AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

  Éveil-PV

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sébastian le Vagabond
administrateur •• nim's
administrateur •• nim's
avatar

♣ ÂGE : 20
♣ NE(E) LE : 23/09/1997
♣ PUF, PSEUDO : nim's
♣ INSCRIT(E) LE : 22/01/2011
♣ MESSAGES : 60

♣ HUMEUR : LOVE.

Feuille de personnage
♣ RELATIONS:
♣ TALENT INNE: Camouflage
♣ EXPERIENCE:
500/1000  (500/1000)

MessageSujet: Éveil-PV   Sam 28 Déc - 0:45

     « C’est dans le mensonge que la vérité commence. »

    Le silence, c'est ce qui étonna Sébastian lorsqu'il s'éveilla. Le soleil allait se lever d'ici une heure ou deux : il pouvait encore profiter de l'ombre pour se glisser hors du campement, seul. Il attrapa son épée qu'il enlevait uniquement lorsqu'il dormait et sortit du Quartier des Paladins. Parfois, il avait encore du mal à réaliser qu'il faisait parti de cette Maison. C'était une chance d'avoir été accepté avec si peu de difficultés. Il s'était fondu si parfaitement dans la foule, en usant de sourires, de rires, de paroles aimables, en étant poli, serviable, prévenant. Bref, en jouant un rôle, en portant un masque qui n'était pas le siens. Mais il commençait à se lasser et à se demander s'il n'allait pas finalement repartir. Une seule chose le maintenait encore ici : sa lâcheté. Il ne voulait pas vivre seul, avait besoin des autres pour se protéger, pour qu'ils meurent à sa place et quelque part, pour le divertir. Au début, quand la Maison du Tonnerre l'avait accueillit, être un autre que lui-même l'avait presque amusé : mais maintenant, il aurait préféré pouvoir se montrer sous son vrai jour, et il songeait justement à changer petit à petit. Peut-être que s'il glissait doucement vers un caractère plus fermé, plus froid et sans le moindre sentiment, les personnes l'entourant ne s'en rendrait pas compte. Il pouvait faire ça avec douceur, il n'était pas obligé de laisser tomber son masque d'un coup : ça serait stupide. Enfin, pour le moment, il continuait à feindre une joie de vivre qui ne lui ressemblait pas. Il n'était pas non plus à l'encontre de sa vraie nature : Sébastian le Vagabond n'était pas non plus connu pour son exubérance non, il était simplement de bonne compagnie tout en demeurant discret : au pire il laissait indifférent, au mieux il inspirait la sympathie. Somme toute, il s'en était plutôt bien tiré : si seulement ils savaient qu'il n'hésiterait pas à tuer n'importe qui de cette Maison pour sauver sa peau. Mais enfin après tout, Sébastian était libre de faire ou d'être qu'il voulait : si un jour il sentait qu'il ne pourrait supporter plus, il s'évaporerait dans la nature purement et simplement et on ne le retrouverait jamais.

    Le château et ses habitants somnolaient encore, une patrouille s'en allait tout juste et, profitant du peu d'agitation, Sébastian s'en alla. L'air était froid, la neige n'allait pas tarder : l'hiver arrivait. Le souffle calme de l'homme ressortait de sa bouche en formant un bref nuage de fumée. Il était parti à pieds et mit une bonne heure avant d'atteindre la Falaise aux Serpents une fois sur place, il observa le sommet. Il était bon pour escalader mais le froid risquait d'engourdir ses membres, aussi ne se risquerait-il pas à entreprendre l'escalade aujourd'hui. Dans le silence gelé, Sébastian entendit nettement des bruits de pas : quelqu'un s'approchait. Son regard se porta vers le ciel qui avait déjà pâlit : la journée s'annonçait aussi belle que froide. Il attendit alors que la personne qui s'approchait se montre, il ne comptait pas aller à la rencontre : peu lui importait de qui il s'agissait. Et il n'eut pas à attendre bien longtemps, bientôt, le nouveau Seigneur du Tonnerre vint à sa rencontre. Le paladin salua sa supérieure comme il se devait : après tout, il jouait son rôle et cela impliquait un profond respect pour la hiérarchie. Cependant, si son visage affichait un sourire naturel, intérieurement il songeait à ce rêve dans lequel sa victime l'avait dénoncée. Avec un peu de chance, Suzanne la Lionne n'avait pas retenu ce bref épisode : elle avait bien d'autres choses à faire. L'unique œil de Sébastian se focalisa donc sur le Seigneur de la Maison. Pour qui savait regarder, on pouvait déceler le vide dans son regard : aucun sentiment, rien, le néant. Mais qui pouvait bien s'en rendre compte ? Nathanaël était sans doute le seul. Or, Nathanaël avait juré loyauté à la Maison de la Rivière et ce depuis sa naissance, alors personne ne risquait de mettre en péril ce secret. Décidant finalement que le silence avait bien trop duré, Sébastian engagea la conversation.

     « Alors, vous êtes vous faites à vos nouvelles responsabilités, mon Seigneur ? » s'enquit-il avec amabilité en veillant à la vouvoyer comme il le devait.

    Il n'était qu'un comédien. Ce sourire naturel, cet œil pétillant, cette voix chaleureuse... rien de toute cela ne lui ressemblait réellement. Et pourtant, tout le monde était dupe.

____________________________________________

Sébastian le Vagabond.

Revenir en haut Aller en bas
Suzanne la Lionne
modérateur •• be careful
modérateur •• be careful
avatar

♣ ÂGE : 19
♣ NE(E) LE : 26/02/1998
♣ PUF, PSEUDO : Curry' // Fricadella
♣ INSCRIT(E) LE : 29/07/2012
♣ MESSAGES : 31

♣ HUMEUR : I'm Happy :D !

Feuille de personnage
♣ RELATIONS:
♣ TALENT INNE: Tactique
♣ EXPERIENCE:
500/1000  (500/1000)

MessageSujet: Re: Éveil-PV   Sam 28 Déc - 2:20

- L’hiver vient. Déjà, le gel s’en était pris à la forêt de Cerfblanc, les arbres nus étaient recouverts d’une fine couche de givre et les feuilles mortes étaient fripées par la glace qui annonçait la mauvaise saison. D’ici peu, les neiges et le froid prendraient le contrôle des bois, laissant dans son sillage mort et une promesse de vie. Car tout le monde le sait, les récoltes sont bonnes quand l’hiver est long, laissant ainsi à la terre le temps de se reposer. Une silhouette se glissa entres les longues ombres de la nuit silencieuse, elle prenait soin d’éviter la lumière que projetait la lune. Le chasseur, tous les sens en alerte, traquait un gros gibier sur les terres libres. L’animal, un élan, était jeune, fort et robuste. La meneuse de la Maison du Tonnerre devait choisir le bon moment et surtout, garder l’effet de surprise. Sa proie se dirigeait vers un point d’eau : ce sera l’endroit où elle le tuera. Accompagnée d’un loup aussi silencieux qu’elle, la bête trépignait sur place, impatiente de plonger ses crocs dans la chair tendre du gibier. L’élan fit une pause au bord d’une rivière, comme l’avait prévu Suzanne, et se rapprocha de lui aussi discrètement possible. Elle se jeta alors sur lui en le forçant ainsi à tomber. L’animal se plia sous son poids, le loup mordait avec acharnement l’une de ses pattes arrières et déchirait sa peau. La jeune fille prit son épée et l’enfonça dans le ventre de la proie, qui dans une dernière convulsion cessa de se débattre. Un rayon de soleil l’éblouit : c’était l’aube. Suzanne sourit, cet élan regarnira la pile de gibier et tout le monde aura de quoi manger ce soir. Elle prit plusieurs cordes qu’elle attacha à la bête puis la porta. Son loup bavait, il avait goûté au sang de sa victime, il était cruel qu’il ne puisse pas en goûter davantage. La suzeraine traina sa pièce de viande jusqu’à une garde et leur ordonna de porter l’élan au Château pour que les cuisiniers s’en occupent. D’abord dubitatifs, les paladins s’exécutèrent. Elle savait que sa récente nomination en déplaisaient certains, cependant, elle ne laissait rien paraître et se montrait particulièrement autoritaire avec eux - et les gardaient à l’œil. Bien sûr, il lui était étrange de commander des gens vieux d’au moins de plus de dix printemps qu’elle, surtout qu’elle était née très loin de Cerfblanc mais elle était seigneur à présent et pouvait rivaliser avec les autres maisons.

Wido, son loup, grogna. Aussitôt, Suzanne sortit deux dagues de sa ceinture prête à tuer n’importe qui sur le champ - elle ne connaissait que trop bien les seigneurs qui se s’étaie t fait assassiner lors de parties de chasse. Elle remarqua alors une forme sombre au pied des falaises aux serpents. Sébastian. Elle n’avait rien à craindre et rengaina ses armes, détendue. Wido choisit ce moment pour plonger dans les fourrés. La nouvelle meneuse ne chercha pas à la rattraper, elle connaissait l’appel de la forêt qui le poussait à disparaître puis à réapparaître. Elle décida donc de porter compagnie à son guerrier bien qu’elle se doutait qu’il s’en passerait. En même temps, plusieurs lunes auparavant, Sébastian, Juliette - son amie - et elle avaient fait un rêve de leurs Ancêtres où elles avaient d’ailleurs appris que le guerrier banal du clan cachait un secret : il avait tué un homme et ne semblait pas très heureux que sa victime dévoile une partie de son adolescence. Mais Suzanne, bien que méfiante, avait déjà assez de problèmes et secondait à l’époque Ellana d’Aubépines, qui disparut au matin. Elle s’approcha de lui sans dissimuler sa présence, elle sentit d’ailleurs que Sébastian l’avait remarquée.

    « Alors, vous êtes vous faites à vos nouvelles responsabilités, mon Seigneur ? demanda-il. »

La fille sentait que cette question n’en était pas vraiment une. Si le ton chaleureux pouvait lui donner le sourire, quelque chose lui soufflait que le cœur n’y était pas. Peu importait, il lui avait posé une question et elle allait lui répondre.

    « Merci de vous en soucier, mon cher Sébastian. »

Certes, elle n’avait répondu mais elle ne voulait pas avouer le poids qui écrasait ses épaules, tous les problèmes de sa maison et les menaces de l’hiver. La Pierre de Lune était brisée, elle n’avait pas reçu les neuf vies d’un seigneur et commençait à douter de ses Ancêtres. Peut-être ne voulaient-ils pas d’elle sur le trône ? Elle avait si maintes fois prouver sa valeur… Si elle avait la bénédiction de leurs aïeux, tout serait tellement plus facile ! Plus personne n’oserait contredire ses choix et pousser les autres à la rébellion. La meneuse sourit puis d’un bond, atteignit une petite corniche où elle s’assit en toisant le paladin.

    « Dîtes-moi, à quand remonte votre dernière chasse ? demanda-t-elle, le regard brillant. »


____________________________________________


Elle riait comme quelqu'un qui avait sérieusement réfléchi à la vie
et qui avait compris la blague.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.war-of-clans.com/t11065-9824-fureur-de-lionne
Sébastian le Vagabond
administrateur •• nim's
administrateur •• nim's
avatar

♣ ÂGE : 20
♣ NE(E) LE : 23/09/1997
♣ PUF, PSEUDO : nim's
♣ INSCRIT(E) LE : 22/01/2011
♣ MESSAGES : 60

♣ HUMEUR : LOVE.

Feuille de personnage
♣ RELATIONS:
♣ TALENT INNE: Camouflage
♣ EXPERIENCE:
500/1000  (500/1000)

MessageSujet: Re: Éveil-PV   Dim 29 Déc - 0:27

     « Dans les ténèbres, à chacun son destin. »

    Qu'aurait dit Nathanaël s'il l'avait vu, là, ce sourire stupide collé aux lèvres ? Se serait-il moqué de lui ou aurait-il au contraire été étonné des capacités naturelles de son frère pour se forger un masque ? Au fond peut importait, et de toutes les manières, dans ce monde où l'on flattait les Seigneurs sans raison, était-il vraiment le seul comédien ? Sans doute pas, certainement pas même. Mais ça ne le dérangeait pas du tout, au contraire ! Les puissants du fief de Cerfblanc étaient regardés avec respect, envie, admiration et lui au milieu de tout ça, n'était pas là, avec ses grands sourires, dans le but d'accéder au pouvoir, non, il préférait se tenir loin de ça. Il endossait un masque dans l'unique but de se fondre dans la masse. Mais après tout, en se fondant dans la masse, il pouvait passer pour quelqu'un d'intéressé par le pouvoir... Enfin... Être un simple paladin lui convenait, c'était ce qu'il lui fallait : un bouclier pour contrer un passé plutôt envahissant. La dernière fois qu'il avait vu son frère, ce dernier lui avait dit qu'il avait tué leur mère et que leurs frères et sœurs seraient en rogne contre eux deux. Mais il n'avait rien à faire là-dedans : Nathanaël avait tué leur mère, c'était une chose dont il se fichait éperdument quant à lui, il avait abandonné leur génitrice bien des années auparavant pour sauver sa vie et maintenant on lui apprenait qu'elle était peut-être en péril à cause de son frère ? Une chose était sûre, si quelqu'un le traquait, il n'hésiterait pas à dénoncer Nathanaël, à leur dire où il se trouvait pour avoir la vie sauve. Sébastian avait une certitude : il ne se sacrifiait pas, jamais. Lorsqu'il avait dû se battre pour sa vie et tuer en retour, il n'avait pas hésité et c'était peut-être ça qui l'avait aidé à survivre. Il n'abandonnait pas, jamais ! Du moins, quand il s'agissait de son existence.

    « Merci de vous en soucier, mon cher Sébastian. »

    Il hocha la tête pour toute réponse. Mais bien sûr qu'il était entièrement dévoué à la Maison du Tonnerre et à son Seigneur. Pff, foutaises, balivernes, mensonges ! Mais elle croyait en lui, il le sentait. Peut-être qu'elle avait douté lorsqu'ils avaient reçu la visite des Aïeux en rêve, mais les mois s'étaient écoulés et maintenant tout semblait différent. Intérieurement, Sébastian eut un sentiment de satisfaction : il était à l'abri ! Peu lui importait qu'elle ait esquivée la question, c'était son droit et il comprenait qu'elle ne veuille pas se confier à un paladin. Quelque part, ça l'arrangeait : il n'allait pas devoir faire semblant de se soucier de ce qu'elle lui racontait. Il remarqua son sourire et la vit bondir sur une corniche non loin de là où elle se trouvait avant.

    « Dîtes-moi, à quand remonte votre dernière chasse ? »

    Depuis quand n'était-il pas parti dans la forêt, accompagné de quelques autres paladins afin de remplir la réserve de la Maison ? Eh bien...

     « Il me semble que ça n'était pas plus tard qu'hier, ma Seigneurie. Et je crois être de nouveau demandé plus tard dans la journée. » Il se tut un instant et posa sur elle un regard où dansait une lueur d'inquiétude. « Pourquoi ma Dame, y-a-t-il un quelconque problème ? » s'enquit-il finalement.

    Comme si tout cela comptait vraiment pour lui... une discussion sur la chasse, des années auparavant, un tel sujet lui aurai semblé impossible. Quelques années auparavant, quand il n'était qu'un simple meurtrier. Mais depuis qu'il était Paladin du Tonnerre, tout avait changé.
    Ou presque.

____________________________________________

Sébastian le Vagabond.

Revenir en haut Aller en bas
Suzanne la Lionne
modérateur •• be careful
modérateur •• be careful
avatar

♣ ÂGE : 19
♣ NE(E) LE : 26/02/1998
♣ PUF, PSEUDO : Curry' // Fricadella
♣ INSCRIT(E) LE : 29/07/2012
♣ MESSAGES : 31

♣ HUMEUR : I'm Happy :D !

Feuille de personnage
♣ RELATIONS:
♣ TALENT INNE: Tactique
♣ EXPERIENCE:
500/1000  (500/1000)

MessageSujet: Re: Éveil-PV   Dim 29 Déc - 3:10

- Juchée sur son perchoir de pierre, Suzanne laissait courir le vent sur son visage et caresser ses cheveux châtains, un sourire de bien-être en coin. Elle aimait cette sensation : se faire porter par le vent. Pour elle, c’était l’un des synonymes de liberté. Au fil des années, elle avait appris que l’indépendance était l’une des choses les plus précieuses au cours d’une vie et qu’elle ne devait ô grand jamais laisser quelqu’un la lui prendre. En étant seigneur d’une maison, elle devait renoncer à certains plaisirs et porter sur son dos de lourdes responsabilités. Si personne n’avait voler sa liberté, n’y avait-elle pas, quelque part, renoncé en acceptant d’être à la tête d’un clan ? Pourtant, elle savait que son destin était de diriger, s’occuper de ses compagnons, et gagner. Il lui arrivait de rêver de voyages, n’avoir aucune attache et laisser son blason derrière elle pour partir sur les chemins en quête d’aventure et de prouesses. Et abandonner tes camarades d’armes ? Tes amis et tes ancêtres ? gronda une petite voix dans sa tête. La jeune fille poussa un long soupir, se torturer l’esprit se raisonnait à rien. Soit, elle était née dans une contrée lointaine de Cerfblanc, ses parents l’avait abandonnée, sa mère adoptive et son frère étaient morts depuis longtemps, et sa sœur l’avait quittée pour l’amour. Mais elle ne pouvait plus se séparer de sa maison d’adoption. Et certainement pas en période de troubles. Combien de temps tiendrais-je sur le trône ? Mourrais-je assassinée ou sur le champ de bataille ? songea-t-elle, sans vraiment y penser. Son trépas n’était pas pour maintenant, elle avait encore trop de choses à accomplir. Elle planta ses yeux verts dans ceux de Sébastian qui ne la quittait pas. Dans une question muette, elle se demanda si le paladin ressentait un sentiment pareil au sien. En tout cas, il n’en laissait rien paraître et ne paraissait pas vouloir en parler.

    « Il me semble que ça n'était pas plus tard qu'hier, ma Seigneurie. Et je crois être de nouveau demandé plus tard dans la journée, il reprit, quelque peu inquiet, Pourquoi ma Dame, y-a-t-il un quelconque problème ? »

La suzeraine tiqua. Elle n’appréciait pas vraiment la courtoisie de Sébastian à son égard car ils avaient combattu bien des malheurs ensemble et s’ils étaient toujours polis l’un envers l’autre, cela la dérangeait aujourd’hui. D’accord, ils n’avaient jamais été de grands amis et Suzanne l’avait tenu à l’œil et même testé en lui chargeant un apprenti, un peu plus tôt afin de voir s’il était digne de sa confiance. Finalement, elle n’avait rien à lui reprocher à part son sombre passé mais il lui appartenait, et à lui seul. Quoiqu’il en soit, Suzanne désirait reprendre d’une main de fer ses activités. Quelques jours plus tôt, elle s’était rendue à l’Autel de Lune avec une petite escorte pour trouver des réponses à ses questions, en vain. Elle avait confié le camp à ses cavaliers les plus expérimentés. Elle ne comptait pas non plus choisir un second pour le moment alors elle gouvernait seule, partageant les tâches entre les apprentis, les guerriers, composant les différentes patrouilles et tout ce qui s’en suivait. Ce matin avait été une pause reposante pour elle qui manquait d’air.

    « Non, rassurez-vous, je souhaitais seulement m’assurer que mon absence n’ait pas posé trop de problèmes. Je reprends le contrôle des patrouilles dès aujourd’hui et je pense que je vous choisirais pour diriger l’une d’elle. Je vous en reparlerai plus tard, dans la journée, répondit la meneuse. »

Sébastian était un bon chasseur ainsi qu’un redoutable combattant et apprécié de tous, de plus, il avait prouvé sa valeur plusieurs fois. Personne n’osera s’opposer à lui lors de sa patrouille.

____________________________________________


Elle riait comme quelqu'un qui avait sérieusement réfléchi à la vie
et qui avait compris la blague.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.war-of-clans.com/t11065-9824-fureur-de-lionne
Sébastian le Vagabond
administrateur •• nim's
administrateur •• nim's
avatar

♣ ÂGE : 20
♣ NE(E) LE : 23/09/1997
♣ PUF, PSEUDO : nim's
♣ INSCRIT(E) LE : 22/01/2011
♣ MESSAGES : 60

♣ HUMEUR : LOVE.

Feuille de personnage
♣ RELATIONS:
♣ TALENT INNE: Camouflage
♣ EXPERIENCE:
500/1000  (500/1000)

MessageSujet: Re: Éveil-PV   Lun 30 Déc - 0:29

     « We live alone, we die alone : Everything else is just an illusion. »

    Sa cicatrice le picota mais il n'y accorda aucune attention, ça lui arrivait de temps en temps : il avait appris à faire avec. C'était toujours mieux que la période où sa plaie cicatrisait : un des moments les plus douloureux de sa vie. Il avait haït de nombreuses fois celui qui l'avait rendu borgne, démolissant ainsi son visage. Sébastian n'accordait pas d'importance à son physique, du moins intérieurement. Mais cet œil crevé pouvait-être un handicape, on pouvait se méfier de lui, être effrayé -voire dégoutté- se poser des questions... C'était le pire : poser des questions. Lorsque c'était des enfants, il s'arrangeait pour inventer une histoire. Elenna d'Aubépines lui avait demandé une fois ce qu'il avait vécu et il avait esquivé la question : encore heureux. Alors outre sa vue diminuée et son visage mutilé, cette cicatrice était aussi une source de curiosité dont il se serait bien passé. Nathanaël avait de la chance : il n'était jamais parti de la Maison de la Rivière, il n'avait jamais suivi leur mère, il était resté à l'écart de tout ça. Peut-être que si Sébastian était resté lui aussi, il aurait conservé sa joie de vivre, son âme d'enfant. Peut-être... mais ça ne s'était pas passé comme ça. Il avait suivit sa génitrice loin des terres de Cerfblanc et il s'était battu. Il avait tué plusieurs fois sans rechigner. Il avait été brisé et finalement il s'était habitué à tout ça c'était comme si... il n'était plus vraiment humain. Comme s'il n'était qu'une machine, un pantin sans sentiments. Oui, c'était exactement ça. Sébastian reporta son attention sur Suzanne, apparemment, ses manières lui déplaisait mais il s'en fichait éperdument : il la traitait comme on traitait son Seigneur, il faisait ce qu'il devait et ce même s'ils avaient été paladins ensembles. Il se souvenait d'une partie de chasse qui avait duré un après midi entier... Suzanne semblait avoir changé, mûri : elle ne semblait plus aussi sauvage et directe qu'avant : les effets secondaires du pouvoir, sans doute.

    « Non, rassurez-vous, je souhaitais seulement m’assurer que mon absence n’ait pas posé trop de problèmes. Je reprends le contrôle des patrouilles dès aujourd’hui et je pense que je vous choisirais pour diriger l’une d’elle. Je vous en reparlerai plus tard, dans la journée. »

    Elle assurait ainsi le poste de lieutenant et de Seigneur ? Elle ne pourrait pas tenir longtemps ces deux rôles mais ça n'était pas ses affaires. Certains se demandaient qui elle choisirait pour la seconder, Sébastian y avait réfléchit, sans trouver de réponses... Peut-être Juliette la Précieuse ? Elles semblaient amies. Enfin, avoir un bras droit pourrait peut-être l'aider à asseoir son pouvoir. Dans tous les cas, il s'en fichait un peu, temps qu'il n'était pas choisi tout lui allait.

     « Non, votre absence n'a pas été un problème, les temps sont calmes. » Il fit une courte pause avant de reprendre.  « Bien, je suis à votre service. Seulement si vous me permettez, j'aimerais vous dire le fond de ma pensée. » En réalité, il n'attendit pas son accord.  « Je pense que vous ne devriez pas traîner pour choisir un second, la Maison s'agite et avec quelqu'un à vos côtés, vous auriez plus d'autorité et moins de charges. » Il se tut finalement.

    Sébastian se rendit compte que son discours pouvait être interprété différemment : il pouvait passer pour quelqu'un d’intéressé pour ce poste. Mais ça n'était pas la première fois, lors de la Réunion où Suzanne avait annoncé qu'elle montait sur le trône, il avait manifesté son soutient et certains paladins avaient vu là une manière de se rapprocher d'elle pour être nommé lieutenant. Et ça ne le dérangeait pas qu'on le voit ainsi : n'était-ce pas le désir de tout paladin normal ? Et son désir à lui n'était-il pas de paraître normal ? Bien qu'au fond, sous le masque, il priait les dieux pour ne pas être désigné. Quel être complexe il faisait...

     « Votre voyage jusqu'à l'Autel de Lune vous a-t-il apporté des réponses ? » demanda-t-il finalement.

    Ce point au moins l'intéressait. Il désirait savoir si les ancêtres en qui il croyait demeuraient en colère, murés dans leur silence ou s'ils lui avaient parlés.

____________________________________________

Sébastian le Vagabond.

Revenir en haut Aller en bas
Suzanne la Lionne
modérateur •• be careful
modérateur •• be careful
avatar

♣ ÂGE : 19
♣ NE(E) LE : 26/02/1998
♣ PUF, PSEUDO : Curry' // Fricadella
♣ INSCRIT(E) LE : 29/07/2012
♣ MESSAGES : 31

♣ HUMEUR : I'm Happy :D !

Feuille de personnage
♣ RELATIONS:
♣ TALENT INNE: Tactique
♣ EXPERIENCE:
500/1000  (500/1000)

MessageSujet: Re: Éveil-PV   Lun 30 Déc - 3:03


    « Non, votre absence n'a pas été un problème, les temps sont calmes, il reprit, Bien, je suis à votre service. Seulement si vous me permettez, j'aimerais vous dire le fond de ma pensée, il ne laissa pas le temps à la meneuse de dire quoique ce soit, Je pense que vous ne devriez pas traîner pour choisir un second, la Maison s'agite et avec quelqu'un à vos côtés, vous auriez plus d'autorité et moins de charges. »

- Suzanne fit une grimace. A vrai dire, elle ne s’attendait pas à cette remarque. Surtout venant de Sébastian qui semblait si distant et proche à la fois, il dégageait l’aura de quelqu’un d’intouchable et semblait attentionné envers les enfants et son ancien apprenti. Il était étrange et lui éveillait des soupçons auxquels elle n’avait pas de temps à y consacrer totalement. Il avait parfois l’air de se ficher de ce qu’on pouvait bien lui dire, toutefois, il écoutait. La jeune seigneur eut un doute. Et si le paladin en face d’elle était attiré par le trône ? Non. Elle n’avait pas perçu dans sa voix l’ambition qui poussait un guerrier à désirer commander ses camarades. Elle l’implora du regard. Et choisir qui d’après toi ? Qui lui jurait fidélité et ne serait pas tenté de lui prendre le pouvoir ? Qui accepterait de seconder, d’exécuter les ordres d’une parjure fille de parjures ? Ellana avait eu confiance en Suzanne qui l’épaulait autrefois et n’avait jamais failli à sa tâche, cependant, ses ennemis ne manquaient aucune occasion de la pointer du doigt. Même après tant d’années à servir la Maison du Tonnerre, six ou sept ans peut-être, ses origines restaient gravées dans la mémoire des combattants. Combien de règles dans le code d’honneur des chevaliers avait-elle souillé ? Dix, ou peut-être plus. La jeune fille avaient prié les Ancêtres, quand elle accepta leur existence, mille fois pour l’aider et rien. Toujours rien. Il lui avait tellement pris… Sa mère adoptive, son frère, sa sœur. A qui le tour maintenant ? Ma Maison ? se dit-elle, en proie au désespoir qui la rongeait petit à petit.

    « Votre voyage jusqu'à l'Autel de Lune vous a-t-il apporté des réponses ? »

Les paroles de Sébastian la tirèrent de ses sombres pensées. Elle afficha finalement une mine déconfite. Elle s’était rendue à l’Autel de Lune en espérant trouver une solution au contact rompu avec leurs aïeux. Elle serra les poings, un incendie de colère dansait dans ses iris verts.

    « Aucune. A croire que nos Ancêtres nous ont envoyé un rêve pour rester muet ensuite. Tout cela n’a pas de sens. Après notre songe, je pensais que nous trouvions une nouvelle Pierre de Lune ou trouvions un autre moyen de communier avec eux mais je me trompais. Soit les Aïeux nous ont abandonné, soit ils ne peuvent plus nous joindre et nous devrons donc nous débrouiller seuls. De toute façon, les morts n’ont jamais été d’une aide précieuse, lâcha-t-elle. »

Sébastian pouvait voir en elle une traitresse mais peu lui importait. D’accord, elle commençait à croire que ce rêve n’était rien de plus qu’un phénomène, certes bizarre, cependant, ce n’était qu’un rêve. S’il tentait quoique ce soit contre elle, Suzanne pouvait toujours l’accuser de meurtre et le châtier. Pourtant, elle savait au fond d’elle qu’elle ne pourrait pas faire une chose pareille au jeune homme. Pourquoi ? Elle-même n’en était pas sûre. Elle avait sûrement trop d’affection pour le condamner à quoique ce soit. Aussi stupide que cela puisse paraître, elle attachait au paladin un penchant plutôt ambigüe. Elle se secoua la tête.

    « Pardonnez-moi, les mots ont dépassé ma pensée. Sans doute aurais-je besoin d’un lieutenant avec qui je devrais consulter avant de m’exprimer, plaisanta-t-elle, amère, Je désespère à trouver des réponses pour ma Maison et je crains le pire pour nos Ancêtres, elle souffla, La Pierre de Lune est brisée en deux par la foudre. On peut encore y voir des traces de cendres. J’ai tenté de rêver mais les aïeux sont restés silencieux. »

Elle déglutit. Ce silence signifiait-il la fin des maisons ? Devrez-t-ils tous vivre en vagabonds pour subsister ? Se verra-t-elle contrainte à retrouver son ancienne vie ?

    « Croyez-vous qu’il y ait un avenir possible sans les Ancêtres ? s’enquit-elle. »

____________________________________________


Elle riait comme quelqu'un qui avait sérieusement réfléchi à la vie
et qui avait compris la blague.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.war-of-clans.com/t11065-9824-fureur-de-lionne
Sébastian le Vagabond
administrateur •• nim's
administrateur •• nim's
avatar

♣ ÂGE : 20
♣ NE(E) LE : 23/09/1997
♣ PUF, PSEUDO : nim's
♣ INSCRIT(E) LE : 22/01/2011
♣ MESSAGES : 60

♣ HUMEUR : LOVE.

Feuille de personnage
♣ RELATIONS:
♣ TALENT INNE: Camouflage
♣ EXPERIENCE:
500/1000  (500/1000)

MessageSujet: Re: Éveil-PV   Lun 30 Déc - 16:12

     « Les Etoiles ne sont pas que des étoiles, Nawel. Elles parlent à qui sait les écouter. »

    Son regard semblait l'implorer. Mais l'implorer de quoi ? Prendre les décisions à sa place, lui dire quoi faire ? Il n'était pas un être protecteur venu du ciel pour la guider. Au départ, après leur rêve commun, elle l'avait tester en lui confiant un apprenti et maintenant quoi, elle demandait son avis pour le futur lieutenant ? Un sourire moqueur faillit se dessiner sur ses lèvres mais il le retint : tout dans le contrôle. Il garda donc cet air avenant et chaleureux qui ne correspondait pas au Vagabond qu'il était. Lorsqu'il parla de l'Autel de Lune, Suzanne ne paru pas plus enjouée : au contraire, dans son regard, des lueurs de colère s'illuminèrent, faisant briller ses iris vertes. Les Aïeux... lui-même parfois songeait à l'ironie de sa position : il était dépourvu de tout sentiments mais au delà de ça, il croyait fermement en ces ancêtres. Peut-être parce qu'il avait survécu alors qu'il aurait dut mourir, peut-être parce que sa seule crainte était de mourir et que cette idée allumait en lui un instinct de survie exceptionnel et que quelque part, penser que des Aïeux veillaient sur eux le rassurait. En revanche, ça n'avait pas l'air d'être le cas du nouveau Seigneur.

    « Aucune. A croire que nos Ancêtres nous ont envoyé un rêve pour rester muet ensuite. Tout cela n’a pas de sens. Après notre songe, je pensais que nous trouvions une nouvelle Pierre de Lune ou trouvions un autre moyen de communier avec eux mais je me trompais. Soit les Aïeux nous ont abandonné, soit ils ne peuvent plus nous joindre et nous devrons donc nous débrouiller seuls. De toute façon, les morts n’ont jamais été d’une aide précieuse. »

    Il se départi de son sourire mais son visage ne s'assombrit pas. En réalité, la dernière phrase de Suzanne ne l'intéressait pas, il était inquiet : les Aïeux demeuraient muets, et ils allaient devoir faire avec. La paix semblait être de retour dans le fief de Cerfblanc, la rumeur concernant le changement de Seigneur dans la Maison de l'Ombre enflait, soulevant des questions. On prétendait que Cassandre de Jais avait pris possession du trône et que William des Cendres avait disparu. Avec ce nouveau Seigneur, on pouvait espérer que la haine entre les différentes Maisons s’apaiseraient : il était temps. Et de tout ça, les ancêtres ne disaient rien. Sébastian sortit de ses pensées en voyant Suzanne secouer la tête.

    « Pardonnez-moi, les mots ont dépassé ma pensée. Sans doute aurais-je besoin d’un lieutenant avec qui je devrais consulter avant de m’exprimer. Je désespère à trouver des réponses pour ma Maison et je crains le pire pour nos Ancêtres. La Pierre de Lune est brisée en deux par la foudre. On peut encore y voir des traces de cendres. J’ai tenté de rêver mais les aïeux sont restés silencieux. »

    En effet, ça n'annonçait rien de bon. Elle n'avait pas pu rêver et donc, elle conservait une unique vie... Les sceptiques de la Maison du Tonnerre ne le serait que plus après ça. Des complots pouvaient très bien s'organiser contre elle, et elle ne serait que plus facile à éliminée. Oui, définitivement, elle avait besoin de quelqu'un pour la seconder, quelqu'un d'autoritaire qui l'aiderait à asseoir son pouvoir. Elle devait faire comprendre qu'elle était le nouveau Seigneur et qu'en donnant leur loyauté au Tonnerre, c'était aussi à elle, qu'ils la donnaient.

    « Croyez-vous qu’il y ait un avenir possible sans les Ancêtres ? »

    Sébastian chercha le regard du nouveau Seigneur et bientôt son unique œil rencontra l'océan émeraude de Suzanne.

     « Croyez-moi, ma Dame, je suis un fervent croyant et l'idée d'avoir des Aïeux silencieux ne m’enchante guère. » Commença-t-il simplement avant de continuer.  « Seulement, les deux Maison hérétiques, la Rivière et l'Ombre ont vécu pendant des années sans dieux et pourtant ils sont encore parmi nous. »

    Il attendit un moment dans le silence et son regard se détacha de son Seigneur, il se demandait ce qui la poussait à le questionner ainsi. Essayait-elle de mettre en doute ses croyances pour, par la suite, l'accuser de trahison ? Non, ça ne pouvait pas être ça, elle était Seigneur, si elle avait voulu l'accuser d'une telle chose, elle aurait inventé tout une histoire et il serait mort depuis longtemps. C'était donc autre chose, et il pouvait donner librement son avis... Autre chose, mais quoi ?

     « Alors oui, mon Seigneur, une avenir est possible sans les Ancêtres. » affirma-t-il finalement.

    Il était confiant et son ton était assuré mais au fond, il espérait que les Aïeux allait bientôt se manifester : c'était la seule chose qui lui tenait à cœur.

____________________________________________

Sébastian le Vagabond.

Revenir en haut Aller en bas
Suzanne la Lionne
modérateur •• be careful
modérateur •• be careful
avatar

♣ ÂGE : 19
♣ NE(E) LE : 26/02/1998
♣ PUF, PSEUDO : Curry' // Fricadella
♣ INSCRIT(E) LE : 29/07/2012
♣ MESSAGES : 31

♣ HUMEUR : I'm Happy :D !

Feuille de personnage
♣ RELATIONS:
♣ TALENT INNE: Tactique
♣ EXPERIENCE:
500/1000  (500/1000)

MessageSujet: Re: Éveil-PV   Lun 30 Déc - 23:23

- L’œil vert et doré de Sébastian croisa le regard vert de Suzanne. Celle-ci se posa malgré une question à laquelle elle s’était déjà interrogée auparavant. D’où lui venait cette blessure ? Qui ou quoi avait bien pu lui arracher un œil ? Jamais la jeune fille ne lui avait demandé la cause de cette terrible cicatrice ou alors elle ne s’en rappelait plus. Mais la vue de cette balafre ne la dégoutait pas, après tout, elle avait vu son frère éventré et couvert de blessure, baignant dans son propre sang et rien ne pourrait plus l’écœurée. Elle eut un petit rictus, elle avait vomis ce jour-là, il faut avouer que les entrailles de Ryan n’étaient pas beaux à voir. Au fond d’elle, quelque chose s’était brisé, une partie - ou la totalité, elle ne saurait le dire - de son cœur était mort avec le garçon.

    « Croyez-moi, ma Dame, je suis un fervent croyant et l'idée d'avoir des Aïeux silencieux ne m’enchante guère. Seulement, les deux Maison hérétiques, la Rivière et l'Ombre ont vécu pendant des années sans dieux et pourtant ils sont encore parmi nous, la tira de ses pensées Sébastian. »

Le paladin se détourna. Son esprit fut happé par quelque chose que seuls les Ancêtres - s’ils étaient toujours avec eux - pouvaient savoir. Suzanne croyait en les paroles de son… De son quoi au juste ? Son ami ? Pas vraiment puisqu’ils ne se confiaient guère l’un à l’autre et ne passaient pas leur après-midi à rigoler ou à trainer ensemble. C’était pourtant bien ce qu’elle faisait. Elle s’épanchait sur lui, elle lui faisait part de ses inquiétudes tandis qu’elle restait de marbre avec les autres. Comment pouvait-elle croire en Sébastian après que sa victime ait révélé le nom de son meurtrier ? D’accord, il avait été l’un des premiers à la soutenir lors de son passage à seigneur, cependant, ce n’était pas cette raison qui la poussait à considérer Sébastian comme…

    « Alors oui, mon Seigneur, une avenir est possible sans les Ancêtres, lui assura-t-il. »

Suzanne hocha la tête, elle était d’accord avec lui. Elle ne saurait trop expliquer pourquoi mais pour le moment, ce qui comptait encore plus que leurs Aïeux étaient la survie de sa Maison. Il lui faudrait peut-être commencer à réfléchir à un second… L’avertissement de Sébastian était clair, si elle ne choisissait pas de lieutenant, il se pouvait bien que sa tête finisse quelque part dans la forêt… Elle déglutit. La meneuse se racla la gorge, mal à l’aise mais elle ne le montra pas.

    « Et toi Sébastian, crois-tu en l’avenir de la Maison du Tonnerre avec moi à sa tête ? Crois-tu en moi ? demanda-t-elle froidement tout en le ne quittant pas des yeux. »

C’était tout ce qu’elle voulait savoir. Si quelques-uns avaient confiance en elle, si tous ses efforts d’intégration avaient payés et si elle ne perdait pas son temps dans une maison qui ne souhaitait qu’une chose : qu’elle parte. Très loin et ne revienne pas. Sa question était directe, la réponse devrait l’être également. Elle plongea dans l’unique œil du paladin, guettant sa réaction. S’il mentait, elle le saurait sûrement. On ne pouvait pas détourner cette question ou encore « noyer le poisson »

____________________________________________


Elle riait comme quelqu'un qui avait sérieusement réfléchi à la vie
et qui avait compris la blague.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.war-of-clans.com/t11065-9824-fureur-de-lionne
Sébastian le Vagabond
administrateur •• nim's
administrateur •• nim's
avatar

♣ ÂGE : 20
♣ NE(E) LE : 23/09/1997
♣ PUF, PSEUDO : nim's
♣ INSCRIT(E) LE : 22/01/2011
♣ MESSAGES : 60

♣ HUMEUR : LOVE.

Feuille de personnage
♣ RELATIONS:
♣ TALENT INNE: Camouflage
♣ EXPERIENCE:
500/1000  (500/1000)

MessageSujet: Re: Éveil-PV   Mar 31 Déc - 2:12

    Elle semblait en accord avec lui. Au moins il avait vu juste, elle ne souhaitait pas là le piéger pour ensuite le bannir de la Maison du Tonnerre ou pire, le tuer. De toutes les manières, aux yeux de cette Maison qui l'avait accueilli, il n'avait rien à se reprocher. Il était blanc comme neige, et si les regards qu'on avait au posé sur lui lors de son arrivée avaient été chargés de mépris et de méfiance, on le considérait avec respect désormais : il était l'un des leurs. Il était un frère d'armes, un compagnon, un paladin, un homme loyal et honnête. Si seulement ils savaient qu'il était à milles lieux de tout ça. Il mentait plus que qui conque, trahissait en fonction de ses intérêts... Si le sang qui tachait ses mains auparavant n'était jamais parti, alors on aurait pu voir ou du moins, entrevoir le monstre qu'il était. Le monstre qu'on avait fait de lui et qu'il avait accepté de devenir. Il se demandait parfois, comment son sourire lumineux pouvait duper tout le monde, comment pouvait-on le croire à ce point ? Il se savait bon comédien mais les résultats l'étonnaient toujours. Son attention revint sur le Seigneur qui visiblement s'apprêtait à parler.

    « Et toi Sébastian, crois-tu en l’avenir de la Maison du Tonnerre avec moi à sa tête ? Crois-tu en moi ? »

    La question attendait une réponse immédiate, c'était certain. Aussi, il n'hésita pas.

     « Je vous ai soutenu dès vos débuts, Suzanne. Elenna d'Aubépines n'a pas fait erreur en vous choisissant pour la succéder, j'en suis certain : La Maison du Tonnerre a un bel avenir avec vous, ma Dame. »

    Il lui adressa un sourire encourageant. Il jouait son rôle, simplement, et il était excellent : ses paroles cadraient avec le personnage qu'il incarnait, qui lui collait à la peau jour et nuit. Il se devait d'être du côté de Suzanne la Lionne, c'était ainsi. Elle était bien incapable de savoir qu'il mentait sur tout et à tout le monde, depuis le début. C'était presque impossible de remonter au début, à la Maison de la Rivière. Quoi que... si, il restait bien Nathanaël mais encore fallait-il le trouver et reconnaître en lui le frère de Sébastian. Non, vraiment, son secret était bien protégé, il s'en rendait compte. Seulement, pas question de baisser la garde, de commettre des erreurs. Il irait au bout de son rôle, accomplirait tout ce qu'il avait à faire. Et peut-être qu'un beau jour, il disparaîtrait, tout simplement. Sans laisser de trace : comme une ombre.

     « Nombreux sont ceux qui doute de vous, ma Seigneurie, cela est sans doute du au départ précipité d'Elenna d'Aubépines : elle a régné pendant si longtemps, son départ inquiète. Vous devez les rassurer, leur faire comprendre que vous pouvez accomplir votre mission. » Il se tût avant de reprendre une dernière fois.  « Cessez de douter, Suzanne, vous êtes faîtes pour le trône. »

    Son regard n'avait pas quitté celui de son Seigneur et un sourire chaleureux, qui se voulait rassurant s'était étiré sur ses lèvres. Quel était son personnage, au juste ? Il n'était pas le paladin exemplaire, il était tête en l'air, ses missions n'étaient pas accomplies parfaitement et il pouvait se révéler maladroit. Mais en parallèle, il était de bonne compagnie, drôle, attentionné, ouvert, souriant... à milles lieux du vrai Sébatian. Suzanne allait-elle découvrir, un jour, qu'elle se fourvoyait totalement sur l'homme qui se tenait en face d'elle ? Non, bien sûr que non.
    Et c'était bien le but.

____________________________________________

Sébastian le Vagabond.

Revenir en haut Aller en bas
Suzanne la Lionne
modérateur •• be careful
modérateur •• be careful
avatar

♣ ÂGE : 19
♣ NE(E) LE : 26/02/1998
♣ PUF, PSEUDO : Curry' // Fricadella
♣ INSCRIT(E) LE : 29/07/2012
♣ MESSAGES : 31

♣ HUMEUR : I'm Happy :D !

Feuille de personnage
♣ RELATIONS:
♣ TALENT INNE: Tactique
♣ EXPERIENCE:
500/1000  (500/1000)

MessageSujet: Re: Éveil-PV   Mar 31 Déc - 19:19

    - Sébastian ne fléchit pas et répondit aussitôt, sûr de lui et de ses paroles. Personne n’aurait pu l’accuser de menteur ou de quoique ce soit d’autre. Personne n’aurait ri de sa mine sérieuse et convaincue de ce qu’il avançait non plus. Suzanne retint son souffle.

      « Je vous ai soutenu dès vos débuts, Suzanne. Elenna d'Aubépines n'a pas fait erreur en vous choisissant pour la succéder, j'en suis certain : La Maison du Tonnerre a un bel avenir avec vous, ma Dame. »

    Un sourire rassurant se dessina sur son visage. La jeune fille était soulagée et surprise, elle ne s’attendait pas non plus à ce que le paladin fasse une telle déclaration mais c’était mieux ainsi. Largement. Il venait de confier qu’il avait toujours eu confiance en elle, peu importe qu’il est assassiné quelqu’un auparavant s’il avait ses raisons : l’essentiel était qu’il ne prévoyait rien que contre elle - bien qu’elle n’ait pas soupçonné Sébastian de trahison envers sa Maison une seule fois - et surtout qu’au moins un guerrier croyait en elle et ne craignait pas qu’elle mène la Maison du Tonnerre dans les abysses. La meneuse se reprit. Elle se jura de ne tromper personne, ni Sébastian.

      « Nombreux sont ceux qui doute de vous, ma Seigneurie, cela est sans doute du au départ précipité d'Elenna d'Aubépines : elle a régné pendant si longtemps, son départ inquiète. Vous devez les rassurer, leur faire comprendre que vous pouvez accomplir votre mission. Cessez de douter, Suzanne, vous êtes faîtes pour le trône, reprit-il. »

    Son sourire chaleureux s’étira encore plus. Elanna d’Aubépines… L’ancienne meneuse lui manquait, elle avait toujours pris les choses en main, elle se souciait de sa maison comme si c’était son propre enfant. Mais elle était partie le jour où Suzanne lui avait fait part du rêve de Sébastian, Juliette et elle. Elle comptait également demander à la suzeraine des informations sur l’étrange assassin, elle n’en eut pas le courage et pas le temps. Elanna partait, lui révélant simplement qu’on l’attendait quelque part et qu’il était inutile de patienter jusqu’à son retour. C’est ainsi que Suzanne pris les rennes de la Maison, elle ne savait pas si le seigneur avant elle allait revenir mais elle avait compris que l’ancienne meneuse avait une quête et que rien ne l’empêcherait de l’accomplir. La jeune fille descendit de son perchoir avec grâce. Tu es devant moi et avec moi aujourd’hui et demain ? Devant les autres ? Cependant, elle ne doutait pas que Sébastian puisse jouer double-jeu. Suzanne se planta devant lui, ravie de compter le jeune homme parmi ses paladins.

      « Je suis heureuse de vous avoir, vous savez. J’ai douté de vous lors de notre songe mais je ne vous poserai aucune question sur votre meurtre. Votre passé vous appartient, Sébastian. Merci d’être avec moi, je tâcherai de ne pas vous décevoir. »

____________________________________________


Elle riait comme quelqu'un qui avait sérieusement réfléchi à la vie
et qui avait compris la blague.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.war-of-clans.com/t11065-9824-fureur-de-lionne
Sébastian le Vagabond
administrateur •• nim's
administrateur •• nim's
avatar

♣ ÂGE : 20
♣ NE(E) LE : 23/09/1997
♣ PUF, PSEUDO : nim's
♣ INSCRIT(E) LE : 22/01/2011
♣ MESSAGES : 60

♣ HUMEUR : LOVE.

Feuille de personnage
♣ RELATIONS:
♣ TALENT INNE: Camouflage
♣ EXPERIENCE:
500/1000  (500/1000)

MessageSujet: Re: Éveil-PV   Ven 3 Jan - 2:15

     «Laughing at the life you're wasting »

    Apparemment, il avait réussi à la rassurer, à enlever un poids de ses épaules par de simple parole vide de sens aux yeux de Sébastian. Comment de simple paroles pouvaient avoir cet effet ? C'était insensé, et pourtant, il avait parlé avec tant de conviction qu'il était impossible de ne pas le croire. Comme c'était divertissant de voir quelqu'un tomber dans ses filets avec tant de facilités. Il avait un côté manipulateur, il ne pouvait le nier, cependant ça faisait tellement parti de lui, c'était sa manière de vivre, il ne pouvait pas en être autrement s'il n'avait pas fait ça depuis le début, il aurait été mis à découvert. Et ça n'était pas malsain, il ne cherchait pas à la tuer, simplement à vivre. Et Suzanne semblait si enjouée à l'idée que quelqu'un le soutienne. Non, vraiment, elle avait changer, ce côté sauvageonne s'était estompé, elle semblait plus encline à accepter son destin et les responsabilités qui allaient avec. Sébastian eut un sourire lointain, à nouveau. Malgré ce qu'il lui avait dit là, il était certain de ne pas être nommé lieutenant, il n'était pas assez organisé, trop rêveur... Il n'était pas ce qui convenait. En réalité, s'il laissait tomber le masque, il aurait pu être un excellent second : il se serait vite habitué à son rôle et l'aurait rempli à merveille, comme le pantin qu'il était. En revanche, il aurait fait un bien piètre Seigneur : trop lâche, pas assez impliqué, incapable de prendre des décisions, de mener ses idées jusqu'au bout. Oui, il n'était qu'une marionnette, il n'avait fait que servir, il avait oublié ses sentiments, il n'était plus humain. Et si un jour il décidait que tout cela suffisait ? Pas la peine de se poser la question, ça n'arriverait jamais : cette vie était trop confortable pour qu'il veuille s'en détacher. Il vit son Seigneur descendre de son perchoir pour se dresser devant lui, elle semblait bien frêle à ses côtés.

    « Je suis heureuse de vous avoir, vous savez. J’ai douté de vous lors de notre songe mais je ne vous poserai aucune question sur votre meurtre. Votre passé vous appartient, Sébastian. Merci d’être avec moi, je tâcherai de ne pas vous décevoir. »

    Il eut un signe de la tête pour montrer sa reconnaissance. Tant mieux, pas de question. Si elle avait des doutes, au moins avait-elle la retenue de les garder pour elle.

     « Ma Seigneurie, je vous remercie de fermer les yeux là-dessus, ce meurtre est un bien mauvais souvenir que j'espérais pouvoir oublier. » Il laissa passer quelques secondes avant d'enchaîner.  « J'ai confiance en vous Suzanne, vous ne me décevrez pas. »

    Mensonges, menteur ! Il ne regrettait rien de cette vie (parmi tant d'autres) qu'il avait pris. Il s'en était emparée et s'était relevé après : victorieux, lumineux, rayonnant, dégoulinant de sang immonde (le sien et celui de la victime) l’œil gauche crevé. S'il devait le refaire, il le referait : encore et encore, il regarderait Aidan mourir, l'observerait alors que la vie quitterait peu à peu son corps. Il se délecterait du regard implorant qu'il avait vu avant de s'en aller : titubant sous la fatigue et la douleur. Ne vous méprenez pas, Sébastian n'aimait pas tuer : il s'y était habitué et ressortait simplement fier de ses combats mortels. Il regarda son Seigneur dans les yeux : non, elle ne le décevrai pas mais et lui ?
    [/font]

____________________________________________

Sébastian le Vagabond.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Éveil-PV   

Revenir en haut Aller en bas
 
Éveil-PV
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un réveil difficile - Terminé
» Le réveil du chat
» Honor's Veil : les phoenix !
» Le réveil [Boule Epineuse]
» Un réveil difficile et un nouveau point de départ. [Libre à un membre de Fairy Tail]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Terres du Tonnerre :: Les falaises aux serpents-
Sauter vers: