AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Oiseau de nuit ~ pv

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Julian le Nocturne
administrateur •• shepp
administrateur •• shepp
avatar

♣ ÂGE : 22
♣ NE(E) LE : 21/11/1994
♣ PUF, PSEUDO : Shepp
♣ INSCRIT(E) LE : 06/12/2009
♣ MESSAGES : 69

♣ HUMEUR : Excellente !

Feuille de personnage
♣ RELATIONS:
♣ TALENT INNE: Art du Meurtre
♣ EXPERIENCE:
540/1000  (540/1000)

MessageSujet: Oiseau de nuit ~ pv   Lun 11 Nov - 12:22

Oiseau de nuit
pv la Cavalière sans Visage

La nuit était tombée sur le fief de Cerfblanc, étirant ses couleurs sur le ciel, venant happer le soleil sur son horizon. Le monde semblait éteint, quelques lanternes encore illuminaient çà et là quelques lieux habités. La grande route ne faisait circuler désormais que bien peu de voyageurs, ceux-là pas plus regardants que leurs compagnons de jour. Mais cela ne l'avait jamais inquiété. Julian avait passé quelques heures à chasser. Il avait quitté son fils là où ils avaient trouvé le repos la veille, puis avait machinalement fait son bout de chemin, allant chasser quelques lièvres dans les hautes herbes, pour finalement les accrocher à sa ceinture et commencer son petit voyage nocturne. L'assassin était un oiseau de nuit. Il était difficile de le croire, mais il arrivait mieux à se repérer ainsi. Il se frayait un passage dans les ombres, et devenait alors aussi invisible que le vent. On pouvait parfois le ressentir, sans jamais s'en assurer. Il n'était plus aussi dangereux qu'autrefois, quoique, autrefois, il avait plus de règles auxquelles se vouer, mais il n'était plus dans cet état d'esprit, et la vie des autres lui importait peu en soi. Il avait hâte de retrouver Aleksandre. Il savait que son fils lui cachait quelque chose – il n'était pas sot, il avait passé toute sa vie à lire à travers les sentiments de ses semblables pour mieux les contrôler, mais il n'avait pas envie de le brusquer, il n'avait pas envie de briser ses secrets, il était son père, pas son double. C'était pour cette raison qu'il ne l'avait pas interrogé sur Ayla, la jeune fille qu'il avait trouvé une fois. Il préférait attendre que son fils soit prêt à lui dire les choses plutôt que de les lui subtiliser. Si parfois il s'inquiétait qu'il ne lui vienne une sombre idée, il se disait que, de toute manière, ce n'était pas à lui d'intervenir. Il espérait simplement que son fils ne ferait pas la bêtise de se mettre à dos sa propre Maison car, même s'ils s'étaient isolés ces derniers jours, il leur faudrait bien passer l'hiver dans un foyer. Et puis, même, Julian n'était pas mécontent en soi que William soit parti. Bien sûr, il avait apprécié l'homme qu'il avait été, mais il savait que, désormais, il pourrait aller et venir au château de l'Ombre sans subir son courroux. Il espérait simplement qu'il ne lui était rien arrivé.
Julian longeait la grande route depuis un bon moment, il arrivait à l'orée de la forêt, mais il continua malgré tout, flânant quelque peu. Il se souvenait avec mélancolie des derniers évènements, faisait le point sur sa vie, comme tout homme livré à ses pensées. Il songeait à Souris, et cela le confortait dans l'idée qu'il devait protéger son fils, quoi qu'il en coûte. Il songeait aussi aux assassins de grand chemin, qu'il avait exterminé, à sa façon, en abattant leur chef, son propre géniteur. Tout cela faisait partie d'un passé bien sombre, un passé qui le reliait à son frère, Ange, cet homme disparu. Etait-il mort, vivant ? Avait-il refait sa vie ? Chaque jour, il se posait la question, et chaque jour, il savait qu'il ne trouverait jamais la réponse. Mais c'était lui qui l'avait guidé sur les terres des quatre Maisons, lui qui avait été à l'origine de tout ce qui s'était ensuivi. Et Julian était fier désormais de pouvoir dire qu'il était libéré de cette période qui les avait tous les deux fait souffrir. La vie était plus douce ici, avec ou sans guerre. On pouvait obéir à un maître sans pour autant risquer la mort en cas d'échec. L'assassin s'arrêta, puis s'écarta un peu de la grande route. Il s'installa en tailleur sur un plan d'herbe, toujours camouflé par l'obscurité, et sortit son gibier. Là, il sortit une de ses dagues et commença méticuleusement à découper le premier. Un travail propre, bien fait, un travail d'assassin. Il hésita à manger maintenant, faire un petit feu de camp. Il devait pour cela s'éloigner un peu plus de la grande route, ne pas rester en bordure – au cas où, vieux réflexe d'homme chassé. Il aurait pu aussi manger la chair crue, cela lui était déjà arrivé dans d'autres circonstances, avec les risques que cela avait – maladies et autres. Il en était à son troisième lièvre lorsqu'il sentit une présence. Une présence discrète, mais palpable. Il s'immobilisa, tous les sens à l'affût, et attendit.

____________________________________________


Julian le Nocturne


Revenir en haut Aller en bas
Owanà la Glaciale
Membre
avatar

♣ ÂGE : 19
♣ NE(E) LE : 05/06/1997
♣ PUF, PSEUDO : Lamyy'
♣ INSCRIT(E) LE : 03/01/2009
♣ MESSAGES : 46


Feuille de personnage
♣ RELATIONS:
♣ TALENT INNE: Tactique
♣ EXPERIENCE:
500/1000  (500/1000)

MessageSujet: Re: Oiseau de nuit ~ pv   Mar 12 Nov - 22:25

    La nuit, sombre et silencieuse. Source de mystère et parfois de complots. Froide, mais parfaitement calme. Et pourtant faiblement éclairée par une lune claire et brillante.
    La nuit semblait correspondre parfaitement à l'état actuel de la silhouette qui se déplaçait sur un cheval immaculé aux quelques tâches éparses sur sa robe. Sa cavalière était vêtue, sur son armure de cuir renforcé d'acier, d'une large et longue cape noire dont la capuche était rabattue sur sa tête. Elle portait un masque blanc, neutre, froid, qui masquait totalement son visage jusqu'à camoufler ses yeux dans l'ombre combinée de sa capuche et celui-ci. Cet accoutrement pour le moins singulier lui donnait un air froid et impassible. Son visage masqué avait tendance à perturber tous les individus qu'elle croisait, qui redoutaient qu'il ne dissimule de mauvaises intentions, ou une quelconque horreur apportée par le destin.
    La Cavalière Sans Visage - en l'absence de nom ou même d'identité, c'est ainsi qu'on l'appelait - portait dans son dos un duo d'épées, ainsi qu'un arc et un carquois, dont elle ne se servait quasiment que pour la chasse. En effet, en tant que solitaire, il était nécessaire pour elle de posséder l'arme la plus pratique pour attraper des proies pour subsister, et tout particulièrement maintenant que la saison froide approchait.

    Décidant de faire une pause, la femme masquée quitta la Grande Route et mit pied à terre. Sans prêter attention au fait que sa monture n'était pas tenue, elle avança dans l'ombre d'un pas assuré. Son cheval la suivit tranquillement sans qu'elle n'eut besoin de le lui demander. En effet, du aux longs voyages qu'ils avaient fait ensemble, et étant donné qu'il était sa seule compagnie depuis quelques temps, une complicité particulière s'était développé entre le cheval et la Cavalière.
    Celle-ci s'avançait, s'écartant de la route au fur et à mesure. Elle n'aimait pas la Grande Route, ni les voyageurs qui l'empruntaient généralement. Elle remarqua alors la présence d'un homme dont elle ne pouvait, dans l'ombre, distinguer les traits. Elle ne sut vraiment la raison ni l'intérêt, mais elle s'avança vers lui, pour finalement s'arrêter à une distance respectable, consciente que son apparence n'était pas des plus rassurantes, surtout en pleine nuit où la lumière de la lune mettait en valeur la blancheur éclatante de son masque.

    La Cavalière Sans Visage observa rapidement l'homme qui se tenait devant elle. L'obscurité cachait son visage, mais elle pouvait voir qu'il était en train de préparer des lièvres. La chasse de l'individu avait apparemment été fructueuse. La femme masquée se dit qu'il avait soit eu beaucoup de chance, soit il était un très bon chasseur, car à cette époque, le gibier commençait déjà à devenir plus rare.
    La Cavalière resta immobile face à l'inconnu, ne montrant ni agressivité ni désir de nouer un quelconque lien avec l'individu. Elle se contentait d'être là, simple présence.
Revenir en haut Aller en bas
Julian le Nocturne
administrateur •• shepp
administrateur •• shepp
avatar

♣ ÂGE : 22
♣ NE(E) LE : 21/11/1994
♣ PUF, PSEUDO : Shepp
♣ INSCRIT(E) LE : 06/12/2009
♣ MESSAGES : 69

♣ HUMEUR : Excellente !

Feuille de personnage
♣ RELATIONS:
♣ TALENT INNE: Art du Meurtre
♣ EXPERIENCE:
540/1000  (540/1000)

MessageSujet: Re: Oiseau de nuit ~ pv   Ven 15 Nov - 17:14


Julian n'avait pas cherché à se cacher. Il n'y avait là aucune surestimation de ses propres capacités, simplement il ne faisait plus attention à ce genre de choses. Il pouvait être aussi silencieux qu'une ombre, aussi invisible qu'il le voulait ; mais cela n'était plus dans sa nature, et ce depuis bien longtemps. Il lui arrivait parfois de vouloir disparaître des yeux du monde, mais ce soir n'était qu'un soir ordinaire, et il se contentait de préparer tranquillement son festin, en bordure de cette grande route. Le bruit l'avait alerté, et il se méfiait parfois car il ne savait que trop bien que quelques bandits pouvaient parfois passer, et tenter de profiter d'un voyageur dit « sans défense ». Il comprit bien vite son erreur lorsqu'il aperçut comme une apparition, une ombre sans visage, sans regard, suivie d'une monture, un cheval de toute évidence. Julian eut un moment de réflexion assez court, un instant à se demander ce qu'il devait faire, puis il se contenta de se redresser, sans quitter des yeux l'étrange inconnu. Seul un masque ressortait. Un masque blanc, dont la lumière reflétait les lueurs de la lune. L'ex-assassin de grand chemin avait appris à se méfier de ceux qui ne dévoilaient pas leur identité, et ce même s'il était devenu plus sympathique depuis. Il n'était pas encore très sûr de l'hostilité de l'apparition, mais ne pouvant distinguer une expression sur un visage absent, Julian se sentit quelque peu piégé, et cela n'avait rien d'étonnant. Il avait appris à lire les sentiments des autres par leurs mimiques, leurs traits, et il n'avait là plus rien à quoi se raccrocher. Rêvait-il ? Apparemment non. L'inconnu gardait une distance raisonnable, mais sa main, qui tenait toujours la dague qui lui avait servi à dépecer son butin, se crispa sur son arme.
Vieux réflexes, sans doutes. Mais cela l'avait déjà sauvé plus d'une fois. Julian n'était pas d'un naturel méfiant. Mais il n'avait pas un passé très glorieux et il avait appris à ses dépends quelques règles de survie. Comme l'inconnu ne semblait pas vouloir approcher plus – d'ailleurs, à mieux regarder, ce devait être une femme, il se fit un peu moins méfiant. Si le but de l'étrangère masquée était de le tuer, elle s'y serait prise autrement. Sûrement aurait-elle préféré le prendre par surprise, ou alors se serait-elle jetée sur lui. Toujours est-il qu'elle ne semblait pas spécialement lui vouloir du mal, et même s'il trouvait toujours désagréable de ne pas pouvoir mettre un visage sur un être, il décida de briser la glace. Il eut un rictus, et se rassit, simplement.
« Vous avez faim ? » Demanda-t-il, et la question était peut-être un peu trop directe, mais elle avait le mérite d'effacer tout quiproquo.
Julian ne voulait pas se battre. Il y avait largement assez pour deux personnes. Il suffisait de faire un feu et ce serait prêt. Mais l'étrangère voulait-elle véritablement se joindre à lui ? Sa présence était des plus mystérieuses. La méfiance et la frustration laissèrent place à de la curiosité. « Veuillez m'excuser pour ma réaction quelque peu disproportionnée », continua-t-il, tout en finissant ce qu'il avait commencé. « Je pensais que vous étiez un assassin de grand chemin, ou du moins ce qu'il en restait. »
Julian ne regardait plus l'inconnue. Il était concentré sur sa tâche. Elle aurait pu se glisser derrière lui et lui trancher la gorge. Il savait qu'elle ne le ferait pas. Il s'était trompé, cela arrivait. Et quand bien même il avait eu raison, il ne devait pas se laisser happer à nouveau par de tels sentiments. Tout cela était derrière lui. Qu'est-ce qui pouvait pousser un être à cacher son identité ? Lui n'avait jamais caché son visage. Mais il avait eu plusieurs noms. Il n'était pas né Julian. Il n'avait choisi de nom définitif que lors de son baptême à la Maison de l'Ombre, après avoir gagné la confiance de son Seigneur, alors Amaury du Phœnix. Il s'était choisi également un titre à cette occasion, ou plutôt il lui avait été décerné. Sûrement s'alarmait-il pour pas grand-chose. Cela n'était pas une mauvaise chose, après tout, de ne pas pouvoir s'immiscer dans l'intimité d'autrui. Cela valait mieux, parfois...

____________________________________________


Julian le Nocturne


Revenir en haut Aller en bas
Owanà la Glaciale
Membre
avatar

♣ ÂGE : 19
♣ NE(E) LE : 05/06/1997
♣ PUF, PSEUDO : Lamyy'
♣ INSCRIT(E) LE : 03/01/2009
♣ MESSAGES : 46


Feuille de personnage
♣ RELATIONS:
♣ TALENT INNE: Tactique
♣ EXPERIENCE:
500/1000  (500/1000)

MessageSujet: Re: Oiseau de nuit ~ pv   Dim 17 Nov - 19:50

    L'homme se leva et la regarda d'un air qui lui sembla méfiant. En observant son attitude, la femme masquée remarqua qu'il gardait la main serrée sur son poignard. Elle ne bougea pas d'un cil. Maintenant qu'il était debout, elle pouvait distinguer une plus grande partie de son visage, ainsi que son expression méfiante. Cela ne la surprenait pas; elle était habituée à ne recevoir que doute et soupçons face à ce masque froid et impassible. C'est pourquoi elle se contenta d'attendre la réaction de l'inconnu.
    Celui-ci, après l'avoir observée, sembla se résoudre à l'idée qu'elle ne représentait pas un réel danger, car il finit par lui demander si elle avait faim.

    -C'est aimable de votre part, cependant j'ai mangé il y a peu de temps.

    Puis l'inconnu s'excusa de sa réaction. Cela fit sourire la Cavalière derrière son masque. Elle ne demandait pas d'excuses; quoi de plus naturel qu'une telle réaction face à un masque qui dissimule toute intention ?

    - Vous savez, je comprend parfaitement votre réaction. J'aurais probablement agi de même dans votre situation. Cependant, je ne suis pas, et n'ai jamais été, un assassin. Je ne cherche pas les ennuis.

    Sa voix calme révélait dans son timbre une certaine maturité. En effet, la Cavalière n'était plus très jeune, elle approchait déjà de la trentaine - âge que son masque cachait, non par honte, mais par nécessité de préserver son anonymat le temps de découvrir quels changements avaient pu s'opérer sur ces terres, avant d'y faire sa véritable apparition.
    Malgré ce que l'on pouvait parfois croire, la Cavalière Sans Visage n'avait aucune mauvaise intention. C'était pourtant ce que l'on lisait sur son masque blanc, à la place de la mélancolie que l'on aurait pu apercevoir sous celui-ci.

    Cependant, afin de ne pas paraître refuser l'invitation de l'homme, la Cavalière s'approcha de quelques pas, d'une démarche calme, et s'assit. Elle leva la tête vers le ciel pour estimer l'heure approximative. La lune, haute dans le ciel, éclaira un instant la moitié de son masque, et traversa l'ombre formée par celui-ci au niveau de son oeil gauche, révélant un oeil bleu perçant, seul indice qui prouvait la présence d'un être humain derrière ce visage blanc et froid. Elle prit soin de garder au moins la partie droite de son visage dissimulée dans l'ombre afin d'éviter de révéler plus d'indice sur son identité. Elle ne remarqua pas que quelques mèches châtain clair s'échappaient de sa cape, ondulant de manière désordonnée et brillant de leurs reflets dorés sous la pâle lueur de la lune. Durant ce bref instant, on pouvait également distinguer une partie de la cicatrice profonde qui barrait son visage, sur son oeil visible.

    Puis la Cavalière reporta à nouveau son attention sur l'homme à côté d'elle. L'ombre s'abattit de nouveau sur l'infime partie de son visage visible un instant auparavant. Elle savait - ou du moins pensait - qu'il se posait probablement des questions à son sujet. Questions auxquelles elles ne répondrait pas ce soir-là si il les lui posait, mais dont il finirait probablement par trouver les réponses si elle croisait sa route une fois de plus dans les mois à venir. Ce serait sûrement ainsi avec la plupart des habitants des ces terres qu'elle croiserait dans les jours qui précéderaient la révélation de son identité.
Revenir en haut Aller en bas
Julian le Nocturne
administrateur •• shepp
administrateur •• shepp
avatar

♣ ÂGE : 22
♣ NE(E) LE : 21/11/1994
♣ PUF, PSEUDO : Shepp
♣ INSCRIT(E) LE : 06/12/2009
♣ MESSAGES : 69

♣ HUMEUR : Excellente !

Feuille de personnage
♣ RELATIONS:
♣ TALENT INNE: Art du Meurtre
♣ EXPERIENCE:
540/1000  (540/1000)

MessageSujet: Re: Oiseau de nuit ~ pv   Mer 20 Nov - 12:05


La voix de l'inconnue masquée le persuada qu'il n'avait pas eu tort de baisser sa garde. Lui non plus n'avait pas bien faim, aussi, lorsqu'il eut fini de dépecer son dernière lièvre, les rangea-t-il dans son sac, avant de relever les yeux sur la femme. Elle ne semblait pas bien vieille, pas trop jeune non plus. Il se demanda ce que cachait ce masque, mais cette curiosité mal placée l'amusa plus qu'autre chose. Il était loin, le temps où il se serait forcé à tenter de la démasquer à tout prix. Il n'en avait plus l'intention, ni même l'intérêt. Il s'était assagi avec le temps, il était devenu père. Cela n'était certainement pas une excuse, son propre père n'avait pas été très présent – pour ne pas dire qu'il n'avait été qu'un effroyable assassin. Mais tout cela, il était le seul à le savoir, enfin. Lui et Aleksandre, son fils. Il avait promis de prendre soin de lui. Il l'avait juré sur la dépouille de sa compagne, de Souris. Cela faisait déjà plusieurs années qu'elle était morte, mais il ne pouvait l'oublier. « Vous savez, je comprends parfaitement votre réaction. J'aurais probablement agi de même dans votre situation. Cependant, je ne suis pas, et n'ai jamais été un assassin. Je ne cherche pas les ennuis. »
C'était bien ce qu'il lui avait semblé. Julian se demandait ce qui pouvait pousser ainsi à l'anonymat. Elle ne semblait pas non plus vouloir se cacher au monde. C'était étrange. Mais pas totalement. Pouvait-il comprendre ? Quelque part, oui. Et quelque part, non. Mais avait-il véritablement à comprendre ? Son avis importait peu. Le masque blanc le perturbait un peu. Mais, lorsqu'elle s'approcha, il la laissa faire sans ciller. Un regard fugitif sur l'étrangère lui permit d'apercevoir un œil bleu. Quelques mèches de cheveux. Une cicatrice. Une cicatrice... Il détourna le regard, impassible. Il avait songé un instant qu'elle ait pu être défigurée. C'était probable. Lui avait toujours réussi à s'échapper des pires blessures. La vérité était que son torse, son dos et ses bras étaient couturés de cicatrices, parfois infligées par lui-même. Mais il les cachait bien, par ses vêtements, et, de fait, personne n'aurait pu se douter qu'il ait pu souffrir d'un tel mal-être. Qu'il ait pu se mutiler, parfois même pour calmer sa soif de sang. Enfin ; il était « guéri ». Comme on se détache d'une forte dépendance. Il était désormais un homme « normal ». Un assassin, certes, mais pas un assassin de grand chemin, un assassin de Maison, un assassin qu'on envoyait seulement en période de guerre et qui, le reste du temps, chassait, comme un paladin. Il n'avait aucune raison, en temps de paix, de s'attaquer à qui que ce soit.
« C'est bien noble de votre part. » Répondit en toute sincérité Julian, qui passa de la position accroupie en tailleur. « Cela faisait longtemps que je n'avais pas eu d'autre compagnie que celle de mon fils. J'aurais bien des questions à vous poser, mais je doute que vous vouliez y répondre. Simplement, je n'ai pas le sentiment que vous apparteniez à une Maison d'ici, et votre présence sur ce fief m'intrigue. » Il leva son regard. Son regard vert, un vert de lierre, le même qui avait donné son titre à son fils. Mais un regard bien plus doux, et peut-être bien plus contrôlé. Julian était un homme dangereux, ou du moins il l'avait été. Il n'avait aucune mauvaise intention à présent qu'il ne se sentait plus menacé. « Mon nom est Julian le Nocturne, assassin de la Maison de l'Ombre. Puis-je connaître le vôtre ? »
Il était assez ironique de constater qu'il l'avait prise pour un assassin alors que c'était lui qui en était un. Comment réagirait-elle ? Il est possible que ce soit elle qui se mette à se méfier. Il n'y a pas que l'apparence qui peut faire émettre de la réserve. Sûrement étaient-ils habitués aux mêmes comportements, simplement, à des moments différents de la conversation.

____________________________________________


Julian le Nocturne


Revenir en haut Aller en bas
Owanà la Glaciale
Membre
avatar

♣ ÂGE : 19
♣ NE(E) LE : 05/06/1997
♣ PUF, PSEUDO : Lamyy'
♣ INSCRIT(E) LE : 03/01/2009
♣ MESSAGES : 46


Feuille de personnage
♣ RELATIONS:
♣ TALENT INNE: Tactique
♣ EXPERIENCE:
500/1000  (500/1000)

MessageSujet: Re: Oiseau de nuit ~ pv   Mer 20 Nov - 14:23


    -C'est bien noble de votre part. Cela faisait longtemps que je n'avais pas eu d'autre compagnie que celle de mon fils. J'aurais bien des questions à vous poser, mais je doute que vous vouliez y répondre. Simplement, je n'ai pas le sentiment que vous apparteniez à une Maison d'ici, et votre présence sur ce fief m'intrigue.

    La Cavalière inclina légèrement la tête. Elle connaissait la solitude. Et elle pouvait également comprendre la curiosité engendrée par cette rencontre pour le moins inhabituelle. Elle répondit donc:

    -Il est bien naturel que vous vous posiez des questions à mon sujet. Rassurez-vous, les réponses ne tarderont pas à venir. Il est donc inutile que j'y réponde moi-même.

    Ses paroles avaient un petit côté paradoxal. En effet, cela pouvait être inquiétant d'entendre que les réponses ne tarderaient pas à venir. On pouvait y voir de mauvaises intentions. Cependant, ce n'était pas le cas.

    -En effet, je n'appartiens pas à une Maison. Mais mon passé, mon présent et mon futur y sont étroitement liés. C'est ce qui m'amène ici.

    La Cavalière sans Visage se tut. Elle n'avait rien à ajouter à ces paroles. Elle se devait de conserver le mystère qui planait sur elle, ses origines et son identité, le temps de pouvoir s'assurer des changements qui s'étaient opérés ces dernières années, ainsi que la bonne attitude à adopter.

    -Mon nom est Julian le Nocturne, assassin de la Maison de l'Ombre. Puis-je connaître le vôtre ?

    La solitaire tourna son visage masqué vers l'assassin. Elle ne ressentait pas plus de crainte, ni de méfiance, maintenant qu'il lui avait dit son titre. Mais elle comprenait mieux l'idée qui lui était venue à l'esprit comme quoi elle aurait pu être un assassin.

    -Pourquoi connaître un nom sur lequel on ne peut mettre de visage ? Appelez-moi la Cavalière Sans Visage, pour le moment. C'est sous ce nom-là que l'on me connait actuellement. Le véritable n'a d'importance pour l'instant.

    De toute façon, son nom serait dévoilé, pour la première fois depuis des années, lorsqu'elle montrerait son visage au grand jour. Lorsqu'elle ferait son apparition réelle dans les Maisons, en tant que membre de l'une d'elle. Alors seulement, certaines questions à son sujet seraient résolues. Pas toutes, en effet. Mais certaines.
    Et ils pourraient enfin comprendre qu'elle n'était pas un être malfaisant, voire inhumain, qui souhaiterait semer le chaos parmi les Maisons, contrairement à ce que croyaient généralement ceux qui la croisaient.
    Ils verraient la lumière du jour se révéler à leurs yeux.

    Car la véritable nuit qui semblait cachée sous ce masque, elle, était ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Julian le Nocturne
administrateur •• shepp
administrateur •• shepp
avatar

♣ ÂGE : 22
♣ NE(E) LE : 21/11/1994
♣ PUF, PSEUDO : Shepp
♣ INSCRIT(E) LE : 06/12/2009
♣ MESSAGES : 69

♣ HUMEUR : Excellente !

Feuille de personnage
♣ RELATIONS:
♣ TALENT INNE: Art du Meurtre
♣ EXPERIENCE:
540/1000  (540/1000)

MessageSujet: Re: Oiseau de nuit ~ pv   Dim 24 Nov - 15:14


Julian ne doutait pas qu'un jour ou l'autre, le masque tombe, car ils tombaient toujours. Le sien même avait fini par se fendre, et ce n'était pas faute d'avoir été entraîné à cela. Il lui aurait suffit, en vérité, de fuir. De quitter ces terres et continuer cette vie de mensonges. Comme eux tous. Mais il comprit quelque part que l'inconnue comptait elle aussi rester en ces terres, il le comprit à ses réponses, car elles sous-entendaient qu'il pourrait croiser à nouveau son chemin sous peu. D'autant plus si elle évoquait un passé commun avec les quatre Maisons. Lequel ? Cela, il n'aurait su dire. Il connaissait bien la Maison de l'Ombre, elle seule avait réussi à le dompter, et il doutait qu'elle soit de cette dernière, ou alors cela datait de bien trop longtemps pour qu'il en ait conscience. De toute évidence, lorsqu'il avait décliné son identité, elle n'avait pas semblé changer de comportement, la nouvelle ne l'avait pas surprise, sans pour autant qu'elle ait l'air de l'avoir deviné. C'était étrange, et encore une fois, il lui était impossible de lire les traits de l'étrangère pour mieux la sonder, mais il continuait inconsciemment d'émettre d'éventuelles hypothèses au fur et à mesure que le temps passait à ses côtés – et en cela, il reconnut qu'il n'avait peut-être pas entièrement changé ; c'était ce curieux comportement qui lui avait valu par le passé son nom de code Hypothèse, celui qu'il avait utilisé pour s'introduire dans le fief de Cerfblanc. Enfin, ces pensées n'avaient duré que quelques centièmes de seconde, et ce fut finalement la voix de l'inconnue qui attira à nouveau l'attention de l'assassin : « Pourquoi connaître un nom sur lequel on ne peut mettre de visage ? Appelez-moi la Cavalière Sans Visage, pour le moment. C'est sous ce nom-là que l'on me connait actuellement. Le véritable n'a d'importance pour l'instant. » Un sourire parut sur le visage de Julian, un sourire énigmatique empli de nostalgie. Les noms, les visages. Tout cela lui évoquait bien plus qu'une simple partie de qui est qui, de savoir exactement ce qui poussait la Cavalière à venir ici – tout cela, au fond, n'avait effectivement réelle importance pour le moment, si ce n'est de satisfaire un esprit un peu trop tortueux.
Il se demandait ce qui pouvait pousser quelqu'un à camoufler son apparence. Peut-être avait-elle fait partie de l'une des Quatre Maisons. Peut-être attendait-elle quelque chose pour se dévoiler à l'une d'entre elles, mais quoi ? Bha, il se faisait sûrement trop d'idées. Julian rabaissa le regard sur les flammes, jusqu'à s'en brûler l'iris. Lui ne savait pas vraiment pourquoi il restait ici. Son fils était tout ce qui lui était de plus cher désormais. Il avait tenu à la Maison de l'Ombre, mais celle-ci ne voulait plus de lui. Il admettait ses torts, mais il avait cru bien faire. Désormais, William était parti, Amaury vivait à nouveau et lui... lui, il vivait pour Aleksandre, et Aleksandre ne semblait plus porter l'Ombre dans son cœur, il semblait s'être assombri, il avait un drôle de comportement depuis quelques temps, qu'il n'osait percer à jour, par crainte de brusquer le seul enfant qu'il lui restait – sa seule famille désormais. Non pas qu'il ait déjà attribué énormément d'importance à sa famille en soi, enfn, excepté son frère... Mais c'était différent, il n'aurait su dire pourquoi. Julian revivait lui aussi. Il en avait eu besoin. Lui aussi cachait ses cicatrices. Il n'avait certes pas besoin de masque pour cela. Chacun son histoire, chacun ses blessures. Peut-être ferait-il mieux de songer un peu plus à guérir les siennes, une bonne fois pour toutes, même s'il était plutôt bien parti pour. Le silence s'installa quelque peu et, durant un instant, il en oublia presque la présence de la Cavalière, assise à ses côtés. Puis enfin, il jeta un morceau de bois dans les flammes, qui commençaient à décliner, et reprit la parole, serein : « Je ne sais ce que vous cherchez, mais j'espère que vous le trouverez. Les choses ici évoluent vite, et parfois assez mal. Il n'y a que la paix ambiante qui ait pu apaiser les cœurs. Du reste, je ne sais où vous passerez l'hiver, mais il risque d'être bien rude. » Lui espérait le passer au château de l'Ombre, comme il l'avait toujours fait, quitte à tenter de réconcilier son fils avec ses vieux démons. Il le devrait bien. Il ne le laisserait pas errer seul ainsi. Tout cela l'inquiétait, mais il avait encore le temps d'espérer qu'Aleksandre entende raison. Il se voyait mal mendier un foyer auprès des paysans du coin. Il avait déjà passé des hivers dehors, mais il ne l'aurait souhaité à personne. Le froid est plus brûlant que les flammes. Il ronge jusqu'à l'os. Il endort et vole les songes. Il tue lentement, mais il tue. Et quand ce n'est pas lui, c'est la faim, ou bien la maladie.

____________________________________________


Julian le Nocturne


Revenir en haut Aller en bas
Owanà la Glaciale
Membre
avatar

♣ ÂGE : 19
♣ NE(E) LE : 05/06/1997
♣ PUF, PSEUDO : Lamyy'
♣ INSCRIT(E) LE : 03/01/2009
♣ MESSAGES : 46


Feuille de personnage
♣ RELATIONS:
♣ TALENT INNE: Tactique
♣ EXPERIENCE:
500/1000  (500/1000)

MessageSujet: Re: Oiseau de nuit ~ pv   Lun 25 Nov - 22:30

    Pensive, la Cavalière sans Visage se mit à fixer les flammes, que la brise légère faisait danser de temps à autre. Sans qu'elle ne s'en rende compte, la faible lueur qu'elles produisaient laissa à nouveau voir son œil droit, se reflétant légèrement dedans, ainsi que la cicatrice qui le barrait. Quelqu'un d'observateur aurait pu voir la lueur mélancolique, où perçait une certaine souffrance intérieure, masquée derrière un air de détermination. Car, sans que cela ne fut visible, dû à son masque, la Cavalière était rongée par des douleurs qu'elle seule pouvait comprendre à l'instant présent. Son esprit restait hanté par des souvenirs inaccessibles, les fantômes du temps révolu auquel elle appartenait.
    Mais, petit à petit, elle apprenait à revivre.

    Son œil gauche, en revanche, restait dissimulé dans l'obscurité procurée par sa capuche. Il était même impossible de dire si il était existant, ou si elle était borgne - car cela pourrait bien être le cas. Du moins, c'est ce que l'on pouvait facilement penser après avoir aperçu la cicatrice qu'elle arborait sur son œil visible.

    La voix de Julian le Nocturne la fit revenir à la réalité.

    -Je ne sais ce que vous cherchez, mais j'espère que vous le trouverez. Les choses ici évoluent vite, et parfois assez mal. Il n'y a que la paix ambiante qui ait pu apaiser les cœurs. Du reste, je ne sais où vous passerez l'hiver, mais il risque d'être bien rude.

    La Cavalière sourit derrière son masque. Plus le temps passait, plus, au fond, elle brûlait d'impatience de voir arriver le jour où elle ferait un véritable retour. En effet, actuellement, elle apparaissait aux yeux des autres comme un spectre, l'ombre d'une personne déchue qu'elle avait été pendant si longtemps. Cependant, la lumière reprenait tout son éclat.

    -Je vous remercie. J'ai pu me rendre compte de quelques éléments de cette évolution. Quant à cet hiver, je suis habituée, depuis des années, au froid et au manque de nourriture qui l'accompagnent. Puissent les Ancêtres donner assez de vie pour nourrir les Maisons, car elles en ont bien plus besoin qu'une simple solitaire comme moi.

    La Cavalière regardait désormais l'assassin droit dans les yeux, la lueur tremblante des flammes dansant toujours dans son œil bleu. Au fond, sans ressentir le besoin de l'exprimer, elle savait qu'elle passerait peut-être une partie de cet hiver au cœur de l'une des quatre Maisons - et si c'était le cas, elle savait parfaitement laquelle.
    Elle se demanda alors ce que faisait Julian à cette heure bien tardive, exposé au froid, alors qu'il pouvait trouver refuge dans le château de l'Ombre.

    -Il est plutôt rare, en une nuit si froide, de croiser un membre de l'une des Maisons, si loin de son château.

    La solitaire ne désirait pas poser la question directement, ne voulant pas être indiscrète - après tout, bien que cela ai éveillé sa curiosité, cela ne la regardait en rien. Cependant, en abordant le sujet, elle laissait à l'assassin le choix d'en parler ou non, comme il le désirait. Avec le temps, elle avait appris de petites choses comme cela, qui lui permettraient probablement d'obtenir certaines réponses sur ces terres, sans offusquer ses habitants, ni attirer leur mépris. Tout en voulant savoir ce qui se passait sur le fief de Cerfblanc, elle ne désirait pas s'introduire dans la vie privée de quiconque.
Revenir en haut Aller en bas
Julian le Nocturne
administrateur •• shepp
administrateur •• shepp
avatar

♣ ÂGE : 22
♣ NE(E) LE : 21/11/1994
♣ PUF, PSEUDO : Shepp
♣ INSCRIT(E) LE : 06/12/2009
♣ MESSAGES : 69

♣ HUMEUR : Excellente !

Feuille de personnage
♣ RELATIONS:
♣ TALENT INNE: Art du Meurtre
♣ EXPERIENCE:
540/1000  (540/1000)

MessageSujet: Re: Oiseau de nuit ~ pv   Sam 7 Déc - 19:25


Les paroles qu'il avait énoncées ne restèrent guère longtemps sans réponse ; la Cavalière sans Visage parla à son tour : « Je vous remercie. J'ai pu me rendre compte de quelques éléments de cette évolution. Quant à cet hiver, je suis habituée, depuis des années, au froid et au manque de nourriture qui l'accompagnent. Puissent les Ancêtres donner assez de vie pour nourrir les Maisons, car elles en ont bien plus besoin qu'une simple solitaire comme moi. » Le regard de l'étrangère vint s'ancrer dans le sien. Il ne sut exactement ce qu'il ressentit à cet instant, mais tout le mystère qui auréolait la femme lui sembla lui faire face. Il conserva le silence, se contentant de songer que cela devait donc faire un moment qu'elle errait, et un moment également qu'elle était présente sur ces terres. Qu'attendait-elle exactement ? La question le taraudait, mais il décida encore de prendre son mal en patience - voire même de le taire. À quoi bon se laisser encore aller à des sentiments aussi bas ? Il n'était plus là pour décrypter autrui. Ce n'était que de la curiosité malsaine. Tout cela le renvoya à sa propre réalité. « Il est plutôt rare, en une nuit si froide, de croiser un membre de l'une des Maisons, si loin de son château. » Cette remarque ne faisait qu'aller dans ce sens. Il sourit. Son sourire était étrange. Il n'avait rien, ni chaleur, ni même froideur. Ce n'était qu'un simple sourire venant souligner ces quelques mots. Rien de plus. Il constatait de cette façon que la Cavalière sans faire preuve de politesse, contourner les questions comme lui-même le faisait pour obtenir ses réponses. Mais il douta qu'il y ait, comme pour sa part, de raison malsaine sous couvert d'interrogation. Il lui sembla éprouver un certain respect pour cette femme, et il ne regrettait pas d'avoir accepté sa compagnie – de même qu'il espérait qu'elle ne regrettait pas de s'être posée à ses côtés.
« Disons que cela n'est pas rare pour un assassin. » Répondit-il d'abord, mais aussitôt, son sourire se perdit, légèrement crispé. Si Julian était doué pour déchiffrer sur les visages, il avait renoncé depuis longtemps à se départir de ses propres sentiments. De fait, cette réponse n'en était qu'une à moitié. La plupart des assassins passaient les nuits les plus dures au Château. Mais voulait-il véritablement aborder le sujet de son fils ? Si Aleksandre voulait communiquer sa frustration, il ne revenait qu'à lui d'en parler. Il pouvait néanmoins dire, à son niveau, la propre vérité qu'il acceptait d'admettre – et il reprit donc, calmement : « Mais la vérité est toute autre. Je ne cherche pas à fuir ma Maison, simplement... » Comment dire ? Il eut une brève hésitation, puis il continua : « Simplement, je tiens à être présent pour une personne qui m'est chère et qui, elle, ressent le besoin de prendre ses distances pour le moment. » Sur ces aveux, Julian se tût, le regard dans le vague. Il n'avait pas mentionné de lien avec la personne concernée, ç'aurait tout autant pu être un très bon ami qu'une éventuelle compagne, ou bel et bien son enfant. Toujours était-il qu'il se sentait plus juste ainsi, à donner les informations nécessaires à comprendre sa situation sans compromettre l'intimité de son fils. Que pouvait-il dire de plus ? Il n'y avait, de toute évidence, rien à ajouter. La Maison de l'Ombre restait la sienne, malgré tout ce qu'il avait pu endurer ces derniers mois. Il espérait que cela n'avait pas changé pour Aleksandre... Et, en en venant à ces réflexions, il se demanda bien quel rapport pouvait entretenir la Cavalière avec sa propre Maison, puisqu'elle semblait sous-entendre qu'elle en avait une, d'une certaine façon. Et pourquoi elle ne rentrait pas chez elle, elle...

____________________________________________


Julian le Nocturne


Revenir en haut Aller en bas
Owanà la Glaciale
Membre
avatar

♣ ÂGE : 19
♣ NE(E) LE : 05/06/1997
♣ PUF, PSEUDO : Lamyy'
♣ INSCRIT(E) LE : 03/01/2009
♣ MESSAGES : 46


Feuille de personnage
♣ RELATIONS:
♣ TALENT INNE: Tactique
♣ EXPERIENCE:
500/1000  (500/1000)

MessageSujet: Re: Oiseau de nuit ~ pv   Sam 28 Déc - 18:00


    La première réponse de Julian semblait incomplète. La Cavalière Sans Visage n'ignorait pas les us et coutumes des Maisons. Aucun rang, même celui d'assassin, n'avait pour particularité de ne pas rentrer au château le soir venu. Cependant, elle n'en demanda pas plus, attendant de voir si il désirait développer ou non. Cela ne tarda pas. « Mais la vérité est toute autre. Je ne cherche pas à fuir ma Maison, simplement... Simplement, je tiens à être présent pour une personne qui m'est chère et qui, elle, ressent le besoin de prendre ses distances pour le moment. »Le regard du paladin se perdit dans le vague. Peut être avait-il un problème avec un ami, une femme, ou bien un membre de sa famille. La Cavalière n'en demanda pas d'avantage. Chacun rencontrait des difficultés dans sa vie, et portait ses propres secrets. Elle ne s'estimait pas en droit de s'introduire dans la vie privée des autres, c'est pourquoi elle ne prononça pas un mot durant un instant. Julian semblait perdu dans ses pensées. Elle l'observa en silence. Il sembla, après réflexion, aboutir à des questionnements, qu'il ne prononça pas. Elle pouvait simplement le voir au léger, presque imperceptible, changement dans son regard. La Cavalière tourna légèrement la tête pour regarder vers l'horizon. C'est alors que la lumière des flammes dansantes éclaira la partie gauche de son visage. La faible lueur se refléta dans son oeil...marron. - Parfois, le plus difficile est de parvenir à aider nos proches tout en restant fidèle à sa Maison. L'un empêche parfois l'autre, mais j'éprouve beaucoup de respect pour ceux qui parviennent à combiner les deux lorsque les chemins divergent. Elle avait prononcé ces mots; pourtant, cela n'avait pas vraiment été son cas. Contrairement aux personnes qu'elle mentionnait dans ses paroles, elle avait simplement pris un chemin divergent, mais n'avait suivi personne au-delà des frontières. Elle avait été seule. Durant un court instant, son regard se perdit dans le vague, empli d'une lueur de mélancolie. Puis elle tourna légèrement la tête vers Julian en revenant à la réalité, et ses yeux vairons si particuliers reprirent l'air déterminé qu'elle affichait, bien qu'en grande partie masqué dans l'obscurité et la blancheur de son masque.
Revenir en haut Aller en bas
Julian le Nocturne
administrateur •• shepp
administrateur •• shepp
avatar

♣ ÂGE : 22
♣ NE(E) LE : 21/11/1994
♣ PUF, PSEUDO : Shepp
♣ INSCRIT(E) LE : 06/12/2009
♣ MESSAGES : 69

♣ HUMEUR : Excellente !

Feuille de personnage
♣ RELATIONS:
♣ TALENT INNE: Art du Meurtre
♣ EXPERIENCE:
540/1000  (540/1000)

MessageSujet: Re: Oiseau de nuit ~ pv   Sam 1 Fév - 15:08


Il y avait quelque chose d'étrange dans cette rencontre, de mystérieux, peut-être même d'artificiel. Julian n'aurait su dire exactement ce qu'il ressentait à cet instant précis. Quelques minutes avaient suffit pour qu'ils atteignent tous deux les limites de ce qu'ils acceptaient de communiquer - elle son identité, lui la raison de son isolement. Deux boucliers qui les séparaient l'un de l'autre, alors qu'ils étaient tous deux à seulement quelques pas l'un de l'autre. Le regard de l'assassin revint sur la Cavalière, et c'est à cet instant que la lumière révéla son deuxième oeil, un oeil marron. Elle avait les yeux vairons. Cette simple constatation, cette "découverte" d'un instant ne put que l'amuser, quelque part. Peut-être avait-il tort de croire qu'ils n'avaient rien à échanger. Certaines choses se communiquaient de façon involontaire, et sûrement apprendraient-ils chacun l'un de l'autre, même en restant simplement immobiles et silencieux jusqu'au lever du soleil. Avait-il oublié cette vérité qui, pourtant, avait régi sur sa vie durant toutes ses premières années ? Julian sentit à cet instant le poids des années lui revenir ; il était encore jeune, mais voilà longtemps qu'il avait quitté le domaine de son enfance volée, et voilà longtemps qu'il n'avait pas versé de sang - du sang humain. Assassin n'était plus une réalité, mais un simple titre auquel il pouvait difficilement prétendre. Tout ceci n'était que mascarade. Peut-être même avait-il perdu la main. Peut-être que connaître l'identité de la Cavalière ne changerait en soi absolument rien. Peut-être n'avait-elle plus rien à voir avec ce qu'elle avait été, tout comme lui. Ah, tant d'hypothèses ; c'était cela qui lui avait valu son nom de code autrefois. Quelle ironie de se rattacher ainsi à son passé au moment où l'on constate justement qu'il est bien lointain. Tant de réflexions qui n'aboutissent à rien.
« Peut-être un jour en saurons-nous plus l'un sur l'autre. J'ai espoir de pouvoir retrouver ma Maison, et j'ai le sentiment que c'est peut-être aussi votre cas. Ces réponses qui n'en sont pas n'auront dès lors plus lieu d'être. » Julian sourit. Son sourire avait un petit côté carnassier. Il avait respecté le souhait de son interlocutrice, celui de ne pas poser de questions. Il se contentait d'échanger ses pensées, comme ils le faisaient depuis ces quelques précieuses minutes, et déclinait son hypothèse sur le fait qu'elle avait elle aussi un foyer vers lequel se tourner. Pourquoi n'y retournait-elle pas ? Il ne pouvait le lui demander ; il prenait son mal en patience, car peut-être ne se reverraient-ils plus jamais. Peut-être sa Maison était-elle ennemie à la sienne, qui sait ! Tout cela n'avait plus tellement d'importance pour lui, car le départ de William allait sûrement changer beaucoup de choses, il doutait que Cassandre de Jais soit de nature à aimer la guerre - et le tempérament adoucit de son compagnon ne pouvait que le confirmer, car désormais il se savait qu'elle et Amaury du Phoenix étaient en vérité amants. Voilà longtemps que les Maisons du Tonnerre et du Vent n’interagissaient plus avec la sienne, eux-mêmes semblaient nourrir d'étranges rancoeurs, sûrement dû au fait que le Tonnerre avait hébergé Neko, un assassin - son fils adoptif, ou du moins, celui qui l'avait été, l'espace d'un instant. Désormais, il n'y avait qu'Aleksandre - ah, Alek, que faisait-il, pourquoi se faisait-il si absent ? Et sa fille, où était-elle partie, pourquoi n'avait-il su la garder près de lui ? Souris... Julian ferma les yeux et huma l'air, les senteurs de la forêt, emprunt d'une étrange nostalgie. En fin de compte, seuls les souvenirs le rattachaient encore à son foyer, mais il y tenait tant. Le temps n'y changeait rien. C'était ainsi.

____________________________________________


Julian le Nocturne


Revenir en haut Aller en bas
Owanà la Glaciale
Membre
avatar

♣ ÂGE : 19
♣ NE(E) LE : 05/06/1997
♣ PUF, PSEUDO : Lamyy'
♣ INSCRIT(E) LE : 03/01/2009
♣ MESSAGES : 46


Feuille de personnage
♣ RELATIONS:
♣ TALENT INNE: Tactique
♣ EXPERIENCE:
500/1000  (500/1000)

MessageSujet: Re: Oiseau de nuit ~ pv   Dim 9 Fév - 16:42

    Depuis qu'elle parcourait ces terres, seulement quelques jours, la Cavalière apprenait beaucoup de chaque rencontre qu'elle avait pu faire, et faisait en sorte de retenir des choses. Pas forcément concernant les individus qu'elle rencontrait, mais surtout sur ce qu'ils lui apprenaient de la situation actuelle des Maisons. Son apparence l'avait probablement aidée - elle était consciente que son masque intriguait beaucoup, bien qu'il effraie parfois au premier abord.
    Elle ne regrettait pas du tout cette nouvelle rencontre. La femme masquée ne posa pas d'avantages de questions, consciente qu'ils avaient atteint le seuil que tous deux refusaient de franchir. Elle se contenta d'observer les flammes danser dans l'obscurité. La voix de Julian vint briser le silence.

    - Peut-être un jour en saurons-nous plus l'un sur l'autre. J'ai espoir de pouvoir retrouver ma Maison, et j'ai le sentiment que c'est peut-être aussi votre cas. Ces réponses qui n'en sont pas n'auront dès lors plus lieu d'être.

    Derrière son masque, la solitaire sourit, le regard toujours fixé sur les flammes. Oui, il y avait assez peu de probabilité qu'ils ne se revoient jamais. En effet, la Cavalière Sans Visage n'avait nullement l'intention de quitter ces terres dans l'immédiat; peut-être les saisons à venir mêleraient étroitement son chemin avec celui des Maisons. Les prochains événements lui révéleraient la réponse.

    -C'est probable. Mon passé, mon présent sont étroitement liés à ceux des Maisons, ainsi en sera-t-il de mon futur. Nos chemins se recroiseront, un jour, je n'en doute pas. J'espère pour vous que vous retrouverez votre Maison si tel est votre souhait.

    Son regard vairon s'était à nouveau reporté sur l'assassin. Il semblait s'être à nouveau perdu dans ses pensées, peut-être étaient-ce des souvenirs, ou bien des projets d'avenir, elle n'en savait rien.
    De son côté, son esprit se faisait alerte. Sans qu'elle ne le laisse paraître, son impatience grandissait. Elle n'attendait plus qu'une chose: les voir. Les dernières rencontres qu'elle désirait faire. Ami ou ennemi, elle n'en savait que trop rien, mais elle savait que, s'ils avaient joué un rôle essentiel dans son passé, ils en feraient de même avec son avenir.
    Elle jeta un regard au ciel qui s'était, presque imperceptiblement, éclairci. L'aube approchait lentement.

    L'aube de sa renaissance, elle aussi, approchait.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Oiseau de nuit ~ pv   

Revenir en haut Aller en bas
 
Oiseau de nuit ~ pv
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Débilitations HUHU.
» Un oiseau qui chante....
» La nuit du renouveau.
» Dans la nuit noire (Pollo)
» Une nuit d'ivresse humaine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Terres Libres :: La Grande Route-
Sauter vers: