMEUR : super =D

Feuille de personnage
♣ RELATIONS:
♣ TALENT INNE: Art de la Guérison
♣ EXPERIENCE:
505/1000  (505/1000)

MessageSujet: Re: Fury to tranquilize- LIBRE   Dim 20 Oct - 22:34



     « Que gagne-t-on à se battre contre la mort, Nidia ? Tot ou tard, c'est elle qui a le dernier mot. »

    Est-ce que douloureux était vraiment le mot ? C'était une déchirure, une véritable déchirure. Le Chaman de l'Ombre n'avait plus la force de vivre, plus l'envie, plus le courage. Il avait cru mourir quand ce monstre l'avait percuté, il avait ressentit un apaisement total. Et puis ses yeux s'étaient rouverts, mués par une volonté qu'il ne sentait pas comme la sienne. Il n'en pouvait plus de se battre. Sentait-il encore cette présence chaleureuse contre lui ? Peut-être, oui en se concentrant. Sa voix se brisa, laissant le silence planer, il ne pouvait même plus hurler. Chaque partie de son corps semblait se déchirer, pouvait-il survivre à ça ? Apparemment oui. Rien ni personne ne pouvait apaiser sa douleur. Mais plus quelle celle physique, la souffrance psychologique qu'il ressentait depuis des mois le rattrapaient. Il voulait abandonner, lâcher prise. Pourquoi ne pouvait-il pas prétendre à une fin paisible ? Pourquoi cet monstre ne l'avait-il pas achevé ? Il ne voulait plus se battre. Il était seul, totalement seul. Cette présence chaude et douce n'était que temporaire. Le Clan de l'Ombre pouvait se passer de lui. Lui ne pouvait plus se passer d'Halo Ivoire. Son absence l'avait détruit, il n'y avait aucune reconstruction possible, il n'était qu'un poids mort. Il n'était rien, ni personne et il aurait préféré que la femelle au pelage blanc le laisse sur la route, au sol, couvert de sang, inconscient, mort à demi.

    Le regard de Plume de Corbeau errait partout sans réussir à s'attacher à quelque chose. Il observait tout sans rien voir, dans son museau une multitude de parfums explosaient sans qu'il ne soit capable d'en retenir un, ses oreilles repéraient le moindre des bruits mais il était comme sourd. Contre lui était blottit sa sauveuse. Enfin, pouvait-il l'appeler comme ça ? Il ne voulait  pas de cette vie et ce monde ne voulait pas de lui. Il n'avait pas sa place ici. Il avait passé sa vie entière à la chercher. Sa place était aux côtés d'Halo Ivoire et comme elle était partie, alors il n'avait plus de raison de rester en vie. Ses yeux ambrés trouvèrent finalement ceux d'Âme Abyssale. Son regard désespéré s'accrocha à ce contact déstabilisant.

     « Laisse moi. » lui susurra-t-il.

    Désespoir infini.

____________________________________________

Edwin le Corbeau
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fury to tranquilize- LIBRE   

Revenir en haut Aller en bas
 
Fury to tranquilize- LIBRE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]
» ? Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Back to the past :: "Being Cats"-
Sauter vers: