AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Blowin' In The Wind ° Libre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
L'Innomée
Membre


♣ PUF, PSEUDO : Saph'
♣ INSCRIT(E) LE : 27/11/2011
♣ MESSAGES : 8


Feuille de personnage
♣ RELATIONS:
♣ TALENT INNE: Art du Meurtre
♣ EXPERIENCE:
500/1000  (500/1000)

MessageSujet: Blowin' In The Wind ° Libre   Mer 13 Nov - 19:38

How many roads must a man walk down
Before you call him a man ?
How many times can a man turn his head
Pretending he just doesn't see ?

How many ears must one man have
Before he can hear people cry ?
How many deaths will it take till he knows
That too many people have died ?

”The answer my friend is blowing in the wind”

« La vraie nouveauté naît toujours dans le retour aux sources. »
Edgar Morin


*Voilà, je suis rentrée*

Nul n’aurait pu deviner qui avait eu cette pensée. Les deux, sans doute. Le regard de l’Innomée effleura le paysage, en quête du moindre souvenir, d’une quelconque étincelle qui s’allumerait dans sa mémoire, lui prouvant qu’elle venait d’ici. Il n’y eut rien. Aucune réaction, aucune étincelle. La jeune femme soupira. *Au moins, se dit-elle, c’est un bel endroit.* En effet, l’aube venait à peine de se lever sur la forêt de Cerfblanc, éclairant les arbres d’une lueur pâle et chaude, ce qui contrastait avec l’air frais qui soufflait ce matin-là et qui avait convaincu la solitaire de se vêtir d’une couche en plus. Sous ses pieds nus, la rosée la chatouillait doucement. L’horizon paraissant loin tant l’étendue herbeuse était grande. La jeune femme pensa combien son destin lui semblait loin, lui aussi. Elle n’avait ni identité, ni passé. Seule la guidait cette voix dans sa tête. Rassurante. Bienveillante. Elle avait été la seule à véritablement la comprendre.

*-C’est ici que je suis née ?
-Non, nous venons de loin.
-Pourquoi m’avoir conduite ici ?
- Tu comprendras le moment venu*


L’Innomée n’insista pas. Ne sachant pas très bien où aller ensuite, elle décida de s’étendre au sol afin de profiter de la chaleur du soleil sur sa peau. Elle frissonna au contact de l’humidité, mais résista à l’envie de se relever. Ses yeux fixèrent l’azur. Elle se sentit soudain si petite devant cette immensité. Elle se demanda si quelqu’un, quelqu’un part, pensait encore à elle. Si elle avait compté pour des gens ; véritablement compté. L’image d’une femme aux cheveux clairs comme les siens et au regard attentionné apparut brièvement dans sa mémoire et parut s’imprimer dans le ciel l’espace d’un instant. Puis la femme disparut, remplacée par un jeune homme à la chevelure rousse et au regard d’or. L’Innomée rêvait parfois de lui. Parfois… Elle se souvenait vaguement de leurs rencontres, longtemps auparavant. Que lui avait-il alors avoué ? L’aimer ? Être responsable de sa mort ? A l’époque, elle lui en avait voulu. Mais depuis, elle avait appris à aimer les choses simples. Durant son récent exil, elle s’était construit une petite cabane dans un lieu reculé, et avait goûté au silence pur et simple. Lentement, elle avait guéri. De quoi ? Elle l’ignorait elle-même. Pourtant, un jour, elle avait clairement ressenti un changement elle. Ou plutôt, elle s’était compte que ce changement s’était lentement opéré en elle, qu’il s’était installé, doucement, de peur de l’effrayer. Un matin, elle comprit qu’elle ressentait de la sérénité. Elle avait renoué avec son identité perdue, acceptant ce vide en elle, et surtout, se découvrait la force d’essayer de le remplir. La Voix dans sa tête l’avait guidée là où se trouvaient les réponses.

Dans un geste automatique, huilé par l’habitude, elle porta sa main au manche de son poignard, le saisit, et le mena devant ses yeux. Le bois devenait de plus en plus foncé au fil des années, et la gravure autrefois dorée perdait de sa couleur. Bientôt, on croirait les lettres simplement ciselées dans le manche. Elles avaient pourtant été si joliment travaillées… Zafir. Pour la énième fois, l’Innomée se demanda ce que ce mot signifiait. Elle devinait que ce devait être le nom de l’ancien possesseur du poignard, et se demandait pourquoi il avait atterri chez elle. Peut-être que quelqu’un le cherchait ? Peut-être qu’elle l’avait volé ? Elle fit jouer la lame quelques instants avec la lumière, admirant les reflets qu’elle pouvait faire courir sur l’herbe, avant de le ranger. Elle se demandait ce qu’elle allait bien pouvoir faire par la suite…

*Tu dois trouver le Prince*

La Voix avait surgi, familière. L’Innomée s’était habituée à elle longtemps auparavant, et ne s’étonna donc pas de l’entendre. Malgré tout, elle décida de l’ignorer. Elle gardait des mauvais souvenirs de la rencontre avec son Prince, et ce dernier n’avait jamais cherché à la retrouver. Elle avait fini par penser qu’elle ne représentait pas grand-chose pour lui. En revanche, le garçon au parfum du miel était différent. Elle avait lu dans son regard tant d’attachement, tant d’espoir… Bien que cela l’eût écoeuré sur le moment, elle ne pouvait s’empêcher, en y repensant, de vouloir le revoir. Oui. C’était lui qu’elle irait chercher en premier.

*Il ne t’apportera rien ! Trouve le Prince ! Ne le blâme pas lui pour ton départ, c’est toi qui est partie !*
- Chuuuut…

Elle avait parlé tout haut, alors qu’elle fermait les yeux. Parfois, la Voix l’oppressait. En ce moment, elle trouvait la nature belle et calme, et en éprouvait un sentiment familier de sérénité. Il ne fallait pas le gâcher. Doucement, l’Innomée s’endormit.

Revenir en haut Aller en bas
 
Blowin' In The Wind ° Libre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]
» ? Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Terres Libres ::  Les Quatre Chênes-
Sauter vers: