AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Dans un dernier rayon de soleil, une lumière s'éteint~LIBRE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aelyis de l'Apocalypse
modérateur •• be careful
modérateur •• be careful
avatar

♣ ÂGE : 20
♣ NE(E) LE : 05/06/1997
♣ PUF, PSEUDO : Lamyy'
♣ INSCRIT(E) LE : 30/12/2008
♣ MESSAGES : 39


Feuille de personnage
♣ RELATIONS:
♣ TALENT INNE: Rapidité
♣ EXPERIENCE:
500/1000  (500/1000)

MessageSujet: Dans un dernier rayon de soleil, une lumière s'éteint~LIBRE   Mer 25 Sep - 22:20


~ Dans Un Dernier Rayon De Soleil, Une Lumière s'éteint~




    Des traces sur le sable. Des empruntes de pas, dont le soleil déjà bas dans le ciel amplifiait les reliefs, allongeant les ombres parmi ses rayons d'or et de vermeil.  Cet astre avait d'ailleurs décidé, en ce jour de fin de saison, de se montrer dans l'un de ses plus beaux aspects, projetant une glorieuse lumière sur les nuages embrasés.
    Ce soir pourrait être l'un de ces soirs où l'on reste immobile, à observer ce coucher de soleil resplendissant. Peut-être était-ce d'ailleurs le cas de certains. Pourtant, ce soir était également porteur d'un événement, pour certains anodins, pour d'autres peut-être dramatique, qui était sur le point de s'accomplir.

    Un long pelage immaculé par endroits, brun tigré par ailleurs, des yeux vairons au regard perçant, telle était l'apparence première de la silhouette qui traversait les terres par endroit sablonneuses, désertes et silencieuses, en direction du Chemin du Tonnerre. Elle dégageait un certain charme, une prestance qui lui étaient propres. Cependant, on pouvait constater que son corps était marqué par le temps. On apercevait des cicatrices courant le long de ses épaules et de ses flancs, même une sur sa joue, quelques touffes de poils semblaient manquer par endroits. On pouvait affirmer qu'elle avait déjà traversé de nombreuses lunes et que la jeunesse vive et éclatante s'effaçait peu à peu de son être, sans qu'elle n'ai totalement perdu sa forme de guerrière aguerrie.
    L'anonyme vagabonde. Ce fut le seul nom qui remplaça celui, peu à peu effacé, qu'elle portait avec fierté, son nom de guerrière du Clan du Vent, Lame de Glace. Il avait été oublié au cœur des terres inconnues qu'elle avait parcouru, et pourtant ici, sur ce territoire qui lui était douloureusement familier, il avait été prononcé de nombreuses fois pour nommer cette guerrière déterminée. Mais qui, exactement, s'en souvenait vraiment ? Restait-il encore en ces lieux toutes ces personnes qui lui étaient si chères, mais qui appartenaient à un passé déjà lointain ?

    Elle avait changé. Des lunes, des saisons entières avaient passé depuis qu'elle avait quitté ces terres. On aurait autrefois pu la qualifier de douce, joyeuse, souriante. Il ne restait plus désormais que l'ombre de tout cela en elle. Son regard lumineux n'était plus qu'un océan de souvenirs douloureux, de regrets et de remords. Ce changement n'était autre que le fruit du destin difficile d'une guerrière forcée d'abandonner son Clan une seconde fois. Toutes ces lunes durant, elle n'avait cessé de se maudire, haïssant ce destin qui lui fut imposé. Elle avait été dans l'obligeance de tuer pour survivre dans le milieu rude qu'est le monde des vagabonds. Contrairement à la plupart d'entre eux, elle n'éprouvait aucun plaisir à ôter la vie d'un être, dont la disparition causerait de la peine à ses proches. Et pourtant, durant toute cette nouvelle vie errante, elle avait dû le faire à plusieurs reprises.
    Nul ne sut jamais où elle avait disparu. Elle n'avait laissé aucune trace derrière elle, n'avait prononcé aucun adieu lors de son départ. Et la voilà de retour sur ces terres qu'elle avait si souvent parcourues, tant de lunes ayant passé depuis. Son esprit était torturé à l'idée que tout ai changé ici. Qu'était devenu le Clan ? Qu'en était-il de ses ennemis jurés ? Quant à ses amis, elle espérait de tout cœur qu'ils allaient bien. L'auraient-ils oubliée ? Tant de questions se bousculaient dans son esprit alerte.
    Elle marqua une pause près d'un buisson. Elle pouvait déjà entendre le grondement sourd du chemin du tonnerre au loin. Tous les souvenirs lui revenaient, virevoltant dans sa tête, à la vue de ces étendues sauvages où elle avait vécu une si grande part de sa vie. Son regard se tourna vers les couleurs étincelantes du soleil couchant.

    *Où êtes-vous ? Qu'êtes-vous devenus ?*


    Tous ceux qui avaient été présents pour elle, qui avaient compté à ses yeux, lui manquaient jusqu'au plus profond de son être.

    *Coeur de Miel...Souffle d'Hiver...Eclat de Coton...Mes amis....Mon ancienne apprentie...*


    Peut-être penserez-vous qu'elle venait faire un retour inattendu dans son Clan, mais vous vous trompez. L'anonyme vagabonde, puisque c'était désormais ce qui lui faisait office de nom, n'aurait pu se pardonner de revenir ainsi dans les rangs du Clan du Vent après une si longue absence. Reprendre son nom de guerrière ne serait que trop d'honneur pour ce qu'elle était devenue. Elle avait du trahir des dizaines de fois le Code du guerrier pour survivre loin des Clans. Elle avait ôté des vies. Elle avait laissé son Clan sans la moindre nouvelle.
    A ses yeux, sa misérable vie n'avait aujourd'hui, et ce depuis qu'elle avait quitté pour la seconde fois le Clan du Vent. Déjà avant, elle avait perdu tant de proches, commis tant d'erreurs qu'elle jugea irréparables, qu'elle avait vécu dans l'éternelle souffrance de ses regrets. Une souffrance qui la dévorait au plus profond de son être à mesure que les lunes passaient, l'ayant réduite à la fuite une première fois, puis à la déchéance. Elle se haïssait au plus haut point.

    Alors, me direz-vous, pourquoi était-elle ici en ce jour ? Justement car ces regrets et ces remords continuaient à la dévorer malgré la distance qui la séparait de son douloureux passé qu'elle avait vainement tenté de plonger dans l'oubli. Elle voulait revoir leurs visages, revoir tout ce qui lui était cher, une dernière fois. Au fond d'elle, elle le savait, ce voyage, long et épuisant, serait le dernier. Ainsi son regard semblait dévorer chaque détail de ce paysage si précieux à ses yeux. Elle pouvait apercevoir la cime des Quatre Chênes. Elle pouvait ressentir la présence lointaine des guerriers affairés. Elle pouvait apprécier la splendeur de ce paysage enflammé par les derniers rayons de soleil.
    Elle leva la tête et ferma les yeux, sentant la brise lui caresser le visage, apportant mille senteurs venant des plateaux, de la forêt, des marécages. L'odeur enivrante du bois, celle, douce et si familière, de l'herbe battue par le vent. L'effluve des proies cachées dans les fourrés. Voilà bien longtemps qu'elle avait cessé de ressentir ces sensations. Qu'elle avait cessé de se sentir vivre. C'était comme si elle pouvait entendre son cœur battre après des lunes de silence. Elle pouvait se sentir courir aux côtés de ses camarades, chasser sur les plateaux, se battre aux côtés de ceux qui partageaient sa vie. Elle pouvait entendre les cris de défi fuser alors que les combats faisaient rage autour. Tous ces souvenirs s'ancraient en elle, plus présents que jamais. Elle avait attendu si longtemps pour enfin retrouver toutes ces sensations qui lui procuraient un instant éphémère, futile, mais précieux, d'un semblant de bonheur.
    Elle se décida enfin à ouvrir les yeux et tourna la tête vers le grondement au loin. D'un pas décidé, elle reprit sa marche irrégulière due à une blessure à moitié guérie à la patte avant droite, en direction du chemin du tonnerre. Pourquoi ses pas la menaient-elle dans cette direction ? Parfois, sans vraiment savoir pourquoi, quelque chose nous pousse à un acte qu'on ne penserait pas faire. La haine que l'ancienne guerrière éprouvait pour le Clan de l'Ombre, qui fut le premier à briser sa vie et à menacer celle de son Clan, la mena à se diriger vers leur territoire. Peut-être était-ce folie, aller droit vers une mort certaine. Mais sa vie, sa misérable vie, n'avait plus de sens, si ce n'était ce qu'elle avait laissé derrière elle. L'héritage d'une vie, l'espoir d'un renouveau.

    *J'espère que mes traces te mèneront jusqu'ici. Pardonne moi. J'espère pouvoir t'offrir ainsi une vie meilleure. Je ne te suis plus d'aucun secours face à cet enfer. *

    Jetant un regard vers les plateaux de son ancien Clan, elle pria ses ancêtres de lui apporter l'aide dont elle avait été privée. Elle accorda alors une pensée à tous ses proches, sans exception, avant de reprendre son chemin. Le grondement se fit plus lourd, plus assourdissant à mesure qu'elle se rapprochait de sa source. Le chemin du tonnerre n'était plus très loin désormais. Et, au delà, le territoire de ses ennemis jurés se rapprocherait.

    *Je suis venue accomplir le destin que tu as changé, Coeur de Miel.*

    C'était ainsi qu'elle aurait pu mourir, de nombreuses saisons auparavant, s'il n'avait pas sauvé sa fragile vie. Elle aurait mené ce combat jusqu'au bout. Le Clan de l'Ombre aurait répandu son sang dans le ruisseau, en gage de toute l'horreur dont ils pouvaient faire preuve. Sa vie futile se serait arrêtée, si jeune, si innocente. Et la voilà qui se dirigeait à nouveau vers eux pour en finir avec ses souffrances.
    Elle marqua une pause non loin du chemin du tonnerre. Le bruit des monstres en devenait assourdissant, mais elle n'y prêta nulle attention. Elle se contenta de jeter un regard sans expression au soleil noyé dans un feu sanglant. Son cœur avait beau être serré à l'idée de tout ce qu'elle laissait derrière elle, aucune larme ne vint à ses yeux. Comme si le vent qui avait balayé sa vie avait emporté avec lui les larmes qu'elle aurait voulu verser.
    La brise, d'ailleurs, continuait de faire danser l'herbe et le majestueux feuillage des arbres de la forêt, qui semblaient des flammes dans la glorieuse lumière du soleil s'éteignant. La guerrière, ou ce qu'il en restait, lança un regard dans la direction où partait le vent; quel bel hasard ce fut de constater qu'il emportait les feuilles vers les terres qu'elle chérissait le plus, où vivait sa famille, sa vie, son Clan tant aimé. Au fond d'elle, tout au fond, elle espérait de tout coeur qu'il porterait son odeur jusqu'à eux. Qu'ils la sachent de retour une dernière fois. Qu'elle puisse leur faire les adieux qu'elle n'avait jamais pu prononcer.

    Le crépuscule, lentement, approchait.
Revenir en haut Aller en bas
Kuman de l'Ambre
Membre
avatar

♣ ÂGE : 23
♣ NE(E) LE : 10/12/1994
♣ PUF, PSEUDO : Mielou
♣ INSCRIT(E) LE : 22/11/2010
♣ MESSAGES : 29

♣ HUMEUR : happy ^-^

Feuille de personnage
♣ RELATIONS:
♣ TALENT INNE: Force
♣ EXPERIENCE:
500/1000  (500/1000)

MessageSujet: Re: Dans un dernier rayon de soleil, une lumière s'éteint~LIBRE   Lun 30 Sep - 11:55



« The lost human lay their staring at the sky, realizing this is world he lived in, home to hidden beauty. »


    Sous ses pas crissaient les feuilles tombées au sol. Un vent léger effleurait son pelage roux, apportant avec lui l'odeur humide de l'automne. Tout n'était que murmures. Le soleil couchant faisait mouvoir les ombres autour de lui, jouant avec une palette de couleurs sanglantes, presque heureux de tuer la forêt à petit feu. Cette saison était sa préférée. Son regard d'ambre et son sourire carnassier s'y mêlaient dans une parfaite disharmonie. Comme si soudain, le félin trouvait sa place dans cette nature morte, beauté terrible de l'agonie alliée à ses pulsions d'assassin. Et ces merveilleuses nuances. Pouvait-on rêver mieux qu'un rouge si pourpre, un orange si brûlé, un jaune si mordoré ? Ô allégresse d'un décor de fin du monde. Ô joie démente d'y retrouver des obscurités familières, confortables, chaotiques.
    Prince d'Ambre marchait lentement sur un chemin caché entre deux bosquets. Il humait l'air du crépuscule à la recherche d'une proie quand le mystère des lieux l'avait irrémédiablement attiré. Depuis, il errait sur ce sentier boisé, l'esprit ailleurs et pourtant comblé par sa découverte. Il repensait sa vie. La victoire qui fut sienne ne l'intéressait plus. Il avait déjà démantelé la famille de son frère jumeau, détruit ses rêves et ses espoirs, volé son amour et même jusqu'à sa mémoire. Il pouvait recommencer. Non, ennuyeux. Vraiment ennuyeux. Ambre voulait un défi à sa hauteur, un jeu ultime, une dernière danse digne du Roi. La liberté qu'il avait gagnée le plongeait dans une profonde mélancolie. Plus de chaînes, plus de but, une existence fondue dans le chaos de cette fin de journée. Ses mentors n'étaient plus de ce monde. De toute manière, l'élève avait depuis longtemps dépassé les maîtres. Ses principales victimes non plus, n'étaient plus de ce monde, l'une s'étant évaporée et l'autre ayant perdu la mémoire. Certes, il restait peut-être sa nièce, Abysse de l'Oubli. Au fond, Ambre aimait bien cette petite. Il s'était attaché à la haine mutuelle qu'ils se portaient. Et par le regard de l'enfant, il vivait encore.
    Mais c'était loin d'être suffisant pour reconstruire son royaume.

    Un parfum fleuri se glissa sous son museau. Étonné, il pointa ses yeux de rapace vers l'est. Dans la percée des arbres, il pouvait apercevoir une forme sombre avancer d'une démarche irrégulière et pourtant déterminée. Il plissa le regard, incertain, tandis que dans le doute il choisissait de la suivre. Ils se dirigèrent ainsi ensemble vers le chemin du tonnerre. Tandis qu'elle se plaçait à découvert, au bord de la route mortelle, l'assassin s'arrêtait à l'orée, encore derrière les arbres, et l'observait silencieusement.
    La féline solitaire possédait une longue fourrure bâtarde de brun et de blanc, emmêlée mais belle, couturée par de fières cicatrices. Elle se tenait droite face à l'asphalte baigné par le crépuscule et ses yeux vairons semblaient regarder au-delà de la lumière, vers des souvenirs inaccessibles. Prince d'Ambre la trouva belle et libre. Il connaissait ce regard, cette posture, cette acceptation. Et il lisait également son souffle, longues inspirations profondes, qui soudain le ramenait des années en arrière. Cette ancienne guerrière fatiguée et forte se préparait à mourir. Pourtant, elle-même avait tué, de nombreuses fois. Lorsqu'on a vécu si longtemps en ville, on en reconnaît les faibles des battants, ceux qui désirent survivre, ainsi que chacune des odeurs des félins qui la composent.
    Ainsi Prince d'Ambre pouvait dire qu'elle s'était forgée l'âme en ville mais qu'elle n'y était pas née.

    De plus, il la reconnaissait. Il était sûr de l'avoir déjà vue en compagnie de Cœur de Miel, son frère. Peut-être même était-elle présente lorsqu'il avait tenté de le tuer, il y a des lunes de cela.
    Peu importait.

    Il s'avança dans la lumière du soleil couchant. Son pelage roux s'embrasa sous les rayons et un instant, noble et impassible, il ressembla à son jumeau. Puis un sourire terrible se dessina sur sa gueule et il s'approcha de la guerrière sans se départir de cette expression moqueuse.

    « Ainsi, une beauté de plus va s'éteindre en septembre. »

    Là, dans les abysses de ses yeux d'ambre, on pouvait lire une minuscule lueur de mélancolie.

____________________________________________

Prince d'Ambre
"Now the old king is dead! Long live the king!"
I used to rule the world
Feel the fear in my enemy's eyes
And I discovered that my castles stand
Upon pillars of salt and pillars of sand
Revenir en haut Aller en bas
http://www.war-of-clans.com/males-f9/danseur-d-ombre-t9987.htm#1
Aelyis de l'Apocalypse
modérateur •• be careful
modérateur •• be careful
avatar

♣ ÂGE : 20
♣ NE(E) LE : 05/06/1997
♣ PUF, PSEUDO : Lamyy'
♣ INSCRIT(E) LE : 30/12/2008
♣ MESSAGES : 39


Feuille de personnage
♣ RELATIONS:
♣ TALENT INNE: Rapidité
♣ EXPERIENCE:
500/1000  (500/1000)

MessageSujet: Re: Dans un dernier rayon de soleil, une lumière s'éteint~LIBRE   Lun 30 Sep - 20:52


    Un calme étrangement serein s'était emparé de la guerrière. Il n'y avait aucune joie, aucune trace de bonheur désormais dans son regard alors plongé dans le lointain vague où la lumière semblait se noyer petit à petit. Il y avait tant de choses qu'elle aurait voulu faire avant sa mort. Tant de personnes qu'elle aurait voulu revoir. Mais son coeur, lourd de chagrin, savait cependant qu'ils appartenaient au passé, et que la voir ainsi s'éteindre ne serait qu'une peine inutile. Alors, elle se trouvait là, si proche de son triste destin, de la fin de son ultime voyage, résolue à en finir avec cette vie qui n'avait que trop changé. Comme elle regrettait le passé, bien que douloureux, où elle transgressait les règles au nom de sa liberté, où elle parcourait ces terres aux côtés de ses camarades.
    Bien loin était cette vie là. Elle semblait avoir été brulée, déchirée, et emportée au loin par le vent qui parcourait les hauts plateaux où elle vivait jadis.

    Elle ne sut exactement pourquoi, mais, comme attirée par un instinct qu'elle-même ignorait, elle tourna lentement la tête, le regard sombre et empreint de mélancolie, bien que déterminé. Quel ne fut pas le choc lorsqu'elle aperçu, s'approchant d'elle, un pelage dont les couleurs dorées ressortaient dans l'or du couchant. Un instant, ses yeux s'écarquillèrent dans une muette stupéfaction.

    *Coeur de Miel ?!*

    Mais le sourire malsain qui se dessina sur les lèvres du guerrier ne ressemblait en rien au visage doux et si familier de celui qu'elle avait, l'espace d'un instant, cru voir devant elle.

    -Ainsi, une beauté de plus va s'éteindre en septembre.

    Les yeux de la guerrière, désormais étrécis en un regard empli de rancoeur, se firent plus durs, une haine à peine dissimulée y brulant alors qu'elle reconnaissait le visage de cet assassin.

    *Toi ! Comment oses-tu t'adresser à moi de cette façon ?*

    Elle se tourna à nouveau vers le chemin du Tonnerre, sans pour autant le quitter du regard. Autrefois, elle aurait peut-être bondi sur le guerrier roux. Mais le temps l'avait changée. Elle se contenta d'une colère glaciale, et lorsqu'elle parla, sa voix, bien que l'on puisse y sentir la rancoeur dans ses mots, était parfaitement calme.

    -Je me demande encore aujourd'hui comment un tel monstre peut avoir une telle ressemblance avec Coeur de Miel. Ne t'avise pas de faire un pas de plus, simple conseil.

    Elle fixait le mâle du coin de son oeil bleu glace, sans pour autant se tourner vraiment vers lui. Elle se souvenait de ce jour où elle avait cru son meilleur ami, celui à qui elle tenait le plus, mort sous les griffes de cet assassin. Jamais elle n'aurait pu lui pardonner, bien qu'elle sache qu'il n'était pas réellement mort ce jour-là.
    D'ailleurs, au fond de son esprit, elle se demanda à nouveau ce qu'il était devenu. Etait-il mort à présent ? Etait-il toujours ici ? Et ses autres amis, qu'en était-il d'eux ?

    Elle ne se laissa cependant pas aller au flot de questions qui menaçaient d'envahir son esprit. Elle ne devait relacher son attention ni de la menace que représentait le frère de Coeur de Miel, ni de son ultime objectif. Il était trop tard pour renoncer. Trop tard pour effacer ce qui la séparait de son passé tant regretté. Elle le savait, et pourtant, repenser à eux, au fait qu'elle ne pourrait peut-être jamais les revoir, lui faisait l'effet de griffes se resserrant sur son coeur. Mais peut-être était-ce mieux ainsi, qu'elle s'éteigne ici, sur ces terres où elle avait vécu les plus beaux jours de sa vie, sans que personne ne sache jamais toutes les horreurs qu'elle avait vécues - et qu'elle avait commises.
Revenir en haut Aller en bas
Kuman de l'Ambre
Membre
avatar

♣ ÂGE : 23
♣ NE(E) LE : 10/12/1994
♣ PUF, PSEUDO : Mielou
♣ INSCRIT(E) LE : 22/11/2010
♣ MESSAGES : 29

♣ HUMEUR : happy ^-^

Feuille de personnage
♣ RELATIONS:
♣ TALENT INNE: Force
♣ EXPERIENCE:
500/1000  (500/1000)

MessageSujet: Re: Dans un dernier rayon de soleil, une lumière s'éteint~LIBRE   Jeu 3 Oct - 15:04

    Éphémère.

    Face aux paroles glacées de la guerrière déchue, Ambre ne s'était pas départi de son sourire. Il se contenta de rester silencieux et de la regarder. En son fort intérieur, il se demandait qui était le plus monstrueux des deux. Naître dans l'ombre l'avait forgé ainsi. Mais personne n'avait guidé les pas du soi-disant soleil que devait représenter son frère. Pourtant, ce dernier avait fini par abandonner sa famille à la pensée d'un amour interdit et à jamais condamné. Pire encore, ce lâche se réfugiait à présent dans l'oubli et perdait la mémoire pour échapper à ces démons du passé auxquels il se révélait incapable de faire face. Non, Ambre n'avait rien à envier à la vie de son pitoyable frère. Monstre assumé, fier et droit, dressé contre le monde entier, il continuait son combat quotidien contre l'ennui et la lumière.

    Non, vraiment, l'obscurité sanglante n'était pas plus sale que tous ces idiots se pavanant sous le vain soleil du mensonge.

    Et c'est avec cette pensée qu'il s'avança vers elle et se coucha nonchalamment à ses côtés. Sa queue battait de légers mouvements moqueurs tandis qu'il ne cessait pas de la fixer, les yeux rieurs. Ce n'était même pas une provocation. A peine un jeu pour tromper l'ennui. Le Prince semblait d'une humeur différente ce jour-là. Il tourna son regard d'ambre vers le soleil couchant et les pointes d'or de ses iris s'embrasèrent. Ce feu incandescent dans ses yeux toujours rieurs semblait danser sous les rayons, reflets de vie mordorés, tandis que son visage entier se teintait d'une pointe imperceptible de mélancolie. Ce mouvement d'ombres et de lumières sur son corps lui donna un relief mystérieux et distant, sphinx immobile observant la fin de ce monde. Non, vraiment, la lumière ne valait pas mieux que l'ombre. Et l'un devra mourir de la main de l'autre car aucun d'eux ne peut vivre tant que l'autre survit.
    Sans la regarder, il s'adressa de nouveau à la guerrière errante d'une voix à la fois railleuse et profonde.

    « Peut-être parce que nous sommes frères. Et que je fus choisi à la naissance pour être l'ombre. »

    Oui, un soir d'orage et d'incendie. La mort, les halètements fébriles d'une chatte à l'agonie mettant au monde deux petits êtres. Empoisonnement, complots, terreurs et folie. La vieille aînée au pelage blanc qui vole l'un des chatons au hasard et l'offre à la merci de la ville et des assassins. Un mentor appliqué, père de remplacement, tuer et survivre. L'Ombre. Son seul but : revenir sur les lieux de sa naissance et retrouver celui choisi par le destin pour être la lumière. Mais au final ce n'était qu'une question de hasard. Comme une mauvaise blague, racontée de nuit, accoudé à un bar.

    Prince d'Ambre tourna son regard perçant vers la féline.

    « Mais je ne désire rien changer. Qui voudrait d'une lumière si aveuglante qu'elle efface jusqu'à la mémoire ? »

    Sourire carnassier.
    Mélancolie.

____________________________________________

Prince d'Ambre
"Now the old king is dead! Long live the king!"
I used to rule the world
Feel the fear in my enemy's eyes
And I discovered that my castles stand
Upon pillars of salt and pillars of sand
Revenir en haut Aller en bas
http://www.war-of-clans.com/males-f9/danseur-d-ombre-t9987.htm#1
Aelyis de l'Apocalypse
modérateur •• be careful
modérateur •• be careful
avatar

♣ ÂGE : 20
♣ NE(E) LE : 05/06/1997
♣ PUF, PSEUDO : Lamyy'
♣ INSCRIT(E) LE : 30/12/2008
♣ MESSAGES : 39


Feuille de personnage
♣ RELATIONS:
♣ TALENT INNE: Rapidité
♣ EXPERIENCE:
500/1000  (500/1000)

MessageSujet: Re: Dans un dernier rayon de soleil, une lumière s'éteint~LIBRE   Dim 13 Oct - 20:02


    Les paroles de la vagabonde semblèrent sans effet. Finalement, lorsque le guerrier roux se coucha à ses côtés, elle jugea inutile de mettre sa menace sous-entendue à exécution. Après tout, elle était venue marquer un terme à sa vie; à quoi bon perdre le temps qu'il lui restait à lutter contre un ennemi qui ne faisait que jouer ? C'est pourquoi son visage, désormais n'affichant plus qu'une vague froideur et un regard lointain, se tourna vers les rayons du couchant.

    -Peut-être parce que nous sommes frères. Et que je fus choisi à la naissance pour être l'ombre.

    L'ombre. La lumière. Cette comparaison lui faisait étrangement penser à la relation complexe qu'elle avait avec son meilleur ami. L'ombre, Nuage de Saphir, son ennemie depuis bien longtemps. La lumière - ou ce qu'elle fut autrefois, elle, désormais semblable à l'astre descendant vers un sommeil qui laisserait place à l'obscurité. La vie elle même était une succession d'ombre et de lumière. Cette dualité permanente, présente jusque dans les coeurs de tous les êtres. Lame de Glace la détestait, la haïssait du plus profond de son être. Elle même, pourtant être de lumière, avait vécu dans l'ombre la plus totale bien trop longtemps; tellement qu'elle avait fini par décliner vers sa perte. Elle déclara d'une voix calme, où perçait malgré elle une certaine amertume, qui pourtant cette fois n'était pas destinée au guerrier roux.

    -L'ombre, la lumière...Qu'importe. Ce sont nos choix qui déterminent à quel monde nous appartenons. La nuit peut trouver la lune qui l'éclaire, et le jour peut s'éclipser petit à petit pour laisser place à la nuit. Est-ce bien le destin d'un astre que d'être masqué par un autre ?  

    Elle ne savait si ces paroles étaient vraiment destinées à quelqu'un, ou si elle s'adressait plus à elle-même. Si elle avait cru à la fatalité du destin, elle en voudrait au Clan des Etoiles de lui avoir promis une telle fin. Mais il n'en était rien; pour elle, la seule responsable de ces horreurs, c'était elle.
    Cependant, les paroles du guerrier l'interrompirent dans sa sombre réflexion.

    -Mais je ne désire rien changer. Qui voudrait d'une lumière si aveuglante qu'elle efface jusqu'à la mémoire ?

    La mémoire ? La guerrière tigrée tourna lentement ses yeux vairons vers son interlocuteur. Un sourire cruel se dessinait sur son visage. Le doute s'installa dans l'esprit de Lame de Glace, donnant naissance à une crainte grandissante au fond d'elle.

    -Que veux-tu dire par là ?

    Nul doute, il savait qu'elle avait un lien avec son frère, car pourquoi afficher une si cruelle expression à la simple mention de la mémoire de Coeur de Miel ?
Revenir en haut Aller en bas
Kuman de l'Ambre
Membre
avatar

♣ ÂGE : 23
♣ NE(E) LE : 10/12/1994
♣ PUF, PSEUDO : Mielou
♣ INSCRIT(E) LE : 22/11/2010
♣ MESSAGES : 29

♣ HUMEUR : happy ^-^

Feuille de personnage
♣ RELATIONS:
♣ TALENT INNE: Force
♣ EXPERIENCE:
500/1000  (500/1000)

MessageSujet: Re: Dans un dernier rayon de soleil, une lumière s'éteint~LIBRE   Mar 15 Oct - 23:28


    Dualité. Tout n'était que dualité dans sa vie. Dès la naissance, il fut l'ombre de la lumière, jumeau. Entre la folie et l'indifférence, entre les clans et la ville, il grandissait. Duel de l'ambre et du miel, du soleil et des ténèbres, de la vie et de la mort. Duel de l'amour et de la haine lors de sa rencontre avec Nuage de Saphir. Duel de l'échec et de la victoire lorsqu'il parvint à soumettre son frère à lui. Jeu éternel de ces oppositions qui ne peuvent vivre les unes sans les autres. Jeu éphémère, aussi. Car l'on finit toujours par mourir.
    Au final, cela ne lui apportait aujourd'hui que mélancolie.

    Malgré que ce ne lui fut point adressé, Prince d'Ambre répondit tout de même à la féline errante. Sa voix restait profonde et railleuse.

    « Le destin d'un astre est de mourir jusqu'au lendemain. L'ombre et la lumière sont étroitement mêlées. L'une n'existe pas sans l'autre. Nos choix n'y peuvent rien, ainsi est fait le monde. Il y aura toujours de l'ombre où s'étend la lumière, et si la nuit peut trouver la lune, et si le jour peut s'achever, ils ne peuvent renier leur nature. A moins de rejoindre le Chaos. »

    Chaos. Liberté suprême et harmonie sanglantes. Un sourire étirait toujours les crocs du mâle roux. Il se trouvait hors de toute catégorie. Depuis qu'il avait rejoint le Clan du Vent, il était comme un morceau de nuit en plein jour. Lumière obscure. Il adorait être l'exception à toutes les règles. Il adorait sa nouvelle place.
    Et pourtant, persistante mélancolie.
    Le Prince planta son regard d'ambre dans les yeux vairons de la belle guerrière déchue.

    « Je ne veux rien dire d'autre que la vérité. Cœur de Miel a perdu la mémoire. Je me suis occupé de sa rééducation. Il n'a pas voulu en savoir plus que nécessaire - c'est à dire presque rien de son passé. Depuis, j'ai intégré le Clan du Vent pour veiller sur lui. »

    Toujours ce sourire carnassier. Ombre parmi la lumière. Mensonge moqueur, elle ne serait pas dupe.
    Mais dans l'ombre de ses yeux mordorés, une minuscule pointe de lumière et de vérité. Mélancolie.

____________________________________________

Prince d'Ambre
"Now the old king is dead! Long live the king!"
I used to rule the world
Feel the fear in my enemy's eyes
And I discovered that my castles stand
Upon pillars of salt and pillars of sand
Revenir en haut Aller en bas
http://www.war-of-clans.com/males-f9/danseur-d-ombre-t9987.htm#1
Aelyis de l'Apocalypse
modérateur •• be careful
modérateur •• be careful
avatar

♣ ÂGE : 20
♣ NE(E) LE : 05/06/1997
♣ PUF, PSEUDO : Lamyy'
♣ INSCRIT(E) LE : 30/12/2008
♣ MESSAGES : 39


Feuille de personnage
♣ RELATIONS:
♣ TALENT INNE: Rapidité
♣ EXPERIENCE:
500/1000  (500/1000)

MessageSujet: Re: Dans un dernier rayon de soleil, une lumière s'éteint~LIBRE   Mer 16 Oct - 20:11

Music

"A single rose left to remember,
As a single tear falls from her eye
Another cold day in September, a year from the day she said goodbye"



    Un silence s'installa lorsque le guerrier roux eut répondu à Lame de Glace. Elle ne jugea pas utile de répondre. Elle avait une vision tellement différente du monde, et pourtant, elle ne pouvait ignorer totalement ses paroles. Il y avait quelque chose de triste et morne dans ces mots qui s'imprégnaient en elle comme une douleur faible, mais lancinante, au fond de son coeur. Et pourtant, cela signifiait-il donc qu'elle était toujours la lumière qu'elle fut jadis ? Elle en doutait. Mais nul ne pouvait nier que malgré tout ce qu'elle avait traversé, malgré l'affaiblissement de cette lumière, elle rayonnait encore. Un faible rayonnement, tel celui de l'astre qui disparait derrière l'horizon, mais présent et malgré tout inoubliable.
    Ainsi, elle avait le même destin que le Soleil qui mourrait lentement dans un bain de sang. Et ce soir, elle s'éteindrait avec lui. Triste destin que celui de l'astre pourtant si glorieux et rayonnant dans ses beaux jours. La nuit allait bientôt prendre place, envahissant le monde de son obscurité dévorante.
    Mais elle savait, au fond d'elle, elle avait la certitude qu'un nouveau soleil remplacerait celui qui s'éteindrait ce soir. Ce soleil, qu'elle avait imperceptiblement guidé jusqu'ici, était paradoxalement né au coeur de la nuit la plus obscure...

    Le silence fut troublé par le guerrier roux lorsqu'il reprit la parole. Le choc laissa un instant la guerrière déchue dans l'incapacité de parler. Perdu la mémoire...Plus de souvenirs...Il l'avait probablement oubliée...
    Elle n'était probablement pas si importante à ses yeux, dans ce cas. Ou bien l'avait-elle trahi en quittant les lieux une fois de plus, sans même lui adresser un adieu ?
    Mais quelque chose, dans les paroles de son interlocuteur, raviva la colère qu'elle éprouvait. Elle tourna un regard furieux vers lui et cracha d'un ton où perçait à nouveau de la rancoeur froide:

    -Tes mots ne sont que mensonge. Comment peux-tu prétendre veiller sur celui que tu considères comme ton ennemi, et que tu as déjà tenté de tuer ? Avoues-le, tu ne fais que profiter de la faiblesse qu'a créée en lui la perte de sa mémoire, lâche !


    De plus, son sourire carnassier en disait long sur la fausse note de ses paroles. Il semblait ne vouloir se départir de cet air moqueur et arrogant, qui agaçait particulièrement la vagabonde.
    Mais, plus encore que la rancoeur qu'elle éprouvait pour ce félin, pour ce monde dans lequel elle avait emprunté les mauvais sentiers, elle ressentait en elle une profonde abysse. Un vide, un manque, une tristesse causée par la perte confirmée de tout ce qu'elle chérissait. Car après tout, la mort n'est qu'une élévation vers le monde céleste où brillent les étoiles, lumières éternelles. Mais la mort de l'image dans tout esprit est bien plus triste qu'un corps inerte et sans vie.

    C'est ce qui différenciait, peut-être, la lente déchéance de cette lumière autrefois étincelante, de la tombée du jour qui laisse place à la nuit. Car la nuit, si sombre soit-elle, laisse toujours repenser au jour à venir, ou au précédent.
    Le néant qui prend la place de cette lumière en extinction, en revanche, l'éteint à jamais, s'il n'y a personne dans ce monde pour voir cette lumière disparaitre sous leurs yeux. Personne pour la pleurer. Personne pour l'accompagner jusqu'au terme de son dernier voyage.
    Elle ferma les yeux, le visage levé vers le ciel dans une plainte silencieuse.

    Seule. Seule, face à l'obscurité qui venait de détruire son dernier espoir de renaissance.
Revenir en haut Aller en bas
Likolo du Miel
modérateur •• be careful
modérateur •• be careful
avatar

♣ ÂGE : 23
♣ NE(E) LE : 10/12/1994
♣ PUF, PSEUDO : Mielou
♣ INSCRIT(E) LE : 20/12/2008
♣ MESSAGES : 59

♣ HUMEUR : Au gré du vent

Feuille de personnage
♣ RELATIONS:
♣ TALENT INNE: Cavalerie
♣ EXPERIENCE:
700/1000  (700/1000)

MessageSujet: Re: Dans un dernier rayon de soleil, une lumière s'éteint~LIBRE   Ven 25 Oct - 1:45


Who do you think you are ?


    Ses pas lourds et nobles. Son corps de vieux guerrier enflammé par le soleil couchant. Ses yeux d'ocres et sa tête tenue haute. La forêt semblait tendre ses branches au-dessus de lui pour lui tracer une arche, l'automne ouvrant le chemin. Cœur de Miel marchait sur les traces de son frère jumeau, il empruntait ce même sentier secret, mystérieux et silencieux, couvert par les feuilles mortes. Paysage en parfait écho avec lui. Son aura était ample et tranquille. Son esprit s'accordait en harmonie avec la nature paisible et murmurante. Il était de retour. Dans toutes les fibres de son âme, il se sentait chez lui sur ces terres. Sa foulée vibrait au rythme des pulsions lentes des hauts arbres majestueux. Il vivait.
    Le courage brûlait son cœur. Sa mémoire ? Perdue. Son histoire ? Perdue. Sa loyauté ? Éternelle. Le long de son œil droit courait une cicatrice et une balafre à son flanc se perdait dans son pelage de miel. Il aura vécu de nombreuses batailles. Il aura lutté de nombreuses lunes. Désormais, il ne régnait même plus sur ses propres souvenirs. Seigneur de rien. Pourtant, il souriait. De ce sourire sage et mélancolique que forme la calme puissance. Brisé en pièces d'un puzzle qu'il ne souhaitait pas rassembler. Brisé sans qu'il ne veuille se reconstruire. C'est dans cette brisure qu'il rayonnait. Imposant et digne.
    Il s'arrêta derrière un bosquet touffu. Il entendait son frère parler. Une autre voix le rejoignit bientôt, féminine, emplie de rancœur et de glace. Cœur de Miel comprenait.

    Surgissant de l'orée de la forêt, il entra dans la lumière.

    Il posa son regard profond sur son frère puis sur la féline au visage levé vers le ciel. Priait-elle ? Elle possédait un pelage aux couleurs sauvages, ébouriffé par le vent, belle dans la liberté de son corps. Miel la couva tristement des yeux. Sa mémoire était perdue. Il ne la connaissait pas. Avec une lente noblesse, il marcha vers elle. Se tint à ses côtés, toujours silencieux.
    Puis il se tourna vers son frère jumeau et lui lança un regard impassible et dur comme la terre ocre.
    Sa voix s'éleva, profonde, assurée, grave.

    « Je suis celui qui veille sur toi. »

    Soudain le monde semblait changer de sens. Haut et droit, Cœur de Miel fixait son frère dont les yeux d'ambre se chargeaient de rage. Bien sûr qu'il le savait. Il ne pouvait pas l'ignorer. Chaque seconde passée aux côtés de Prince d'Ambre avait appris à Miel combien son frère ne vivait que pour le mensonge et l'infamie. Chaque mouvement, chaque respiration, chaque regard brillant se destinait au chaos. Son frère riait du malheur. Son frère aimait semer le désordre. Cependant, ombre calme et noble, Cœur de Miel apprenait à se taire et à observer. Le vieux guerrier roux voyait mieux que n'importe qui la lueur de mélancolie dans les yeux fous du Prince.
    Miel veillait sans un mot sur son frère depuis tout ce temps. Loin d'être naïf. Loin d'être aveugle. Entreprise vaine que de vouloir ouvrir les yeux de son frère enfoncé dans les ténèbres. Mais Prince d'Ambre se perdait lui-même dans les méandres de son âme noire. Une minuscule lumière perçait doucement : Ambre aimait la vie de Clan. Ambre avait besoin de lui, pour avoir l'impression de tout contrôler, pour avoir une lumière à envahir d'ombres.

    Cela faisait si longtemps maintenant que Miel n'était plus cela.
    L'ombre l'avait gagnée. Elle avait brisée son passé en mille éclats de verre. Elle avait fait de lui un vieux guerrier calme et noble.

    D'une puissance à la hauteur de son défunt père.

    « Le soleil s'étend sur le clan du vent et des ombres chaleureuses le couvent. Il n'est que protection sur ces terres. Aucun mal ne sera fait tant que je serai là. »

    Ainsi ses traits sombres accentuaient le soleil ocre de son regard. Il se détourna de son frère, l'oubliant. Il se tenait toujours aux côtés de la fière vagabonde.

    « Asile te sera offert, lui murmura-t-il. Je t'en prie. N'abandonne pas les tiens. »

____________________________________________


Likolo du Miel.
Once upon a death... and he forgot forever.


Uriel, aigle de chasse.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.war-of-clans.com/t5772-coeur-de-miel
Aelyis de l'Apocalypse
modérateur •• be careful
modérateur •• be careful
avatar

♣ ÂGE : 20
♣ NE(E) LE : 05/06/1997
♣ PUF, PSEUDO : Lamyy'
♣ INSCRIT(E) LE : 30/12/2008
♣ MESSAGES : 39


Feuille de personnage
♣ RELATIONS:
♣ TALENT INNE: Rapidité
♣ EXPERIENCE:
500/1000  (500/1000)

MessageSujet: Re: Dans un dernier rayon de soleil, une lumière s'éteint~LIBRE   Ven 25 Oct - 14:08

Music
"Seems it's only been a moment
Since the angels took him from her arms,
And she was left there holding on to their tomorrow"


    Un calme étrange s'était installée en elle. La vagabonde resta un moment ainsi, la tête levée vers le ciel. Elle se sentait déjà morte, intérieurement. L'ombre de la ville, de son passé, ne l'avait déjà que trop rongée. Trop de souffrances, de tristesse et de regrets.

    Pourtant, elle finit par ressentir une présence, bien plus chaleureuse cette fois que celle de Prince d'Ambre. Qui cela pouvait-il être ? Etait-elle en présence d'un guerrier du Clan des Etoiles venu la chercher ? Non, elle n'était pas encore morte, elle le savait. Alors qui ?
    L'appréhension la gagna alors qu'elle ouvrait lentement les yeux. Elle se résolut à tourner la tête vers la voix qui s'adressait au guerrier roux.
    Le choc fut immédiat. Aucun doute cette fois-ci, le guerrier roux qui se tenait à ses côtés n'était autre que Coeur de Miel. Ce n'était autre que son meilleur ami, celui à qui elle tenait plus qu'à quiconque. En d'autres circonstances, elle aurait été ravie de le revoir. Elle se serait précipitée vers lui, aurait fêté leurs retrouvailles comme en ces vieux jours depuis longtemps passés.
    Mais là, tout était différent. Elle se souvenait de lui. Elle tenait toujours autant à lui. Mais lui, il l'avait oubliée. Il ne se souvenait ni de son nom, ni de leur amitié profonde qui les liait. Elle n'était qu'une étrangère, une inconnue. La douleur que cette pensait lui infligeait était bien pire que l'idée d'abandonner la vie. Savoir que le seul souvenir qu'il aurait désormais d'elle serait la fin de sa vie, son déclin, lui fut soudain insupportable. Elle ne put s'empêcher de détourner vivement le regard. Un bref instant, elle ferma les yeux, espérant que tout cela ne soit pas réel. Elle ne voulait pas qu'il la voit ainsi, dans sa lente déchéance, qu'il la voit s'éteindre dans sa faiblesse apparente.

    -Asile te sera offert. Je t'en prie, n'abandonne pas les tiens.

    Amertume. Elle rouvrit les yeux. Elle avait pour intention de masquer sa douleur, mais ce fut un échec. Une larme, qu'elle ne parvint à retenir, roula le long de sa joue. Regard lointain. D'une voix amère, où perçait une profonde tristesse, elle déclara:

    -Les miens m'ont oubliée. A commencer par toi, Coeur de Miel. Tu en es la preuve vivante.

    Comment pouvait-il la regarder comme une inconnue, après tout ce qu'ils avaient vécu ensemble ? Comment pouvait-il lui dire qu'elle avait encore une place ici, alors que sa simple présence à ses côtés avait achevé de détruire l'espoir déjà si faible qui restait en elle ?
    Elle se tourna vers lui, les yeux vides.

    -Tu ne peux pas comprendre. Tu as oublié tout ce qu'on a vécu. Tu as oublié les horreurs qu'on a pu partager. La peine que ta mort prétendue m'avait causée. Tu n'as pas connu la haine et la peur dans laquelle j'ai vécu depuis mon départ. Et tu m'as oubliée. Je n'ai plus ma place ici, car tu ne dois pas être le seul.

    Son regard absent se tourna à nouveau vers l'horizon. Le soleil continuait son déclin, lentement, laissant place à une obscurité progressive. Le grondement du chemin du Tonnerre restait continu, une menace sourde et ininterrompue malgré le calme ambiant. Quelques feuilles mortes volèrent au gré du vent lorsque celui-ci s'amplifia un court instant. Un oiseau chanta brièvement, puis sembla interrompu par un bruit quelconque. Son chant cessa. Le silence devint pesant, hormi le ronflement des monstres non loin.

    La fin approchait.
Revenir en haut Aller en bas
Kuman de l'Ambre
Membre
avatar

♣ ÂGE : 23
♣ NE(E) LE : 10/12/1994
♣ PUF, PSEUDO : Mielou
♣ INSCRIT(E) LE : 22/11/2010
♣ MESSAGES : 29

♣ HUMEUR : happy ^-^

Feuille de personnage
♣ RELATIONS:
♣ TALENT INNE: Force
♣ EXPERIENCE:
500/1000  (500/1000)

MessageSujet: Re: Dans un dernier rayon de soleil, une lumière s'éteint~LIBRE   Mer 30 Oct - 21:21




« Are you insane ?
- Probably. »


    Rage.
    Intense. Folle. Prodigieuse.

    Ô comme il aimait cette lave bouillonnante dans son ventre. Ô comme il adorait l'hystérie dans son âme. Ses yeux brillaient de joie pure et sadique. Son sourire s'étirait comme celui d'un enfant malsain. Enfin ! Enfin ! Son frère, de retour ! Son frère, plus puissant que jamais, digne adversaire de lumière ! A peine rejeté, Prince d'Ambre avait laissé gronder la colère dans ses crocs en fixant son jumeau d'un regard de haine. Il était heureux de pouvoir enfin laisser couler son vrai visage : rire et cruauté.

    « Bien joué, frère, susurra-t-il. Tu m'as surpris et ému. »


    Il se redressa et tourna autour de Cœur de Miel, émerveillé devant ce jouet ranimé. S'approchant, s'éloignant, l'observant sous toutes les coutures, le reniflant, réévaluant le moindre carré de pelage. Il effleura son frère jumeau du bout du museau. Douce caresse, rire fou, bonheur mauvais. Que pouvait-il y avoir de plus drôle ? Son frère, fantôme déchu, tout à coup Soleil rayonnait de puissance. Son frère à la mémoire perdue qui ignorait qu'une de ses proches allait mourir sous ses yeux. Son frère qui croyait renaître, son frère mensonge du phénix ! Il ne renaissait pas ! Il s'enfonçait dans les plus basses altitudes, et c'était hilarant ! Hilarant !

    « Oui, répondit-il à la vagabonde. Oui ! Qui est le plus lâche des deux ? Qui a tout oublié ? Qui enferme ses souvenirs, par peur qu'ils le dévorent sans pitié ? Tes démons te hantent, mon frère ! Tes ombres sont derrière toi, sournoises et souriantes, sifflantes sous ton manteau de fausse lumière ! Ton passé te rattrapera ! Il court déjà après toi, tu détournes le regard, ça ne suffira pas à apaiser les ténèbres ! Admets-le. Tu as peur. Tu es terrorisé. Des images veulent te tuer. Des souvenirs désirent ta chair, Cœur de Miel, ta souffrance ! Je suis ta vérité. Tu es mon mensonge et je suis ta vérité. Fais face ! Affronte moi ! »

    Une tension grimpait sur la clairière. Le vent s'arrêtait peu à peu de souffler. Le soleil rougeoyait. Tout semblait ensanglanté. Menace sourde, ronronnement du chemin du tonnerre.

    Inspiration. Expiration.

    Prince d'Ambre s'approcha des yeux vairons de la vagabonde et y plongea son regard. Deux billes d'ambre. Peinture d'or et d'orangé, coups de pinceaux lancés au hasard. Intensité et folie. Il lui offrait pourtant une minuscule pointe de mélancolie, toujours incompréhensible.

    « Abandonne. »

____________________________________________

Prince d'Ambre
"Now the old king is dead! Long live the king!"
I used to rule the world
Feel the fear in my enemy's eyes
And I discovered that my castles stand
Upon pillars of salt and pillars of sand
Revenir en haut Aller en bas
http://www.war-of-clans.com/males-f9/danseur-d-ombre-t9987.htm#1
Aelyis de l'Apocalypse
modérateur •• be careful
modérateur •• be careful
avatar

♣ ÂGE : 20
♣ NE(E) LE : 05/06/1997
♣ PUF, PSEUDO : Lamyy'
♣ INSCRIT(E) LE : 30/12/2008
♣ MESSAGES : 39


Feuille de personnage
♣ RELATIONS:
♣ TALENT INNE: Rapidité
♣ EXPERIENCE:
500/1000  (500/1000)

MessageSujet: Re: Dans un dernier rayon de soleil, une lumière s'éteint~LIBRE   Jeu 31 Oct - 14:13

Music

Changes are about to begin, and now my blood is boiling
I can see the fear in your eyes, but you can't bring yourself to scream
Time to shed the mortal disguise


    Vertiges. Incapacité de mettre de la clarté dans son esprit. La rage, la haine, la peur qui menaçaient de l'envahir. La lumière qui sombre lentement à l'horizon. Son regard qui se fait lointain.

    -Abandonne.

    Ce mot, ce simple mot. Il résonne dans son esprit, doucement, puis de plus en plus insistant, jusqu'à ce qu'il emplisse ses entières pensées.

    *Abandonner ?*

    Eclair de lucidité.

    *Non, tu es venue là dans un but, termine ta tâche !*

    Regard dur et déterminé. Respiration profonde et calme. Les vertiges s'arrêtent. Détermination.

    -Abandonner ? C'est mal me connaître. Je suis venue ici accomplir la tâche à laquelle j'ai lamentablement échoué auparavant.

    Cet échec qui avait changé sa vie à jamais. Non, elle ne l'oublierait pas. C'était d'ailleurs ce jour-là qu'elle avait fait la rencontre de Coeur de Miel. Une rencontre dont désormais elle seule se souvenait. Quelle triste ironie, que celui qui l'avait condamnée à vivre plus longtemps ne se souvienne de son nom ni de son visage, et encore moins de ce qu'ils avaient vécu ensemble. Sourire amère et ironique.

    -Coeur de Miel. Tu ne te souviens pas, mais il fut un temps, tu m'as sauvée. Pendant une temps, je t'ai été reconnaissante. Puis, lorsque je suis partie, j'ai pensé que tu m'avais condamnée. Mais j'ai désormais compris.


    Regard déterminé. Dernière lueur de vie au fond de ses pupilles animées du feu de la haine, où perçait malgré tout une certaine tristesse.

    -Tu m'as donné une chance de parvenir à surmonter mon premier échec.

    Regard à nouveau tourné vers l'horizon. Grande inspiration.

    -Je parcourrais les terres de l'Ombre. Je les traquerais, si il reste certains d'entre eux. Et si c'est le cas...

    Rage. Elle crache ces derniers mots:

    -...J'emporterais leur cadavre en enfer avec moi !


    Elle bondit en avant. Chacun de ses pas, rapide comme l'éclair, la rapprochait du territoire du Clan de l'Ombre. Ses ennemis. Sa hantise depuis tant de lunes. Elle avait beau tenter, elle ne pouvait calmer la haine qu'elle éprouvait envers eux.
    Grondement menaçant du chemin du Tonnerre. Elle ne l'entend pas, trop concentrée sur son but fou.
Revenir en haut Aller en bas
Shaé des Abysses
administrateur •• nim's
administrateur •• nim's
avatar

♣ ÂGE : 20
♣ NE(E) LE : 23/09/1997
♣ PUF, PSEUDO : Nim's
♣ INSCRIT(E) LE : 27/11/2008
♣ MESSAGES : 186

♣ HUMEUR : Bonne =)

Feuille de personnage
♣ RELATIONS:
♣ TALENT INNE: Camouflage
♣ EXPERIENCE:
600/1000  (600/1000)

MessageSujet: Re: Dans un dernier rayon de soleil, une lumière s'éteint~LIBRE   Jeu 31 Oct - 16:37



     « On a toujours le choix. On est la même somme de ses choix. »

    Aussi silencieuse qu'un rêve, Abysse de l'Oubli se mouvait avec aisance entre les feuilles mortes. L'air s'était rafraîchi, l'hiver allait bientôt arriver et avec la mauvaise saison, les maladies et les pénuries de nourriture allaient revenir. Tout avait changé si vite... Premier assassin à devenir Capitaine, la rouquine s'était rapidement adaptée à ses nouvelles responsabilités, creusant un peu plus le fossé entre elle et ceux avec qui elle avait réussi à tisser des liens. Depuis l'assemblée annonçant sa nomination, elle n'avait pas eu l'occasion de parler avec Cœur de Lierre, son ancien apprenti plein d'ambition. Elle n'était pas certaine d’apprécier son nouveau rang. Avide de liberté, Abysse de l'Oubli avait toujours préféré rester dans l'Ombre, devenir Capitaine allait à l'encontre de ses envies. Mais elle ne rechignait pas devant les tâches qu'on lui confiait, elle devait bien ça au Clan, à son Clan. Elle ne se considérait plus comme un ex-membre du Vent. Arrivée bien jeune dans l'ancien Clan de sa mère, elle s'y sentait chez elle : elle avait trouvé sa voie. Seule, comme à son habitude, seule parce qu'elle n'avait personne, la rouquine avançait, ignorant les couleurs magnifiques que cette période de l'année offrait. Elle avait tout perdu, et si elle songeait souvent à sa famille, les souvenirs du temps où ils étaient tous là avaient commencés à rejoindre les limbes de sa mémoire : ils n'étaient plus l'essentiel, ils n'étaient plus ce dont elle avait besoin. Il ne lui restait plus que des bribes de conversations, des visages approximatifs. Abysse de l'Oubli se considérait sans famille. Bien sûr, elle avait revu Cœur de Miel peu de temps auparavant, apprenant ainsi sa perte de mémoire et l'existence de Prince d'Ambre dans le Clan du Vent. La rancœur et la haine que lui inspirait ce personnage étaient encore bien présentes, elle essayait simplement de ne pas se laisser dévorer par tous ces sentiments.

    Abysse de l'Oubli avançait en direction des lieux du futur drame. Elle arriva au bout d'un certains temps, reconnaissant l'odeur d'un Clan ennemi, la femelle rousse s'arrêta et demeura camouflée. Elle ne mit pas longtemps à identifier deux odeurs qui ne lui étaient que trop connues : Prince d'Ambre et Cœur de Miel. La troisième effluve était plus mystérieuse. Elle savait qu'elle l'avait déjà sentie, mais où et quand ? Cela semblait si lointain. -Je parcourrais les terres de l'Ombre. Je les traquerais, si il reste certains d'entre eux. Et si c'est le cas... Le Capitaine de l'Ombre demeura impassible face à ces menaces sous-entendues. La voix lui disait quelque chose, éveillait un souvenir qu'elle avait enfouit en elle-même. Avant qu'elle n'eut le temps de s'en rappeler, l'inconnue termina son discours. -...J'emporterais leur cadavre en enfer avec moi ! Un sourire froid s'étira sur les lèvres d'Abysse : aucune chance que cela n'arrive. Elle se dévoila alors et reconnue enfin celle qui parlait : Lame de Glace, une ancienne amie de son père. Sans un bruit, Abysse de l'Oubli vint s'asseoir au bord du Chemin du Tonnerre sur lequel s'engageait l'ex-guerrière du Vent. Si elle comptait mourir alors, pourquoi l'en empêcher ? Elle ne représentait rien pour elle. Seulement, elle ne pouvait pas la laisser insulter l'Ombre, son Clan.

     « Penses-tu vraiment pouvoir faire ça, Lame de Glace ? Il faudrait déjà me tuer. » Lança-t-elle finalement d'une voix froide et dépourvue de sentiments.

    Son regard se ficha alors dans celui de Prince d'Ambre sans que son aptitude change. Un jour elle l’achèverai, mais pas aujourd'hui. Elle entendait parfaitement le bruit du monstre se rapprochant, promettant la fin douloureuse de la femelle du Vent. Mais aucune importance, elle ne comptait pas la prévenir : la vie ou la mort de Lame de Glace lui importait peu. Ignorant la silhouette qui se rapprochait d'elle, le regard d'Abysse de l'Oubli était toujours plongé dans celui de Prince d'Ambre. Ces dernières lunes l'avaient changées, même si elle demeurait Ombre brisée par la vie, elle demeurait elle-même tout en ignorant cette fêlure en elle que la solitude aggravait de jours en jours. Se pouvait-il qu'elle devienne comme lui, ce meurtrier sans honneur ?
    Le monstre qui s'approchait de Lame de Glace sans qu'elle ne daigne bouger lui souffla un début de réponse...
    Peut-être.

____________________________________________

Shaé des Abysses.

Revenir en haut Aller en bas
Likolo du Miel
modérateur •• be careful
modérateur •• be careful
avatar

♣ ÂGE : 23
♣ NE(E) LE : 10/12/1994
♣ PUF, PSEUDO : Mielou
♣ INSCRIT(E) LE : 20/12/2008
♣ MESSAGES : 59

♣ HUMEUR : Au gré du vent

Feuille de personnage
♣ RELATIONS:
♣ TALENT INNE: Cavalerie
♣ EXPERIENCE:
700/1000  (700/1000)

MessageSujet: Re: Dans un dernier rayon de soleil, une lumière s'éteint~LIBRE   Jeu 31 Oct - 21:07



Into the nothing, faded and weary
I won't leave and let you fall behind
Live for the dying, heaven, hear me
I know we can make it out alive


    Tu ne peux pas comprendre. Tu as oublié tout ce qu'on a vécu.

    Il écoutait la vagabonde avec calme, son cœur se serrant dans sa poitrine. Elle ne disait que la vérité. Il aurait beau essayer, il ne se souviendrait pas d'elle, des moments qu'ils avaient pu partager. Elle appartenait à son passé et il ignorait si quiconque du Clan se remémorait cette guerrière. Cœur de Miel ne pouvait pas la rassurer. Il ne pouvait que la regarder du fond de ses yeux d'ocres, tête haute, empli de compassion et de tristesse. Elle parlait d'horreurs, de haine, de peine, de mort. Il aurait voulu lui dire que malgré tout, elle avait quand même sa place ici. Il aurait voulu dire que le passé importait peu. Que le présent restait à construire. Que le Clan rayonnerait et qu'elle pourrait se réchauffer à ce feu chaleureux. Les mots restèrent coincés dans sa gorge. Cela n'aurait servi à rien. La vagabonde au regard absent ne le regardait déjà plus.

    Il sentit alors la présence de son frère, Prince d'Ambre, tourner autour de lui. Ils étaient jumeaux. Cœur de Miel pouvait sentir sa rage et sa jubilation. Il pouvait décrire ses mouvements, son attitude, son souffle court. Les murmures sordides de Prince d'Ambre ne le touchaient pas cependant. Il fut obligé d'y prêter plus d'attention lorsqu'ils devinrent cris de joie sadique. Miel planta ses griffes dans le sol meuble. Les paroles d'Ambre se frayaient un chemin jusqu'à la colère en son cœur. Ses provocations stupides lui donnaient envie de faire taire le fou par un coup de crocs. Ce qu'il disait se basait peut-être sur un fond de vérité. Mais Miel n'était rien du reste. Il se battait pour son Clan, il était loyal, et il savait aimer. Qu'en pouvait dire Prince d'Ambre ? Ce dernier ne savait même pas se débattre avec ses propres sentiments. Pourquoi serait-il ici, sinon ? Miel lisait en son frère comme dans de l'eau cristalline.

    Le problème, c'est qu'il devait admettre qu'Ambre savait aussi lire en lui.

    La tension monta d'un cran dans la clairière. Miel ne bougea pas lorsque son frère s'approcha de la vagabonde pour lui murmurer des mots de découragement à l'oreille. Le guerrier roux tentait déjà de maîtriser sa colère. Étrange, cette rage à la vue de son frère susurrant son venin. Avec calme, Miel s'avança vers eux et se plaça aux côtés de Prince d'Ambre. S'il esquissait le moindre geste hostile, Miel n'hésiterait pas à calmer ses ambitions.
    Ils étaient frères. Miel se devait de porter le fardeau de ce meurtrier.
    Il protègerait les siens.
    Miel assista au changement dans le regard de la vagabonde. Cette détermination brûlante et haineuse lui semblait familière. Posément, il écouta ses paroles. L'entendre dire qu'elle n'abandonnait pas le rassura. Pendant un temps seulement. Il sut qu'elle dérivait lorsqu'elle parla du Clan de l'Ombre. L'évocation de ce Clan lui fit soudain mal. A son esprit revint le visage blanc crème aux yeux glacés. Était-il lié à ce Clan ? Miel ne voulait pas le savoir. Il se fichait de ce passé perdu, de ces souvenirs mortifères et douloureux.
    Il devait oublier.
    Il devait oublier et protéger son clan.
    Être ainsi le Soleil qu'il devenait sous la force de la brisure.
    Lorsque la vagabonde cracha ses derniers mots, il se tenait prêt. Elle bondit en avant et il bondit après elle. Il ne savait pas ce qu'il allait faire. Il voulait simplement l'arrêter. Il voulait lui hurler que tout était à refaire. Il voulait qu'elle vive. Qu'elle prouve qu'on peut surmonter son passé et aller de l'avant. Qu'elle oublie sa haine et reprenne sa place au sein du Clan du Vent.
    Il voulait qu'elle retrouve sa liberté.
    Qu'elle se libère des chaînes.
    Il se contenta de courir après elle, accélérant tandis qu'elle accélérait, obstiné par l'idée de la rattraper. Il refusait qu'elle aille mourir sur les terres d'un clan ennemi et hostile. Même s'il l'avait oublié. Même si son monde, sa mémoire, ses certitudes s'étaient écroulées. Il restait encore tellement de choses à bâtir.
    Dans sa course folle, il leva les yeux. Abysse de l'Oubli les regardait. Indifférente.
    Un bref instant, Cœur de Miel tourna la tête.
    Un monstre fonçait droit sur la vagabonde.

    Tout être vivant possède ce qu'on appelle l'instinct de survie. Rationalité de l'inconscience, pulsion de la vie, il appelle à freiner le danger et éviter la mort.
    Cœur de Miel accéléra.

    Toute la force de ses pattes et de ses poumons furent poussées à leurs extrêmes.

    Ce pouvait être la dernière course.

____________________________________________


Likolo du Miel.
Once upon a death... and he forgot forever.


Uriel, aigle de chasse.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.war-of-clans.com/t5772-coeur-de-miel
Shazan de l'Ange
Membre
avatar

♣ PUF, PSEUDO : Lamyy'
♣ INSCRIT(E) LE : 30/05/2010
♣ MESSAGES : 11


Feuille de personnage
♣ RELATIONS:
♣ TALENT INNE: Tactique
♣ EXPERIENCE:
500/1000  (500/1000)

MessageSujet: Re: Dans un dernier rayon de soleil, une lumière s'éteint~LIBRE   Ven 1 Nov - 1:08

Music
Tout être a une fin. Mais cette fin n'est nullement son choix, mais son destin.


    Course effrénée. Une silhouette apparut devant elle. Elle ralentit juste à temps pour éviter de heurter la guerrière qui se tenait face à elle, de l'autre côté du Chemin du Tonnerre. Celle-ci ne la regardait même pas, et pourtant elle s'adressa à elle:

    -Penses-tu vraiment pouvoir faire ça, Lame de Glace ? Il faudrait déjà me tuer.

    La tuer ? La guerrière vagabonde ne connaissait que vaguement ce visage. Non, elle n'était pas une meurtrière sans but. Elle ne tuerait pas d'innocentes vies, bien que cette guerrière soit du Clan de l'Ombre, elle n'avait pas de lien direct avec ceux qui avaient attisé sa haine.
    Grondement menaçant. Elle en prit enfin conscience. Coeur de Miel s'était lancé à sa poursuite sans qu'elle ne s'en rende compte. Elle écarquilla les yeux, horrifiée de cette vision, et fit un bond en arrière alors que le monstre passait en hurlant.

    Trop tard.

    Le choc ne fut pas très violent. Cependant, il l'envoya rouler non loin du Chemin du Tonnerre. Les yeux clos, elle resta immobile, inerte. Le silence se fit car le flot incessant de monstres cessa. Le soleil acheva son déclin et disparut dans une dernière lueur rouge sang. L'obscurité envahit les lieux. Le drame. La fin.
    Aucune étoile ne vint éclairer le ciel ce soir là.

    Elle rouvrit les yeux. Un mince filet de sang coulait de sa bouche, et sa patte avant droite était blessée. Lentement, elle se releva. Elle avait évité le danger mortel que représentait le monstre, inconsciemment. La guerrière déchue leva les yeux vers les cieux. Elle comprenait. Le calme l'avait à nouveau envahi alors qu'elle prenait conscience de son acte irréfléchi.

    *Alors, c'est ainsi. Ma tâche n'est pas accomplie. Je n'ai pas droit au repos éternel. Soit. J'accomplirais votre volonté.*

    Elle baissa la tête et son regard se posa sur Abysse de l'Oubli. La guerrière l'aurait laissée mourir sous ses yeux, sans remord apparent. Lame de Glace ressentit une certaine amertume à cette idée. Puis elle déclara calmement, mais froidement:

    -Je n'ai nullement l'intention de te tuer. Nous en resterons là aujourd'hui. Mais ce n'est pas fini. Je reviendrais.

    Elle cligna un bref instant des yeux, puis se tourna vers celui qui fut autrefois son meilleur ami. Une lueur de tristesse brilla à nouveau au fond de ses yeux vairons. Elle inclina légèrement la tête.

    -Ce n'est qu'un au-revoir, mon ami. Nous nous reverrons, un jour.


    Elle en était persuadée. Au fond d'elle, elle savait que sa vie serait désormais étroitement liée à celle des Clans et leurs guerriers. Au Clan du Vent. Au Clan de l'Ombre.
    Le soleil s'était éteint. Mais la lumière qui rayonnait en elle s'était ravivée. La lueur dans l'obscurité.
    Elle se tourna enfin vers Prince d'Ambre.

    -La lumière et l'ombre sont peut-être liées. Mais l'ombre n'existe pas sans la lumière, souviens-t'en.

    C'est ainsi, boitillante et la bouche toujours couverte de sang, qu'elle fit demi-tour et s'éloigna du petit groupe. D'abord lentement. Puis elle se mit à courir. Elle sentait l'air dans son pelage. Sensation de liberté. Elle ressentait une douleur aiguë à sa patte blessée, mais elle l'ignora. Elle n'avait plus rien à faire ici. Elle avait échoué. Elle suivrait donc le chemin que ses ancêtres lui avaient tracé.

    Puis, tout comme elle était apparue en ce jour d'automne, elle disparu.


[désolée! Ce n'était pas prévu, mais vos derniers posts m'ont trop donné envie de la jouer en humaine :S ]

____________________________________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kuman de l'Ambre
Membre
avatar

♣ ÂGE : 23
♣ NE(E) LE : 10/12/1994
♣ PUF, PSEUDO : Mielou
♣ INSCRIT(E) LE : 22/11/2010
♣ MESSAGES : 29

♣ HUMEUR : happy ^-^

Feuille de personnage
♣ RELATIONS:
♣ TALENT INNE: Force
♣ EXPERIENCE:
500/1000  (500/1000)

MessageSujet: Re: Dans un dernier rayon de soleil, une lumière s'éteint~LIBRE   Ven 1 Nov - 19:43

[Trop cool ! ]



You're living a lie my friend.

    Prince d'Ambre regarda la vagabonde ainsi que son frère se jeter sur la route avec un sourire hilare. Quelle ironie morbide. Ils allaient à l'assaut de l'Ombre, son ancien Clan, l'ancien Clan de Saphira. Ils partaient en purge d'un ennemi du passé tandis que les ténèbres s'étendaient sur leur propre Clan. Imbéciles ! Partez donc vers votre propre mort ! Ambre regardait sa nièce, sur l'autre bord. Elle les attendait. Incarnation pour eux de la mort certaine. Une véritable assassin. Prince d'Ambre lui lança un sourire. Elle ne regardait que lui. Parfait ! Nourrit ta haine, ta rancœur, nièce. Laisse t'envahir l'indifférence glacée, vide et solitaire, loyauté sombre. Tu iras loin.

    Prince d'Ambre remarqua alors le grondement menaçant.

    Ses griffes se plantèrent dans la terre et son regard d'ambre se durcit.Tout son corps lui hurla de bouger. Il sentait néanmoins le regard de sa nièce posé sur lui. Et il n'esquissa pas un seul geste. Immobile, il fixait le monstre fonçant sur son frère et sur la vagabonde. Visage implacable, il ne montrait aucune émotion. Justement. Il avait perdu son sourire narquois. Ne restait qu'un masque de froideur, terrible, aussi dur qu'un cadavre.

    Impact.

    Ce fut faible. La vagabonde vola à quelques mètres. Cœur de Miel fut heurté et déséquilibré par le corps projeté de la femelle. Filant à tout allure, indifférent, le monstre continua sa course jusqu'à disparaître à l'horizon. Tandis que la vagabonde et son frère se relevaient, Prince d'Ambre desserra les crocs. Ses muscles se détendirent. Ses griffes se rétractèrent. Il écouta sans bouger la vagabonde faire ses menaces et ses adieux. Lorsqu'elle se tourna vers lui, il n'avait pas quitté son masque de froideur.

    Ainsi, l'ombre n'existe pas sans la lumière ?
    Exactement.
    La lumière fait naître l'ombre. C'est en rayonnant que le "bien" trompe l’œil, mais il ne berne personne. Dans la lumière vivent toujours des ombres.

    Qui est donc le plus lâche et cruel des deux ?

    Est-ce celui qui ne peut vivre sans l'autre ?

    Ou cette lumière qui donne vie aux ombres, les effacent, les laissent derrière, là où elles ne peuvent être vues ?

    Ambre lança un sourire au ciel tandis que la vagabonde disparaissait à l'horizon.
    Sa vie n'était que Chaos.
    Pourquoi ?
    Car il changeait les lois de la lumière et de l'ombre.

    Il sera l'ombre qui donnera une raison d'être à la lumière.

    La vérité.

    Sans un mot, toujours souriant, il retourna à son chemin d'automne mystérieux, au cœur de la forêt.

____________________________________________

Prince d'Ambre
"Now the old king is dead! Long live the king!"
I used to rule the world
Feel the fear in my enemy's eyes
And I discovered that my castles stand
Upon pillars of salt and pillars of sand
Revenir en haut Aller en bas
http://www.war-of-clans.com/males-f9/danseur-d-ombre-t9987.htm#1
Likolo du Miel
modérateur •• be careful
modérateur •• be careful
avatar

♣ ÂGE : 23
♣ NE(E) LE : 10/12/1994
♣ PUF, PSEUDO : Mielou
♣ INSCRIT(E) LE : 20/12/2008
♣ MESSAGES : 59

♣ HUMEUR : Au gré du vent

Feuille de personnage
♣ RELATIONS:
♣ TALENT INNE: Cavalerie
♣ EXPERIENCE:
700/1000  (700/1000)

MessageSujet: Re: Dans un dernier rayon de soleil, une lumière s'éteint~LIBRE   Sam 2 Nov - 11:42



You'll come back
When it's over
No need to say goodbye


    Cœur de Miel se releva lentement, un mince filet de sang coulant de sa gueule. Il n'avait presque rien. La guerrière l'avait heurté et projeté en arrière, le sauvant ainsi du monstre tandis qu'il amortissait quelque peu sa chute. Elle se redressait non loin de lui. Sa patte semblait blessée et elle saignait. Mais elle était en vie. Cœur de Miel ne la quitta pas des yeux tandis qu'elle proférait des menaces envers l'assassin de l'Ombre puis lui disait au-revoir. Miel pouvait saisir la lueur de tristesse au fond de son regard vairon. Il ne pouvait toutefois pas la comprendre. L'obscurité était tombée, le soleil éteint dans une dernière lueur rubis. Le lieutenant roux perdit un instant son regard dans le ciel devenu noir et sans étoiles. Ils venaient d'échapper de peu à une mort certaine. Et étrangement, il ne se sentait pas soulagé. Un poids sombre pesait sur son esprit, épée de Damoclès prête à lui trancher la gorge. Ce passé dont il ne voulait rien savoir risquait donc de lui tomber dessus à chaque instant. C'était comme marcher dans un espace obscur, vide, sans voir où l'on pose les pattes, tout en continuant d'avancer. L'avenir du clan devait être lumineux. Il ne pouvait se permettre de buter sur chaque obstacle et de risquer la mort pour ces personnes dont il ignorait tout. S'il en croisait d'autres comme cette vagabonde ? Il ne pouvait pas accueillir tous ses vieux liens dans le Clan du Vent.

    Lorsqu'il baissa le regard à nouveau, elle entamait une course folle vers l'horizon. Libre. Sauvage. Indomptable. Un sourire de miel s'esquissa sur le visage du guerrier roux. Cela en valait la peine. Vivre en valait la peine, et quoi qu'on dise, voir cette vagabonde disparaître à l'horizon lui réchauffa le cœur mieux que le soleil. Elle reviendrait sûrement. D'ici là, il serait devenu un lieutenant noble, présent pour son Clan. Peu importait le passé. Le présent et le futur restaient à bâtir. Et les liens qu'il avait semé aux quatre vents, s'il les recroisaient, tant mieux. Sinon, tant pis. Il ne chercherait pas à connaître les cicatrices qui pouvaient le hanter. Il vivrait simplement, comme cette vagabonde libre.
    Alors que Prince d'Ambre se détournait et disparaissait lui aussi, Cœur de Miel resta immobile à l'orée de la forêt. Il fixait l'autre bord du chemin du tonnerre. La nuit plongeait cette route dans l'ombre et il ne pouvait discerner que deux yeux bleus et les contours d'un pelage roux. Abysse de l'Oubli. Ainsi n'avait-elle pas esquissé le moindre geste. Inhumaine ? Non, pas vraiment. C'était autre chose. Sans se l'expliquer, Cœur de Miel pouvait sentir en elle quelque chose de brisé. Fantôme pris dans les glaces mais pas encore mort.

    « Tu te tues déjà toi-même, murmura-t-il au vent, sans savoir si elle l'entendait. Tu oublies d'apprendre à vivre. »

    La brise fraîche caressa son pelage pour toute réponse et il se détourna. S'enfonçant dans l'obscurité, il souriait paisiblement. La nuit ne fait peur qu'à ceux qui attendent le jour pour voir.

    La lumière se trouvait dans son cœur.

____________________________________________


Likolo du Miel.
Once upon a death... and he forgot forever.


Uriel, aigle de chasse.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.war-of-clans.com/t5772-coeur-de-miel
Shaé des Abysses
administrateur •• nim's
administrateur •• nim's
avatar

♣ ÂGE : 20
♣ NE(E) LE : 23/09/1997
♣ PUF, PSEUDO : Nim's
♣ INSCRIT(E) LE : 27/11/2008
♣ MESSAGES : 186

♣ HUMEUR : Bonne =)

Feuille de personnage
♣ RELATIONS:
♣ TALENT INNE: Camouflage
♣ EXPERIENCE:
600/1000  (600/1000)

MessageSujet: Re: Dans un dernier rayon de soleil, une lumière s'éteint~LIBRE   Sam 2 Nov - 20:48



     « We live alone, we die alone. Everything else is just an illusion. »

    Son regard bleu restait accroché à celui de Prince d'Ambre, comme si elle refusait de laisser courir ses yeux ailleurs. Sereine, elle attendait que la mort en personne vienne percuter la vagabonde. Elle ignora le sourire de son Oncle et demeura impassible. Non, elle refusait de ressembler à cet être immonde qui voulait détruire sa famille. Cœur de Miel rattrapa Lame de Glace... allaient-ils donc mourir tous les deux ? Et si oui, est-ce que ça changeait quelque chose au fond ? Elle n'était rien ni personne aux yeux de son père. Mort ou non, il était le même. Elle inspira, toujours en fixant Prince d'Ambre. Abysse de l'Oubli remarqua le changement chez son Oncle. Elle le vit près à intervenir même si son visage ne montrait aucun sentiment. Son regard se déplaça à son tours sur le Chemin du Tonnerre au moment où le monstre percuta les deux félins. Elle sentit son cœur  se pincer quand le corps de son père vola mollement. L'impact ne fut pas violent : ils n'étaient pas morts. Véritable statue, Abysse de l'Oubli demeura immobile. Lame de Glace se releva malgré ses blessures et son regard rencontra celui de l'assassin de l'Ombre.

    -Je n'ai nullement l'intention de te tuer. Nous en resterons là aujourd'hui. Mais ce n'est pas fini. Je reviendrais.

    Restant de glace, le Capitaine observa l'ex-guerrière se détourner. Depuis qu'elle avait ses nouvelles fonctions, elle éprouvait un désire encore plus fort de protéger son Clan contre n'importe qui. Avant que la vagabonde parte, Abysse de l'Oubli lui adressa la parole une dernière fois.

     « Je ne te laisserai pas toucher à mon Clan, que tu n’ai pas l'intention de me tuer ne changes rien, moi je le ferais s'il s'agit de la seule façon de t'arrêter. »

    Sa voix calme s'éteignit, elle écouta d'une oreille distraite les paroles qu'elle adressa à son père et son oncle. Elle observa alors Prince d'Ambre s'éloigner à son tours. Dans l'Ombre du soir naissant, elle patientait, la présence de son père l'obligeait presque à rester là. Abysse de l'Oubli n'avait pas subit de pertes dernièrement, ça faisait des lunes que sa famille avait éclatée... Et pourtant, elle ne s'était jamais sentie aussi vide, aussi brisée.

    « Tu te tues déjà toi-même. Tu oublies d'apprendre à vivre. »

    Le vent lui apporta ces paroles au moment où son père se détournait. Elle n'était qu'une inconnue pour lui, une ennemie alors pourquoi se préoccupait-il d'elle ? Retenant un soupire, Abysse de l'Oubli se détourna et s'enfonça dans l'Ombre sans un bruit.
    Apprendre à vivre...
    Ça semblait si simple pour lui.

____________________________________________

Shaé des Abysses.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dans un dernier rayon de soleil, une lumière s'éteint~LIBRE   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dans un dernier rayon de soleil, une lumière s'éteint~LIBRE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dans un dernier rayon de soleil, une lumière s'éteint~LIBRE
» Rayon de soleil... Vent agréable printanier... [Pv]
» (f) ma fille, ma moitié, mon rayon de soleil - Lien familial
» La métaphore
» Le dernier échange...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Back to the past :: "Being Cats"-
Sauter vers: